Forum

Charte du Forum

CARI lun, 05/02/2018 - 12:32

Bonjour et tout d'abord merci pour ce forum sur lequel j'espère trouver des réponses des conseils et autre...
Fin de traitement (2 chirurgies, 6 chimio, 32 radiothé) cancer sein et chaine ganglionnaire (hormono dépendant) en février 2014. Début tamoxiphène mars 2014. Les médecins m'avaient indiqué que la fatigue chronique, les douleurs, le manque de concentration, les acouphènes et j'en passe... allaient disparaître et que tout rentrerai en ordre au bout de 2 ans.
Cela fait maintenant 4 ans et ces différents aspects sont toujours bien présents... Ruinant ainsi peu à peu ma vie professionnelle, mes relations avec certains de mes collègues. Pour le reste, j'ai une très belle vie personnelle avec un nouveau compagnon qui me rend heureuse (le père de mes enfants m'ayant quitté à la fin des traitements...merci à lui :)). Mon oncologue parle de dépression, mon rhumatologue d'une fibromyalgie mais aucun ne me donne de solution... Je suis souvent en arrêt maladie car mon corps n'arrive plus à suivre ce rythme professionnel, pourtant j'ai envie de travailler, de voir du monde bref : d'être "comme avant...". A chaque arrêt pour maladie, mon moral en prend un grand coup et je culpabilise... j'ai l'impression d'être prisonnière de ce corps et que je dois m'adapter à ses hauts et bas. Pourtant, je suis comme tout le monde... je dois travailler...
Bref, si vous avez un vécu ressemblant, des conseils (médicaux et/ou expérientiels), je ne sais plus comment gérer tout cela. merci par avance en vous souhaitant une douce journée

atmed lun, 05/02/2018 - 13:49

Bonjour,
J'espère que vous aurez des témoignages sur ce forum. Vous pouvez aussi en trouver au sein d'un groupe de parole, je vous encourage à tester cette solution, par exemple via le comité de La Ligue se situant dans votre département. Pouvoir échanger de vive voix avec d'autres personnes confrontées ou ayant été confrontées au cancer apporte généralement beaucoup de réconfort.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

plus belle la vie ven, 09/03/2018 - 11:41

Bonjour, moi je ne sais pas encore mais je me doute du résultat ACR5 ! j'ai très peur je vais à Villejuif lundi pour y passer la journée refaire les examens et surement un prélèvement. Je suis terrorisée , je ne sais pas comment le dire à mes filles la dernière à 15 ans , je ne sais pas si je vais avoir la force j'ai accompagné ma sœur décédée d'un cancer du sein et là je m'occupe de ma mère 92 ans malade de la même chose! merci d'être là les unes pour les autres

SYLVIE GARNIER mer, 28/03/2018 - 14:13

Bonjour,

Je suis au niveau de l'hormonothérapie, je prend du létrozole 2.5mg et comme toutes j'ai des effets secondaires, moi personnellement 2 d'entre eux me gâche la vie au point de ne plus vouloir sortir et voir quiconque, chute très importante de cheveux et acné sur tout le visage, il y a t-il ne serais-ce qu'une petite chance de trouver une solution à ces problèmes ? merci de votre réponse

atmed mer, 28/03/2018 - 15:17

Bonjour,
Ces effets indésirables que vous décrivez sous létrozole sont en effet loin d'être rares. Il faut en parler au médecin qui vous a prescrit cette hormonothérapie car il existe des moyens (comme une supplémentation en zinc avec un produit tel que Effizinc) qui peuvent permettre d'y remédier.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Angelique Beck jeu, 19/04/2018 - 21:08

Bonjour il on détecté chez mon mari une tumeur pulmonaire.On a 2 enfants de 8 ans et 11 ans.Je suis une vraie boule de nerf en se moment,je suis furieuse en cette sale maladie.J aimerais temps etre forte pour mon mari,mais jy arrive pas,pourtant il a besoin de moi pour le soutenir,dans son combat.Bonne soirée

atmed ven, 20/04/2018 - 06:32

Bonjour Angélique,
Les sentiments que vous exprimez ici sont partagés par de très nombreuses personnes elles aussi confrontées au cancer d'un époux, d'une épouse, d'un enfant. Vous trouverez des forces en prenant appui sur des personnes qui sauront vous comprendre, vous transmettre leurs expériences et conseils. Ces personnes, vous pourrez les trouver dans un groupe de paroles ; le comité départemental de La Ligue pourra vous aider à rejoindre un tel groupe.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

