Ligue contre le cancerInscrivez vous aux flux RSS du sitehttp://www.ligue-cancer.net© Ligue nationale contre le cancer 2015Meilleurs voeux 2017https://www.ligue-cancer.net/article/39893_meilleurs-voeux-2017Cette année encore, liguons-nous ensemble contre le cancer ! Et si nous commencions l'année en soutenant des milliers de personnes malades et leurs proches ? Grâce à VOTRE générosité, la Ligue lutte sur tout les fronts de la maladie. 2017-01-04 Disparition de François Chérèquehttps://www.ligue-cancer.net/article/39862_disparition-de-francois-chereque Le professeur Jacqueline Godet, présidente de la Ligue nationale contre le cancer, a appris avec une profonde tristesse et beaucoup d’émotion le décès de François Chérèque. Alors président de l’Agence nationale du Service civique, François Chérèque avait longuement rencontré Jacqueline Godet et ensemble, ils décidèrent de rapprocher plus fortement les deux organisations avec le déploiement d’un plan pour que la santé en général et la lutte contre le cancer en particulier, fassent parties des priorités de l’Agence. C’est pourquoi, aujourd’hui, la Ligue propose de plus en plus de missions à de nombreux volontaires pour le Service civique. La présidente de la Ligue, au nom de tous les Ligueurs et de tous les volontaires déjà engagés, adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Jacqueline Godet garde le souvenir d’un interlocuteur attentif, bienveillant, généreux, qui a su transmettre à des centaines de milliers de jeunes l’envie et la fierté de l’engagement citoyen. 2017-01-03 Une cigarette par jour? C'est déjà trophttps://www.ligue-cancer.net/article/39661_une-cigarette-par-jour-cest-deja-trop        Vous pensez que fumer une fois de temps n'a aucun impact sur votre santé? Vous vous trompez! Fumer une cigarette ou moins en moyenne quotidiennement pendant son existence fait grimper le risque de décès prématuré de 64%, voire de 87% pour ceux fumant entre une et dix cigarettes par jour, ont déterminé les chercheurs de l'Institut national américain du cancer (NCI) dans une étude publiée par la revue médicale JAMA Internal Medicine. "Les résultats de cette étude confirment le bien-fondé des mises en garde contre le tabac et le fait qu'il n'y a pas de niveau sans risque", souligne Maki Inoue-Choi, directeur de la division d'épidémiologie du cancer au NCI, principal auteur de ces travaux. Chez les petits fumeurs, ceux qui ont arrêté la cigarette voient aussi le risque de mortalité diminuer par rapport à ceux qui continuent à fumer. Et plus ils arrêtent jeunes, plus le risque diminue, souligne encore l'étude. La mortalité prématurée chez les petits fumeurs résulte surtout de cancers du poumon. Le risque de mourir de cancers pulmonaires est en effet neuf fois plus important pour les personnes qui fument régulièrement une cigarette par jour ou moins, par rapport à celles n'ayant jamais touché une cigarette. Chez ceux qui fument régulièrement entre une et dix cigarettes par jour, la probabilité de mourir d'un cancer du poumon est près de douze fois plus grande que chez les non-fumeurs selon l'étude. Si les dangers du tabac ont été bien documentés depuis 1964, quand le médecin en chef des Etats-Unis a publié pour la première fois un rapport mettant en garde contre le tabagisme, les effets sur la santé d'une faible consommation de cigarettes -moins de dix par jour- n'avaient jamais été bien étudiés. Pour cette étude, les chercheurs ont analysé les données médicales de plus de 290.000 adultes blancs âgés de 59 à 82 ans, dont 22.337 (7,7%) fumaient, 156.405 (54%) étaient d'anciens fumeurs et 111.473 (38,4%) n'avaient jamais fumé. 2017-01-04 Calendrier 2017 de la Ligue : 12 humoristes, 12 sourires, 12 recetteshttps://www.ligue-cancer.net/article/39644_calendrier-2017-de-la-ligue-12-humoristes-12-sourires-12-recettes Pour 2017, offrez du bonheur en papillotes 3…2…1… Bonne année 2017 !! Cette année, la Ligue prend des bonnes résolutions et relève le défi de faire rire et sourire avec son calendrier 2017. Un mois, un portrait, un éclat