Ligue contre le cancerInscrivez vous aux flux RSS du sitehttp://www.ligue-cancer.net© Ligue nationale contre le cancer 2015Oui au Nutri-score : Non aux menaces de brouillage de certains industriels https://www.ligue-cancer.net/article/43777_oui-au-nutri-score-non-aux-menaces-de-brouillage-de-certains-industrielsDepuis le mois d’avril, plusieurs industriels de l’agroalimentaire et de grands groupes de distribution jouent le jeu et ont affiché le logo sur leurs produits. D’autres en revanche sont hostiles. Six multinationales (Coca-Cola, Mars, Mondelez, Nestlé, Pepsi et Unilever) refusent Nutri-Score et avaient annoncé en mars leur intention d'utiliser leur propre système d'étiquetage. Pour dénoncer les « manœuvres » de ces six géants, une pétition, à l’initiative de la Société française de santé publique (SFSP), a été lancée le 1er décembre sur le site change.org. Elle réunit plus de vingt sociétés savantes, de terrain, de patients dont la Ligue contre le cancer et de consommateurs  (UFC-Que Choisir, foodwatch…) et invitent les citoyens à soutenir leur action pour que tous les industriels et distributeurs adoptent le logo nutritionnel simplifié. Signer la pétition   2017-12-11 Retour à l’emploi après un cancer : un handicap méconnu?https://www.ligue-cancer.net/article/43443_retour-lemploi-apres-un-cancer-un-handicap-meconnuUn cancer, une fois traité, serait-il un handicap irréversible ? Durant la Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées qui se tient du 13 au 19 novembre, la Ligue contre le cancer souhaite focaliser l’attention de tous sur un des combats qu’elle mène depuis plusieurs années et qu’elle veut pousser plus loin : le maintien ou le retour à l’emploi des personnes atteintes de cancer. En effet, actuellement une personne sur deux atteinte de cancer à moins de 65 ans est susceptible d’être encore en activité. De plus, près de 3 millions de personnes vivant en France avec un antécédent de cancer.  La Ligue contre le cancer souhaite aider les personnes atteintes de cancer à retrouver leur emploi et les entreprises à mieux appréhender les questions posées par le cancer dans le milieu professionnel. Dans ce but, la Ligue : ouvre une plateforme « Emploi et cancer » dans laquelle les personnes malades pourront témoigner de leurs difficultés, obtenir des réponses à leurs questions liées à leur retour à l’emploi et être orientées vers les services et acteurs compétents; développe et met à disposition des entreprises un programme appelé PACTE de sensibilisation de leurs managers, de leurs collaborateurs et de leurs salariés aux questions posées par la prévention des cancers et par le retour dans l’entreprise des salariés atteints de cancer. « Le cancer est devenue une réalité dans le monde du travail. Les entreprises doivent comprendre qu’elles ont une responsabilité sociale et morale, qu’elles peuvent participer à la réduction du nombre de cancers évitables et qu’elles peuvent contribuer à améliorer le bien-être et la performance des salariés de retour dans l’emploi. » explique le professeur Jacqueline Godet, présidente de la Ligue contre le cancer. >> En savoir plus. 2017-11-14 34ème congrès annuel de la SFPO - La Communication en questions «Ecouter – Dire – Entrer en relation»https://www.ligue-cancer.net/article/43439_34eme-congres-annuel-de-la-sfpo-la-communication-en-questions-ecouter-dire-entrer-enLa Société Française de Psycho-Oncologie dédie son 34ème congrès, les 22-23-24 novembre prochain à Paris, à la thématique de la Communication « Ecouter – Dire – Entrer en relation ». Ce champ de la communication et de la relation soignant-soigné est un enjeu majeur pour la psycho-oncologie. Le soin commence par la capacité à construire un espace d'échange intersubjectif pour accompagner le patient à toutes les étapes, et à y échanger bien plus que des informations. Ce congrès tentera d’aborder cette communication en oncologie sous tous ses aspects informatifs, relationnels et cognitifs, qu’il s’agisse de communication soignant-soigné, de communication avec les proches ou des échanges pluridisciplinaires entre les soignants. Seront évoqués les enjeux majeurs de celle-ci pour la qualité des soins, et ses éventuelles limites à l’époque de la transparence du dossier médical et du patient partenaire. Enfin, le bilan de plusieurs décennies de formations à la communication soignant-soigné sera dressé, en appui sur une présence forte cette année de professionnels suisses et belges dont l’expérience est majeure dans ce domaine. Nous attendons comme chaque année quelques 500 professionnels issus des soins psychiques et de la cancérologie, mais aussi étudiants, associations de patients et partenaires institutionnels. 