Cancer de la vessie

modifié le 17/04/2013

Partagez ce contenu

 

Introduction

Le cancer de la vessie est en fréquence, après le cancer de la prostate, le deuxième cancer de l’appareil urinaire. Il est nettement plus fréquent chez l’homme que chez la femme.

La vessie est une poche qui reçoit l’urine produite par les reins, et dont le rôle est essentiellement de servir de réservoir. C’est ce rôle qui peut expliquer les principaux facteurs de risque de cancer de la vessie, en particulier le tabagisme mais aussi l’exposition aux amines aromatiques (travailleurs de l’industrie chimique, textile, du caoutchouc ou de la métallurgie). L’urine peut en effet contenir des substances chimiques dangereuses restant plus ou moins longtemps en contact avec le revêtement interne de la vessie, l’urothélium.

Symptôme

Le symptôme révélateur d’un cancer de la vessie est le plus souvent la présence de sang dans l’urine (hématurie), en particulier en fin de miction. Un tel symptôme doit amener à consulter un médecin, surtout s’il survient chez un fumeur.

Diagnostic

Les examens à entreprendre sont multiples. C’est d’abord la cytologie urinaire, consistant à rechercher des cellules cancéreuses dans un échantillon d’urine. Ensuite, l’endoscopie vésicale qui permet de visualiser l’intérieur de la vessie et de prélever un fragment (biopsie) d’une éventuelle tumeur pour ensuite l’analyser au microscope ; cette endoscopie se fait à l’aide d’un fibroscope souple, introduit par les voies naturelles sous simple anesthésie locale. L’échographie permet d’analyser les parois de la vessie et voir si la tumeur est superficielle (cancer in situ) ou au contraire infiltre cette paroi. Quant au scanner, il permet de rechercher d’éventuelles adénopathies (ganglions) pouvant laisser suspecter une extension à distance de la tumeur.

Traitements

Ce qui caractérise le cancer de la vessie, c’est la diversité dans ses formes évolutives. Le traitement du cancer de la vessie est fonction de son stade. Si le cancer est superficiel (stade 1), c'est-à-dire qu’il n’infiltre pas la paroi, une simple intervention par endoscopie (résection endoscopique) est suffisante, complétée par une chimiothérapie ou une immunothérapie intra-vésicale pour éviter les récidives. Si la tumeur est infiltrante (stades 2 ou 3), toute la vessie doit être retirée au cours d’une intervention chirurgicale ; une poche de substitution pour remplacer la vessie est généralement faite à partir d’un morceau d’intestin (entérocystoplastie). Si l’intervention n’est pas possible, on a alors recours à la radiothérapie et/ou à la chimiothérapie.

Suivi

Une surveillance régulière est nécessaire après le traitement initial de manière à détecter aussi précocement que possible une éventuelle récidive.

téléchargerRetrouvez le forum de la Ligue contre le cancer : http://forum.ligue-cancer.net/

Partagez ce contenu

Nos brochures

Le programme Cartes d'Identité des Tumeurs

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer

Bloc départements

La ligue près de chez moi

La Ligue contre le cancer, c'est 103 Comités départementaux à votre service, trouvez le Comité le plus proche de chez vous !

Pour tout renseignement,appelez le