de rire, une recette… Chaque mois, un humoriste français se fait tirer le portrait ! Alex Lutz, Pascal Légitimus, Bérengère Krief, Jérémy Ferrari, Michaël Grégorio… tous ces artistes qui nous font passer du sourire aux larmes (de rire) s’esclaffent à leur tour devant l’objectif de David Ken. 12 sourires qui visent à redonner de l’optimisme aux personnes malades, à leurs proches et à tous ceux touchés de prêt ou de loin par le cancer. Pour accompagner cette dose quotidienne de bonne humeur, chaque page est accompagnée d’une idée recette de papillote, sucrée ou salée, équilibrée et saine – délicieusement illustrée par Chiara Arsego. Pour redorer l’hiver, offrez un cadeau lumineux et solidaire qui permet de financer des projets concrets pour les personnes malades et leurs proches. L’humour français à l’honneur Cette année, le photographe David Ken a immortalisé les éclats de rire de ceux qui nous font sourire au quotidien. Douze humoristes se mobilisent et prêtent leur image à la lutte contre le cancer. Découvrez chaque mois un portrait inédit accompagné d’une recette de papillote sucrée ou salée à partager en famille ou entre amis. Chaque année, ce calendrier permet de récolter des fonds tout en apportant du sourire et de l’espoir afin de soutenir la recherche contre le cancer et les actions pour les malades. La Ligue remercie les 12 comédiens pour leurs fous rires et leur optimisme : Fabienne Carat, Michaël Grégorio, Pascal Légitimus, Bérengère Kref, Karim Duval, Olivier Benoist, Noëlle Perna, Jarry, Vérino, Elisabet Buffet, Alex Lutz, Jérémy Ferrari Après les papillotes en chocolat de Noël, la Ligue propose de continuer les fêtes avec une série de recettes de papillotes saines et vitaminées chaque mois. 12 idées recettes à partager en famille ou entre amis… papillote courgette-mozza, ratatouille de la mer, papillote forestière, et d’autres à découvrir dans le calendrier 2017… « Parce que l’humour et l’optimisme sont des éléments indispensables à une vie plus douce, la Ligue contre le cancer accompagnée de douze humoristes militants, souhaite provoquer en 2017 joie et sourire sur tous les visages. Cette année, les relations humaines, la générosité et aussi le rire seront les maîtres mots de la Ligue pour accompagner les personnes malades et leur famille et les aider à mieux vivre la maladie », explique le professeur Jacqueline Godet, présidente de la Ligue contre le cancer. Les incontournables du calendrier    des photos exceptionnelles de David Ken, pour égayer votre quotidien ; une éphéméride pour noter vos rendez-vous, vos fêtes ; une page de remerciement dédiée aux 640 000 adhérents et 12 800 bénévoles ; des fiches recettes de papillotes salées ou sucrées pour toute l’année Envie de faire plaisir à un ami ou à vous-même ? N’hésitez pas ! Offrez ce calendrier pour soutenir la Ligue contre le cancer Disponible dès maintenant auprès du Comité départemental de la Ligue contre le cancer le plus proche de chez vous ou sur la boutique en ligne de la Ligue au prix de 5 € TTC (hors frais de port).  Pour commander le calendrier 2017 cliquez ici Télécharger le communiqué de presse : Calendrier 2017 de la Ligue : de l’humour en papillote à offrir pour les fêtes 2016-12-07 Cancer et fertilité, Quels problèmes ? Quelles solutions ?https://www.ligue-cancer.net/article/39642_cancer-et-fertilite-quels-problemes-quelles-solutionsTrois livrets d’information destinés aux adolescentes, aux jeunes femmes et aux jeunes hommes confrontés à un traitement pouvant affecter leur fertilité viennent d’être publiés. Ces documents ont été conçus et rédigés par une équipe d’experts de la prise en charge du cancer des adolescents et des jeunes adultes appartenant au « groupe fertilité » de l’association GO-AJA (Groupe Onco-hématologie Adolescents et Jeunes Adultes). La Ligue contre le cancer a financé la conception et l’impression de ces livrets dans le cadre de son programme de soutien à la recherche « Adolescents et Cancer ». La préservation de la fertilité constitue un enjeu majeur de la qualité de vie