daniel miermont sam, 28/04/2018 - 05:59

Je me suis dis qu'il fallait que je témoigne mon cas afin de donner un espoir aux personnes atteinte d'un " Cholangiocarcinome" rien que le nom fait peur mais voilà en Mars 2014 je découvrais que j’étais atteint de ce méchant cancer .
A partir de là,tout a était très vite et je reconnais maintenant que j'ai était pris par un service exceptionnel et surtout un professeur qui je peux dire aujourd'hui ma sauvé la vie.
J'ai était opéré le 22 Avril 2014,très lourde chirurgie mais je ne vais pas rentrer dans les détails,après 3 semaines d'hospitalisation ou tout le personnelle a était au petit soin je suis rentré chez moi pour attaquer aussitôt une chimiothérapie
de 6 mois toutes les semaines ,ce ne fut pas toujours facile mais avec ma compagne on s'est battu.
J'ai perdu 14 kilos,puis petit à petit j'ai repris des forces,marcher et surtout j'y ai toujours cru.
Une bonne alimentation,plus d’alcool et bien sur plus de cigarettes (déjà par respect pour tout le service médical qui m'a sorti
de là.
Maintenant ,j'ai repris mon poid,repris la randonnée,repris une vie normal (juste une gélule a prendre avant chaque repas )
et un suivit médical
Alors je ne vais pas faire le rabat joie mais le moral et le soutien est très important , alors bon courage et il faut toujours y croire

white mar, 08/05/2018 - 14:48

Bonjour,

Je me présente Inès (34 ans), j'ai une sœur qui à 30 ans. Tout d'abord merci pour ce forum ;).

Voici mon/notre histoire:

Ma maman a été faire une échographie pour ses seins (examen de routine) et suite à cet échographie, les médecins ont déceler une tâche au niveau du poumon gauche.

Du coup, elle a été convoqué chez son médecin traitant qui l'a invité à se présenter dans son cabinet. On a été surpris de cette invitation, et maman appréhendait quelque chose de néfaste.

Le médecin traitant l'a invité à faire un scanne et voir un pneumologue. Après les résultats, elle a vu le pneumologue avec ma sœur. Ce jour là, nous étions tous attentifs, j'ai attendu que ma sœur me sonne pour me donner des nouvelles. Je me souviens plus du jour exact mais je me souviens de notre conversation téléphonique: ma sœur m’annonçait que le pneumologue l'avait pris à part pour lui annoncer que ce n'était pas bon, qu'il fallait faire des examens supplémentaire (scanne), le médecin était très embarrasser de lui annoncer cette nouvelle, et nous le comprenons tout à fait!!

Suite à ce coup de téléphone, quant elle m'a annoncé que ce n'était pas bon, je lui ai dit la voie tremblotante "je te rappelle". J'étais sur mon lieu de travail, je me suis effondrer en larme, entrain de m'imaginer qu'on/que j'allais la perdre le même jour.

Ensuite on s'est rappeler, et elle m'a dit: " aller si ça tombe ce n'est qu'une infection". "On est pas sûr"... d'ailleurs même le médecin n'est pas sûr, on l'envoie faire un scanne.

A ce stade là, je suis passée de l'état de triste très vite à l'état de "rechercher une solution", Google est devenue mon meilleur amis au niveau des recherches sur le net.

Après le résultat du scanne, le rdv chez pneumologue, je l'ai accompagner et j'appréhendais que le médecin me prenne à part comme pour ma sœur, j'avais peur de ne pas être à la hauteur de contrôler mes sentiments comme ma sœur l'avais fait ( et donc je les félicitais) ! De craquer devant le médecin, devant ma maman qui n'était pas au courant des échanges entre ma sœur, moi et lui. Il souhaitait qu'on le garde pour nous jusqu'à la certitude des résultats. Cependant, une mère n'est pas dupe et sais même si on ne dit rien... Celui-ci m'a dit qu'il fallait aller faire un PETSCAN et que les chances étaient minimum que ça ne soit pas un CANCER, suite à cette annonce je suis rester de glace comme si que la douche froide, je l'avais déjà eu. Dans ma tête, j'étais en mode "rechercher une solution", on ne sait pas, on a aucune certitude donc... pas d'excès, on ne se prend pas la tête, on a une chance de s'en sortir de cet enfer.

Après suit les résultats du PETSCAN est là, le verdict CANCER du poumon.

