Mesdames, surveillez vos seins!

modifié le 25/02/2015

Partagez ce contenu

L'un des cancers les plus fréquents chez la femme est le cancer du sein : il frappe 1,3 million de personnes chaque année et en tue 458 000. La Guadeloupe n'échappe pas à cette réalité, : non seulement le nombre de cas du cancer du sein est en progression sur l'ensemble de l'archipel - tendance nette sur les 10 dernières années - mais encore frappe-t-il, ici, des femmes plus jeunes qu'ailleurs, âgées de moins de 50 ans. Tels sont les principaux enseignements de la présentation effectuée, samedi, par le Dr Philippe Kadhel dans le cadre de la Semaine nationale de lutte contre le cancer, à l'invitation du Comité Guadeloupe de la Ligue contre le cancer.

Mais pourquoi les Guadeloupéennes sont elles touchées plus tôt qu'ailleurs ? Certes, la population de l'archipel se distingue par sa jeunesse, mais le simple rapport mathématique n'explique pas tout. Il peut y avoir également un élément ethnique, si l'on retient des études américaines qui montrent que les noires américaines développent également ce type de cancer plus tôt.

Mais l'élément probablement fondamental tient au mode de vie, « à l'occidentalisation de notre mode de vie » explique Philippe Kadhil. Parmi les éléments qui augmentent le risque de cancer du sein, on trouve notamment l'alimentation grasse, le manque d'activité physique, la première grossesse tardive et l'allaitement insuffisant. Des facteurs qu'on retrouve essentiellement dans les pays occidentaux (Europe et Amérique du Nord) où l'occurrence du cancer du sein est beaucoup plus importante qu'ailleurs. Et ces facteurs ont gagné notre archipel.

Peut-on inverser la tendance ? Probablement. Certes, il existe des facteurs héréditaires, et d'autres liés à une exposition trop longue aux oestrogènes, qui sont difficiles à maîtriser. Mais il est en revanche à la portée de chacune, ou presque, de pratiquer une activité physique régulière, de perdre du poids (si c'est nécessaire...) , d'équilibrer son alimentation, d'éviter les mammographies trop fréquentes et d'allaiter son enfant au moins six mois. Ce type de pratiques ne constitue pas une garantie - le risque zéro n'existe pas - mais il permet de diminuer très sensiblement les facteurs de risque.

Partagez ce contenu

Agenda
d l m m j v s
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
Contact