des jeunes (enfants, adolescents et jeunes adultes) auxquels est prescrit un traitement potentiellement toxique pour l’appareil reproducteur. Si la Loi bioéthique du 6 août 2004 (révisée le 7 juillet 2011) précise que «…toute personne peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou du tissu germinal… lorsqu’une prise en charge est susceptible d’altérer sa fertilité… », force est de constater que l’accès à la préservation de la fertilité n’est pas aujourd’hui satisfaisante en France pour les jeunes devant suivre un traitement anticancéreux. Le plan cancer 2014-2019 insiste sur la nécessité de remédier à cette situation via plusieurs actions dont la systématisation de «…l’information des patients concernés, dès la consultation d’annonce de la proposition thérapeutique...» Cet objectif nécessite la mise à disposition de supports d’information spécifiquement conçus pour répondre en termes adaptés aux questions que peuvent se poser les jeunes patients vis-à-vis de ce sujet sensible. Les livrets « Cancer et fertilité, Quels problèmes ? Quelles solutions ? » déclinés en 3 versions différentes respectivement dédiées aux adolescentes, aux jeunes femmes et aux jeunes hommes ont été conçus à cette fin. Ces documents ont été élaborés par une équipe multidisciplinaire (oncologues et hématologues orientés dans la prise en charge des adolescents et jeunes adultes, gynécologues, pédiatres, médecins et biologistes de la reproduction, psychologues) impliquant en premier lieu le groupe fertilité de l’association GO-AJA. Leur contenu qui associe des textes adaptés et des illustrations a fait l’objet d’une validation auprès de jeunes patients et de plusieurs sociétés savantes Grecot (Groupe de Recherche et d’Etude sur la Cryoconservation de l’Ovaire et du Testicule), GO-AJA, SFCE Société Française des Cancers de l’Enfant, l’Assos (Association Francophone pour les soins Oncologiques de Support) et la SFGCMTC. L’élaboration et l’impression des trois livrets ont été rendues possible grâce à un soutien financier de la Ligue accordé dans le cadre de son programme « Adolescents et Cancer » dédié au soutien à la recherche sur le cancer des adolescents et des jeunes adultes. Ces trois livrets viennent compléter un premier document « Le CECOS, c’est quoi ? » dédié aux garçons adolescents et précédemment réalisé dans le cadre du programme « Adolescents et Cancer ». Les livrets « Cancer et fertilité, Quels problèmes ? Quelles solutions ? » et le « Le CECOS, c’est quoi ? » peuvent être téléchargés dans la rubrique « Le programme Enfants Adolescents et Cancer »). Télécharger le communiqué de presse : Cancer et fertilité, Quels problèmes ? Quelles solutions ? 2016-12-07 L’opération « Moi(s) sans tabac » a remporté un franc succès auprès des Français https://www.ligue-cancer.net/article/39618_loperation-mois-sans-tabac-remporte-un-franc-succes-aupres-des-francaisMarisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a lancé « Moi(s) sans tabac » le 1er novembre dernier, premier défi de santé publique grandeur nature jamais organisé en France. Préparé avec Santé publique France en partenariat avec l’Assurance Maladie, cet événement inédit d’incitation et d’aide à l’arrêt du tabac a remporté un grand succès avec près de 180 000 personnes inscrites et une forte mobilisation des professionnels de santé et des partenaires. Avec près de 180 000 inscrits et plus de 620 000 kits d’aide à l’arrêt du tabac distribués, la 1ère édition de « Moi(s) sans tabac » a remporté un franc succès. Cette participation est également le fruit de l’engagement de tous les professionnels de santé dont les 17 000 pharmacies qui ont participé à l’opération, ainsi que de celui des 100 partenaires nationaux et plus de 3 000 partenaires régionaux, investis partout en France pour sensibiliser, informer et soutenir les fumeurs désireux d’arrêter. Le nombre de visiteurs du site internet tabac-info-service.fr a été multiplié par 4, avec 1,3 million de visites, de mi-octobre à mi-novembre. Le dispositif Tabac info service a reçu plus