Baisse des dons de près d’1 million d’euros pour la Ligue

Partagez ce contenu

La lutte contre le cancer en danger ! En 2013, le financement de 10 projets de recherche ou les aides financières auprès de 2 000 familles seraient compromis.

 

Paris, le 12 novembre – 1er financeur privé de la recherche contre le cancer en France, la Ligue contre le cancer tire la sonnette d’alarme. En raison de la crise économique et sociale, ses donateurs et partenaires réguliers se trouvent dans l’obligation de réduire leur soutien. Résultat : la Ligue rencontre des difficultés à collecter les fonds nécessaires au financement de la recherche et à l’accompagnement des malades. Une situation qui met en danger la lutte contre le cancer en France et qui pourrait perturber, à terme, les ratios incidence/mortalité, pourtant sur une tendance positive depuis quelques années avec 58% de guérison.

À l’approche des fêtes de fin d’année, souvent synonymes de générosité et de solidarité, la Ligue contre le cancer lance un appel d’urgence aux Français. En cette période de crise, l’association a, plus que jamais, besoin de soutiens pour venir en aide aux personnes malades et maintenir sans faillir son soutien décisif aux projets de recherche.

La baisse des dons : une recherche menacée, des traitements retardés

La Ligue contre le cancer est exclusivement financée, en tant qu’association indépendante, par la générosité des Français. Aujourd’hui, dans ce contexte difficile, elle constate avec inquiétude une baisse des dons très significative : une perte estimée à près d’1 million d’euros en 2012, soit 24 000 dons en moins.

« Les dons sont absolument essentiels pour le financement de nos chercheurs, autrement dit pour la découverte de nouveaux traitements et in fine la guérison de nos malades. En France, la formation des jeunes chercheurs est financée en grande partie par les associations via les dons du grand public. En étant le premier financeur privé de la recherche contre le cancer, la Ligue participe très largement à la formation des chercheurs de demain, dès la première année de thèse, permettant ainsi la pérennité des projets de recherche. Mais aujourd’hui, la situation est catastrophique : 1 projet sur 3 n’est déjà pas financé par manque de dons. Si la baisse des dons se poursuit, la formation des jeunes chercheurs et très clairement l’avenir de la recherche sont menacés » explique Jessica ZUCMAN-ROSSI, chercheur à l’Inserm U 674.

Avec la crise, 53% des Français qui effectuent des dons aux associations et fondations prévoient de diminuer le montant de leur don ou de ne plus en faire*. La baisse des dons est déjà très concrète dans les pays anglo-saxons avec notamment une perte de 2 milliards d’euros de dons chez nos voisins anglais passant de 11 à 9 milliards de livres collectées en 2012**. Cela préfigure donc de ce qui va se passer dans notre pays les prochains mois. Et, si la tendance est globale, la lutte contre le cancer est particulièrement touchée par cette situation. La Ligue contre le cancer s’inquiète et lance donc un appel à la mobilisation d’urgence.

« Aujourd’hui, nous avons besoin d’accélérer le passage entre la recherche fondamentale et les bénéfices concrets pour le malade, que ce soit au niveau du diagnostic, des thérapies ciblées ou encore de la surveillance des effets secondaires. Les dons doivent permettre d’accélérer encore plus rapidement la traduction de la recherche fondamentale au quotidien afin d’adapter toujours mieux les traitements. La baisse des dons induit et induira une mauvaise qualité de prise en charge pour les personnes atteintes de cancer» poursuit Jessica ZUCMAN-ROSSI chercheur à l’Inserm U 674.

En 2013, avec la baisse des dons, c’est l’équivalent de 10 équipes de chercheurs qui pourraient ne pas être financées par la Ligue contre le cancer.

La baisse des dons : un impact direct sur le quotidien des malades

Les inquiétudes sont réelles. Si la situation n’évolue pas, la Ligue ne pourra pas subvenir aux besoins des personnes malades. Avec 6 millions d’euros débloqués en 2011, les demandes d’aides psychologiques, matérielles et financières adressées à la Ligue contre le cancer de la part des malades et de leurs proches ne cessent d’augmenter. 60 % des personnes actives avant d'être atteintes d'un cancer déclarent avoir subi une perte de revenu ; dans 44% des cas, elles ont perdu plus d'un quart de leurs revenus mettant ainsi en péril économique leur foyer. Une situation préoccupante pour la Ligue qui ne peut poursuivre ses actions sans l’aide de tous.

«Depuis 2004, le montant des aides financières versées par la Ligue a été multiplié par quatre. Le cancer entraîne de nombreux frais non remboursés par la Sécurité sociale et les mutuelles. La baisse et/ou la perte de revenus peut être vécue comme une mort sociale. Il y a urgence ! Nous devons réduire l'impact des conséquences sociales du cancer sur la personne malade. Les dons sont donc fondamentaux pour le bien-être et le retour à la vie quotidienne des personnes malades » constate Mary-Régine MARION, vice-présidente du Comité du Val-de-Marne et administrateur nationale de la Ligue contre le cancer.

Avec la chute des dons annoncée, c’est près de 2 000 familles qui ne pourraient plus bénéficier des aides de la Ligue, sur un total de 18 000 familles souhaitant obtenir de l’aide.

« Parce que le cancer est la première cause de mortalité en France, parce qu’il concerne directement ou indirectement plusieurs millions de personnes, parce qu’il a un impact considérable sur notre société, la Ligue contre le cancer a besoin de la mobilisation du plus grand nombre. Face aux innovations médicales, face aux nouveaux espoirs rendus possibles grâce à la recherche de pointe que nous finançons, seule une lutte collective permettra une prise en charge pérenne des personnes atteintes de cancer. Grâce à l’aide de nos donateurs, la Ligue est un refuge où chaque personne a sa place si elle souhaite contribuer à briser le cancer et ses cortèges de souffrances physiques, psychologiques, économiques et sociales. L’avenir de la lutte contre le cancer ne peut se concevoir sans la générosité du public. Nous comptons sur de nombreux relais médiatiques pour faire passer ce message » Pr Jacqueline Godet, présidente de la Ligue contre le cancer.

En Outre-mer, déjà sévèrement touchée par le chômage, la situation est critique. En Guadeloupe, par exemple, cette année seules 13 familles ont pu bénéficier d’une aide d'urgence (en moyenne de 320 euros) contre 51 en 2011. De même, l'aide à domicile (indispensable pour de nombreuses femmes atteintes de cancer) a presque été supprimée (5 personnes aidées pour 23 demandes).

INFORMATIONS PRATIQUES A RELAYER :

Un don = Une réduction d’impôt
66 % d’un don à la Ligue est déductible des impôts, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Ainsi, par exemple, un don de 50 € ne revient en réalité qu’à 17 €.

Des outils de sensibilisation aux dons à disposition
Chaque média qui le souhaite, peut contacter le service communication de la Ligue pour obtenir des textes, illustrations ou vidéo pour accompagner leurs sujets comme notamment le spot qui est actuellement diffusé en TV :


télécharger Télécharger le communiqué de presse « Baisse des dons de près d’1 million d’euros pour la Ligue contre le cancer » Fichier pdf

 

Partagez ce contenu