Bénin? Malin? Réponse: Malin

Le stade? on ne sait pas encore examen supplémentaire est proposé par l'oncologue. Il parle de chirurgie, de chimio, de radiothérapie... bref, on ne réalise toujours pas, on a l'impression que c'est une mauvaise blague ou un mauvais rêve, d'ailleurs maman a dit en souriant on ne sait pas trompé de dossier? c'est bien le mien :) SI SEULEMENT!!!!

Après les résultats, l'oncologue confirme CANCER de poumon stade III. Pas de chirurgie, maman soulageait et moi un sentiment mitigé. Il dit à maman (61 ans), on peut commencer la chimio lundi 8/05/2018. Elle partante, moi sentiment mitigé (je souhaitais un second avis, et les rdv étaient déjà pris. Ceux-ci ont été annulés à sa demande, pourquoi aller chercher ailleurs Inès me dit-elle admettons que le traitement est différent en pratique on fait comment de la maison à l’hôpital, tout ces trajets, je serai encore plus fatiguée. Moi, impuissante face à cette réaction malgré les mises à disposition que la mutuelle propose.

Du coup, elle a commencé la chimio près de chez nous, de chez elle à 10mn en voiture. A-t-on bien fait? Fallait-il que j'insiste pour aller dans un autre hôpital plus spécialisé pour cette maladie?

La veille de la chimio, on prépare le sac. On en discute, je lui dis repose-toi bien. Elle a bien dormi et était en forme le lendemain matin. Ma sœur l'a conduit à l'hôpital, elle allait bien, bien reposée...

Je suis aller la voir, bon appétit... la chimio a commencé à faire effet. Sa première réaction, je sens le produit circulait dans mon corps, puis j'ai comme des vertiges de fatigue. Je lui ai dit allonge-toi, repose-toi. Rien à faire, ma maman a un caractère bien trempé et sait tout à fait ce qu'elle veut, c'est une battante, c'est mon modèle dans la vie. Je l'ai laissé, je suis retourné au travail à contre cœur, en voulant rester près d'elle, elle m'a rassurée en me disant que ça allait, aller :) C'est elle qui me rassure maintenant! ça ne devrait pas être l'inverse? J'ai l'impression qu'elle passe plus son temps à me rassurer que moi pour elle. J'ai l'impression de ne pas être aussi forte. J'espère que je me trompe et je serai la soutenir durant tout le traitement.

Je suis partie, et je suis revenue la chercher. On est rentrée, on a préparer à manger en musique pour faire oublier cette journée à l'hôpital. Elle a bien mangé.

Je suis partie, et j'ai sonné ce matin pour savoir comment s'était passé sa nuit. Elle m'a dit: je me suis réveillée avec le brûlant et une sensation de genoux et chevilles gonflés. Est-ce normal? Quelqu'un a déjà vécu ou connu ça? Si oui, avez-vous trouvé des solutions?

Voilà pour l'instant ce que nous avons vécu, je discute beaucoup avec ma sœur, et on est d'accord sur le faite que le plus dur reste malheureusement à venir, on espère qu'elle ne soit pas trop malade, qu'elle ne souffre pas trop et qu'elle guérisse au plus vite et définitivement!!!

Je crois que ces sentiments sont partagées par beaucoup de gens ici.

Je suis en colère aussi contre la société, le système. Parce qu'on parle de remède, vaccin... mais rien ne sort. Oui, il y a des avancées avec la chimio,... . J'ai l'impression que la haute société sait guérir nos proche mais ne fait rien car ça ne les arranges pas. Quand je vois le nombre de malade, de toute âge ça me révolte! Et je me dis comment c'est possible, comment c'est possible que cette maladie fait autant de ravage autour de nous.

Merci d'avance pour votre lecture attentive, vos réponses et réactions?

atmed mar, 08/05/2018 - 17:30

Bonjour,
Je suis certain que de nombreuses personnes vont se retrouver dans votre long témoignage, beaucoup de personnes confrontées au cancer d'un proche, notamment d'un père ou d'une mère.
Oui, les traitements des cancers progressent, c'est notamment le cas des cancers du poumon qui restent malgré tout une maladie redoutable, comme vous le savez bien. Mais il faut y croire car certains cas réagissent très bien aux traitements les plus récents (traitements ciblés, immunothérapie).
Je comprends la révolte que vous éprouvez mais je vous assure que la marche du progrès n'est pas ralentie en raison d'intérêts obscurs.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Pages