de 15 000 appels en octobre et novembre sur sa ligne téléphonique 39 89, soit une augmentation de 35 % par rapport à la même période en 2015. Selon les tabacologues de Tabac info service, l’élan collectif a été particulièrement bien accueilli. Plus de 72 000 fumeurs se sont inscrits sur la nouvelle application de coaching Tabac Info Service. De nombreux événements ont été organisés dans différents lieux partout en France : des consultations spéciales à l’Hôpital européen George Pompidou, des actions de promotion organisées par la Ville de Nantes dans les parcs et jardins, etc. Les participants se sont également mobilisés sur les réseaux sociaux pour partager le vécu de leur arrêt du tabac. La page Facebook a compté jusqu’à 10 000 interactions par semaine et a bénéficié de 69 328 likes. « Moi(s) sans tabac » répond à un enjeu majeur de santé publique : la lutte contre le tabagisme. Cette opération est l’une des mesures du Programme national de réduction du tabagisme et vient compléter les autres mesures fortes prises par Marisol TOURAINE comme la mise en place du paquet neutre ou encore l’augmentation du prix du tabac à rouler. Si aujourd’hui le défi se termine, les professionnels de santé et Tabac Info Service sont toujours là pour aider chacun à rester ex-fumeur ou pour accompagner les fumeurs dans leur tentative de sevrage. Communiqué de presse Ministère des Affaires Sociales et de la santé, 01/12/2016 2016-12-07 Faites un don pour la recherchehttps://www.ligue-cancer.net/article/39404_faites-un-don-pour-la-recherche 2016-12-07 Congrès mondial contre le cancer accueilli par la Ligue contre le cancer du 31 octobre au 3 novembre 2016https://www.ligue-cancer.net/article/39350_congres-mondial-contre-le-cancer-accueilli-par-la-ligue-contre-le-cancer-du-31-octobre Vers un plan cancer mondial ? Le cancer progresse partout dans le monde, nous avons pourtant les moyens de gagner cette la lutte si la communauté internationale s’organise et si la société civile se mobilise. Partout, le cancer gagne du terrain et s’est malheureusement imposé comme la première cause de mortalité dans le monde. Le congrès mondial contre le cancer, qui se tient à Paris du 31 octobre au 3 novembre,  se devra « de mobiliser pour agir afin d’accélérer le changement » thème de cette édition organisée à Paris par l’Union internationale contre le cancer (UICC) dont la Ligue contre le cancer est l’association hôte avec L’Alliance des Ligues francophones Africaines et Méditerranéennes contre le cancer (ALIAM). Le cancer poursuit son ascension à l’échelle mondiale. Pour la Ligue contre le cancer, il y a urgence mais tout est possible !  Nouvelles thérapies, projets de recherche innovants, dépistage, information, prévention, accompagnement… : les clés pour gagner la lutte contre le cancer sont réelles et les bonnes pratiques internationales sont de mise. Il ne manque plus qu’à « réveiller la conscience collective ». Comment ? La Ligue contre le cancer appelle à la mobilisation générale à l’échelle mondiale pour prendre le bon virage et faire changer les choses ; notamment autour de la lutte contre le tabac qui est le 1er facteur de risque évitable. Pour la Ligue deux leviers de réussite : accompagner les pays ayant des difficultés- clé du succès contre le cancer - et les femmes, car elles sont l’avenir de la lutte contre le cancer. À l’échelle mondiale : le cancer est en hausse Les dernières données disponibles sur le cancer au niveau mondial, publiées en 2013 par l'OMS, comptabilisaient 14,1 millions de nouveaux cas de cancer en 2012 contre 12,7 millions en 2008 et 8,2 millions de décès contre 7,6 millions. Des chiffres liés au cancer dans le monde qui ne font qu'augmenter en raison de trois facteurs essentiels : l'augmentation de la population mondiale (de 6,1 milliards en 2000, elle est passée à 7,06 milliards en 2012 et devrait atteindre 8,3 milliards en 2030) le vieillissement de la population mondiale d'ici à 2030 l'augmentation de la fréquence des cancers (même si la taille de la population reste constante