31 mai 2020 Journée mondiale contre le tabac. La Ligue contre le cancer alerte sur les conséquences dramatiques de la crise sanitaire, responsable d'une hausse de la consommation de tabac, notamment chez les jeunes fumeurs.

modifié le 31/05/2020

Partagez ce contenu

La Ligue contre le cancer alerte sur les conséquences dramatiques de la crise sanitaire, responsable d'une hausse de la consommation de tabac, notamment chez les jeunes fumeurs.

C'est le "premier tueur de France". Le tabac est responsable de 75.000 décès dont 45.000 par cancer chaque année dans le pays. Alors que se déroule ce dimanche la Journée mondiale de lutte contre ce fléau, la Ligue contre le cancer appelle à ne pas relâcher les efforts et à se mobiliser à nouveau. « Il est primordial de ne pas perdre les acquis de la politique active de lutte contre le tabagisme menée depuis des années par de nombreux acteurs pour la santé publique » D'autant que l'heure était à l'embellie avec une diminution notable de sa consommation depuis 4 ans et plus particulièrement chez les femmes en 2018 et 2019.

Mais la pandémie de Covid-19 est passée par là, et avec elle deux mois et demi de huis-clos qui ont laissé des traces. 41% des jeunes fumeurs ont augmenté leur consommation "Nous savons désormais que plus d'un quart des fumeurs (27%) ont augmenté leur consommation avec le confinement. Cette tendance concerne même 41% des jeunes fumeurs ! C'est un constat terrible. L'industrie du tabac, elle, n'a pas été confinée", s'insurge la Ligue.

Selon Santé Publique France, cette hausse, corrélée au risque d'anxiété et de dépression, est en moyenne de 5 cigarettes par jour, principalement auprès des 25-34 ans, travaillant à domicile. Pourtant, les chiffres de 2019 étaient plutôt encourageants : ainsi, 30,4% des Français âgés de 18 à 75 ans avaient déclaré fumer, au moins occasionnellement, contre 34,3% cinq ans plus tôt. Pour le tabagisme quotidien, le chiffre était même passé à 24%, contre 28,5% en 2014. Et les femmes sont de plus en plus nombreuses à arrêter : durant la seule année 2018, le tabagisme féminin avait diminué de 2%. "Nous avons démontré qu'une politique volontariste pouvait donner des résultats : nous ne devons rien lâcher et poursuivre ce combat acharné pour que notre objectif d'une 'Génération sans tabac' en 2030 ne soit pas une utopie", estime Axel Kahn, le Président de la Ligue contre le cancer. "Cela passe notamment par l'aide apportée aux fumeurs et aux personnes exposées au tabagisme passif, dont les méfaits sur la santé sont aujourd'hui prouvés", ajoute-t-il.

 

 

Partagez ce contenu

Agenda
d l m m j v s
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
Contact