La Recherche en Epidémiologie

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu

Repère 2015

Objectif : Favoriser le développement des connaissances relatives aux facteurs de risque influant sur l'incidence des cancers afin de permettre à terme l'élaboration des politiques de prévention les plus efficaces.

Moyens :

  • Actions Nationales
    Nombre de projets soutenus en 2015 : 12
  • Etude E3N soutenue depuis 25 ans
  • Actions Régionales
    Nombre de subventions accordées en 2015 : 12

L'épidémiologie étudie les facteurs influant sur l'incidence des maladies et la santé des populations. Appliquée au domaine du cancer, la recherche en épidémiologie permet l'identification des facteurs d'origine environnementale, comportementale, professionnelle ou encore génétique, susceptibles d'influer sur la survenue de la maladie.

Au niveau national, l'investissement de la Ligue dans la recherche en épidémiologie se concrétise par un double engagement :

  • La reconduction annuelle d'un appel à projets national lancé pour la première fois en 2004.
  • La poursuite du soutien accordé depuis plus de 25 ans à l'étude E3N, une cohorte regroupant 100 000 femmes, adhérentes à la MGEN, qui constitue un outil scientifique remarquable pour déterminer le rôle de certains facteurs dans la survenue des cancers chez la femme.

Des projets de recherche en épidémiologie sont également soutenus par les Comités départementaux via leurs appels à projets dédiés.

Les actions nationales de soutien à la recherche en épidémiologie

L'appel à projets national « Recherche en Epidémiologie »

La recherche en épidémiologie possède un intérêt majeur pour l'élaboration de politique de santé publique visant une meilleure prévention vis-à-vis des facteurs de risque évitables du cancer. Parallèlement à son implication dans l'étude E3N (voir plus loin), la Ligue a souhaité contribuer au développement de l'épidémiologie du cancer en France par la mise en place d'un appel à projets dédié dès l'année 2004. Cet investissement s'inscrit dans l'effort de la Ligue pour améliorer la prévention des cancers. Selon cette logique, les financements sont accordés à des projets portant sur quatre thématiques jugées prioritaires :

  • l'épidémiologie descriptive ;
  • l'épidémiologie génétique pour l'amélioration des connaissances vis-à-vis de l'importance du polymorphisme génétique dans le cancer ;
  • les associations entre les facteurs de risques environnementaux (comportements individuels, vie professionnelle) et la survenue de cancers ;
  • l'évaluation des politiques de dépistage et de prévention.

Répartition des projets de recherche en épidémiologie soutenus par la Ligue au niveau national en 2015

Répartition des projets de recherche en épidémiologie soutenus par la Ligue au niveau national en 2015

Etude Epidémiologique auprès des femmes de l'Education Nationale : E3N

L'étude E3N analyse le rôle de certains facteurs, notamment hormonaux, alimentaires et génétiques, dans la survenue du cancer, ainsi que d'autres maladies chroniques, chez la femme. Cette étude se fonde sur le suivi d'une cohorte de 100 000 adhérentes à la Mutuelle Générale de l'Education Nationale (MGEN), elle est réalisée par l'équipe « Nutrition, Hormones et Santé des Femmes » sous la direction du Dr Marie-Christine Boutron-Ruault (Inserm U1018, Université Paris-Sud et Gustave Roussy, Villejuif).

L'étude E3N est également une composante de l'étude européenne EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and nutrition), coordonnée par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC, Organisation Mondiale de la Santé, Lyon), réalisée dans 10 pays et concernant 500 000 hommes et femmes.

Une production scientifique de premier intérêt

Depuis 2001, l'étude E3N est entrée dans une phase de production scientifique très soutenue Qu'ils soient spécifiques au contexte français ou, de façon plus large, inscrits dans le cadre européen d'EPIC, plusieurs des travaux de l‘étude E3N ont apporté des informations précieuses vis-à-vis de certains facteurs de risque associés à diverses problématiques dont certaines de première importance en termes de santé publique (impact des traitements de la ménopause, impact de la contraception hormonale, intérêt de l'activité physique,…). Les travaux de l'étude E3N ont surtout porté sur le cancer du sein, les cancers de la peau et le cancer colorectal, du fait de leur forte incidence dans la cohorte. Des études sur d'autres localisations de cancer ont également été menées, en particulier sur le cancer de la thyroïde, le cancer du foie et des voies biliaires, le cancer du pancréas, le cancer de la vessie, le cancer du poumon, le cancer de l'estomac, la leucémie et le cancer de l'endomètre.

Entre 2001 et 2015, l'équipe E3N a publié près de 400 articles relatifs au domaine de l'oncologie (incluant les travaux inscrits dans le cadre plus large de l'étude européenne EPIC). Quarante publications, en nom propre ou dans le cadre de collaborations, relatives aux cancers de la femme ont été publiées en 2015.


A voir

 

A consulter

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu

Nos brochures

Le programme Cartes d'Identité des Tumeurs

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer
Pour tout renseignement, appelez le