et que la répartition par âge reste inchangée) Par extrapolation de ces données, on peut s'attendre à ce que, d'ici 2030, il y ait, dans le monde, environ 26,4 millions de nouveaux cas de cancer et 17 millions de décès dus au cancer par an. Le rôle du tabac au niveau mondial : Sachant que les causes les plus fréquentes de décès liés au cancer dans le monde sont le cancer du poumon pour les hommes, 1 mort toutes les 6 secondes, 6 millions de morts / an, et le cancer du sein (pour les femmes). Le tabac représente à cet égard l’ennemi n°1 car  responsable de la première cause de mortalité prématurée mais aussi la première cause de cancers évitables. En France, chaque année, le tabac tue 78 000 personnes dont 47 000 par cancer. Avec entre 2000 et 2013, une augmentation dramatique de la mortalité des femmes à cause du tabac de 6% par an (vs une baisse de 1% pour les hommes), les femmes payent et vont payer un lourd tribu si rien n’est fait. Pour une lutte efficace contre le tabac, la Ligue plaide pour : une augmentation, sans délai, du prix du paquet pour qu’il soit vendu à 10 €, une harmonisation des prix au niveau européen et une généralisation du paquet neutre, la fin du commerce illicite, des importations personnelles autorisées (ventes frontalières ou en duty free), la mise en place d’un fonds de prévention et de lutte contre les effets du tabac, financé par un prélèvement sur les bénéfices de l’industrie du tabac selon le principe « Pollueur/Payeur » ici, « Tueur/Payeur », la mise à disposition, de façon massive, des aides à l’arrêt pour les personnes précaires, Et la cessation de l’ingérence de l’industrie du tabac et de ses lobbyistes à tous les niveaux des institutions publiques. Ces mesures sont à mener en France et à promouvoir à l’échelle mondiale. 
 A la croisée des chemins Si le constat est alarmant, les outils existent et la lutte contre le cancer dispose, sur le papier, d’un arsenal important pour inverser cette courbe : Croissance des économies mondiales et notamment des pays émergeants, nouvelles thérapies, campagnes de dépistage qui obtiennent des résultats dans certains pays, de bons outils (informations, prévention, etc…) connaissances des facteurs de risque avérés… à la croisée des chemins, l’ensemble de la communauté mondiale peut se mobiliser avant que la croissance du cancer dans le monde et son ampleur rende le combat impossible. La Ligue contre le cancer estime que les 5 prochaines années seront déterminantes pour prendre le bon virage : « A la pointe des combats contre le prix exorbitant du prix des nouveaux traitements ou encore contre l’industrie du tabac, la Ligue est aussi le 1er financeur de la recherche et a contribué aux Plans cancer successifs en France. Nous agissons aussi au plus près des malades et des aidants avec une prise en compte essentiel des facteurs sociaux et économiques dans ce combat contre la maladie. La Ligue contre le cancer et au-delà la France a un rôle singulier à jouer dans ce combat et pour fédérer les énergies » déclare Jacqueline Godet, Présidente de la Ligue contre le cancer.  « L’urgence c’est maintenant, nous avons 5 ans pour prendre le bon virage de la lutte contre le cancer. Il faut avant tout créer un cordon sanitaire pour aider les pays qui ont des difficultés, qui sont en première ligne, agir là-bas c’est agir ici. Il faut également donner aux femmes la place qui leur revient : l’avenir de la lutte contre le cancer ». « Si nous ne prenons que le cas de l’Afrique, cette région doit supporter 25 % de la totalité de la charge liée aux maladies alors que moins de 1 % des dépenses mondiales de santé y sont réalisées ! » Il faut s’appuyer sur la formation pour apporter les connaissances spécifiques nécessaires à chaque pays, que ce soit pour la prévention aux facteurs de risque (tabac, etc.), pour organiser des dépistages efficaces ou pour informer sur les bienfaits de la vaccination. L’Organisation mondiale de la santé estime que, rien qu’en Afrique, 600 000 cas de cancer sont déclarés chaque année et que, parmi les personnes diagnostiquées, 500 000 en décèdent. La majorité de ces morts prématurées pourraient être évitées avec la mise en œuvre de systèmes de santé permettant de répondre aux besoins des malades de manière plus efficace.   Sur ce continent et ailleurs, il faudra s’appuyer sur les femmes, elles constituent un levier essentiel pour la sensibilisation dans les familles. « En 1935, date de la création de l’UICC, nous avions la capacité technique de guérir 5% des cancers, aujourd’hui c’est 60%, cela ne peut profiter qu’aux pays développés ». Bientôt premières victimes du cancer si rien n’est fait, les femmes sont les garantes de l’information, de la prévention, de la maitrise et de la communication des facteurs de risque, pour elles, leurs familles, leurs ami(e)s, leurs proches, leurs communautés. Comme en France, partout dans le monde, les femmes sont les premières prescriptrices de santé. Vers un plan cancer mondial ? « En tant que membre fondateur de l’UICC mais aussi de L’Alliance des Ligues francophones Africaines et Méditerranéennes contre le cancer (ALIAM) et au cœur du combat porté par les Ligues européennes, nous demandons la définition et la mise en œuvre d’un plan mondial de mobilisation citoyenne tenant compte de la dimension multifactorielle du développement de la maladie et pensé selon les enjeux spécifiques à chaque pays » conclut la Ligue contre le cancer. Au plan international, jamais le besoin d’une approche de coordination multisectorielle afin de réduire les facteurs de risque du cancer n’a été aussi important. Si le cancer progresse sur tous les continents, 60 % des nouveaux cas de cancer sont localisés en Afrique, Asie et Amérique latine. Des régions qui représentent 70 % des décès dus au cancer dans le monde. Par ailleurs, certains cas de cancer pourraient être évités, non seulement en diminuant les facteurs de risque, notamment le tabac mais pas uniquement, mais également en sensibilisant la population aux infections et aux virus qui favorisent l’apparition du cancer. La réussite d’un plan  mondial repose à la fois sur notre capacité collective à capitaliser sur tous nos progrès, toutes nos connaissances et à une mise en œuvre d’initiatives adéquates, notamment de dépistage, de formations des professionnels de santé, de sensibilisation et de vaccination, pays par pays.   2016-10-28 « Mes deux seins valent bien une mammographie »https://www.ligue-cancer.net/article/38841_mes-deux-seins-valent-bien-une-mammographieLe Comité 54 de la Ligue contre le cancer a décidé de financer, suivant ses procédures, l’achat d’un mammographe pour l’Hôpital Hôtel Dieu de Mt St Martin (54). Le mois d’octobre sera l’occasion de nombreuses manifestations et avec la Ligue contre le cancer, elles serviront à cet objectif porteur de solidarité pour notre département. Premier évènement 100 % féminin : le 2 octobre avec la Course-Marche Rose à 14h30 au Stade Raymond Petit  à Tomblaine qui sera suivie tout au long de ce mois par de nombreuses actions sur l’ensemble du département.   Pour faire plus, une tombola est lancée : BB By B une toile de « Brigitte Bardot » peinte par Marc BOFFIN Pour jouer : envoyer par sms tombolarose au 32 321 ou connectez vous sur www.ligue-cancer.net/cd54/journal/  Ticket électronique : 5 € Pour toutes les manifestations et renseignements : 03 83 53 14 14www.ligue-cancer.net/cd54/journal/ Soutenez la Ligue contre le cancer Le dépistage c’est bien, avec du matériel c’est mieux.   2016-10-11 Octobre rose 2016 - La Ligue contre le cancer s’alarme : « Attention au Pinkwashing *»https://www.ligue-cancer.net/article/38790_octobre-rose-2016-la-ligue-contre-le-cancer-salarme-attention-au-pinkwashing    Recentrons le message d’Octobre rose sur LE DÉPISTAGE Octobre rose a su s’imposer comme un rendez-vous grand public permettant, de sensibiliser, de mobiliser contre le cancer du sein et de collecter des fonds, c’est une première victoire. Mais, victime de son succès, Octobre rose tend à devenir une manifestation fourre-tout, prétexte aux communications opportunistes et démagogiques. La multitude des acteurs rendent peu à peu l’objet de cette manifestation illisible. Pourtant cette manifestation a bien un sens premier : lutter contre le cancer du sein et un objectif clair : favoriser l’accès et la participation au D.E.P.I.S.T.A.G.E. Un cancer du sein détecté à un stade précoce peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10 ! Pourtant, aujourd’hui, avec plus de 54 000 nouveaux cas par an et plus de 11 900 décès en 2015, le cancer du sein se place au premier rang des décès par cancer chez la femme. Malgré la notoriété et la mobilisation d’Octobre rose, le taux de dépistage ne croît pas depuis 10 ans. Recentrer le message, permettrait à toutes les femmes, quels que soient leur revenu, leur origine sociale, leur religion, leur lieu d’habitation d’avoir accès à l’information et de se faire dépister ; tel est l’objectif que se fixe la Ligue contre le cancer pour Octobre rose 2016. Comment réussir à recentrer ce mois de sensibilisation sur l’essentiel ? La Ligue se mobilise pour fédérer l’ensemble des acteurs à réfléchir ensemble… et parce que la campagne d’Octobre rose est internationale, la Ligue portera cette question lors du Congrès mondial contre le cancer, organisé par l’Union internationale contre le cancer avec l’aide de la Ligue contre le cancer, à Paris du 31 octobre au 3 novembre 2016. Octobre rose, victime de son succès ? Le mouvement initié aux Etats-Unis avait à l’origine pour objectif de sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. En quelques années, de nombreuses entités institutionnelles, privées et associatives se sont emparées du mouvement pour collecter des fonds, informer, changer l’image sociétale du cancer du sein. En France, la campagne d’Octobre rose ne trouve plus d’écho : malgré cette campagne, le taux de participation des femmes concernées par le dépistage organisé n’augmente pas. Comment replacer le dépistage au centre d’Octobre rose ? Généralisé à l’ensemble du territoire français depuis 2004, le programme de dépistage organisé propose gratuitement, aux 9 millions de femmes âgées de 50 à 74 ans une mammographie avec double lecture. Efficace, fiable et indispensable, la seconde lecture a permis de dépister environ 6 à 7% des cas de cancers du sein en 2012. Mais le constat est sans appel : seulement 51.5% des femmes concernées se font dépister et ce taux reste stable depuis 10 ans. Pour y remédier, la Ligue réaffirme les recommandations qu’elle a portées lors de la « concertation citoyenne » autour du dépistage du cancer du sein organisée par le ministère de la Santé en 2016 : améliorer l’information éclairée des femmes et en faire une préoccupation des professionnels ; intégrer le dépistage individuel dans le programme de dépistage organisé en instaurant une double lecture ; instaurer des mesures facilitant l’accès aux cabinets de radiologie : titre de transport gratuit ou taxi social, prise en charge à 100% des restes à charge (échographie, biopsies) ; permettre une disponibilité égale des plages horaires de rendez-vous pour le dépistage individuel et le dépistage organisé ; favoriser la recherche pour mieux identifier les marqueurs précoces des cancers du sein, de leur caractère invasif et de leur évolutivité clinique ; agir plus particulièrement auprès des femmes les plus vulnérables. La Ligue expliquera certains enjeux d’Octobre rose a l’échelle internationale lors du congrès mondial contre le cancer – à paris du 31 octobre au 3 novembre Cette année, le Congrès mondial contre le cancer se déroule à Paris, co-organisé par l’Union internationale contre le cancer et la Ligue contre le cancer. La Ligue évoquera des pistes d’actions concrètes sur cette problématique afin de mobiliser et sensibiliser la communauté internationale.   *Pinkwashing : Ce terme utilisé aux Etats-Unis désigne les formes diverses de marketing humanitaire et notamment la promotion de biens de consommation et des services utilisant le ruban rose qui représente l’adhésion à la lutte contre le cancer du sein.  2016-10-06