2017-11-13 Calendrier 2018 « spécial 100 ans »https://www.ligue-cancer.net/article/43322_calendrier-2018-special-100-ansTradition oblige, la Ligue contre le cancer est heureuse de vous dévoiler son nouveau calendrier 2018 pour vous souhaiter une heureuse année 2018 corsée en solidarité, nappée de générosité, le tout soupoudré d’éclats de rires ! Pour ses 100 ans, la Ligue met les petits plats dans les grands ! En 2018, elle a décidé de nous faire saliver en douceur avec 12 chefs pâtissiers renommés qui nous dévoileront chacun une recette de leur choix. Tous ont été photographiés par David Ken d’une manière artistique, humoristique et gourmande. En achetant ce calendrier, vous offrez un cadeau lumineux et solidaire et vous soutenez la recherche contre le cancer et les actions pour les personnes malades. ALORS n’hésitez pas ! Commencez l’année avec douceur et générosité ! Pierre hermé : « Mon métier, ma passion c ‘est de donner du bonheur. En participant au calendrier de la Ligue contre le cancer, j ‘espère offrir un peu de bonheur aux personnes malades. » Plus qu'un calendrier, un acte solidaire et engagé! Pour vous-mêmes ou/et pour offrir, l’essentiel est d’être sensibilisé ou/et transmettre le message ! Car les enjeux pour les années à venir sont nombreux : développement de thérapies innovantes, lutte contre les facteurs de risque évitables, lutte contre l’exclusion et la précarisation dont sont encore souvent victimes les personnes malades, accompagnement au quotidien dans les parcours de soins et de vie, droit à l’oubli, mobilisation contre les prix exorbitants des médicaments innovants… La Ligue contre le cancer remercie les 12 chefs pâtissiers pour leur talent et leur générosité : Pierre Hermé, Sébastien Gaudard, Fabrice Lebourdat, Gilles Marchal, Mercotte, Philippe Conticini, Carl Marletti, Hugues Pouget, Christophe Felder, Cyril Lignac, Arnaud Larher, Christelle Brua. >> Commander le calendrier   2017-11-09 Et vous, vous arrêtez de fumer en novembre ?https://www.ligue-cancer.net/article/43252_et-vous-vous-arretez-de-fumer-en-novembrePour la seconde édition de l’opération #MoisSansTabac, les Comités départementaux de la Ligue contre le cancer se mobilisent pour aider les fumeurs dans leur envie d’arrêter le tabac ! L’enjeu est de taille : le tabac est la première cause de mortalité prématurée et la première cause de cancers évitables. En France, chaque année, le tabac tue 73 000 personnes dont 44 000 par cancer. Alors que la prévalence du tabagisme croît parmi les Français, y compris chez les femmes et chez les jeunes, le tabagisme reste le principal facteur de risque pour de nombreuses maladies non transmissibles. Et si en novembre, vous arrêtiez de fumer ? La Ligue contre le cancer vous soutient ! 3,2,1…. Arrêtez ! #MoisSansTabac. En France, 13 millions d’adultes fument quotidiennement et six fumeurs sur dix souhaitent arrêter Le Mois sans tabac ? Le ministère des Affaires sociales et de la Santé, en partenariat avec Santé Publique France a lancé en 2016, associés à la Ligue contre le cancer ainsi qu’à de nombreux autres partenaires, un grand défi aux fumeurs : arrêter pendant 30 jours en novembre. #MoisSansTabac, c’est un véritable défi collectif qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois avec le soutien de leurs proches. Pourquoi un mois ? Au-delà, les chances d’arrêter définitivement sont multipliées par 5. Alors en novembre, on arrête ensemble. RDV sur https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/ 2017-11-03 Glyphosate : le Président Macron a cinq bonnes raisons de respecter ses engagementshttps://www.ligue-cancer.net/article/43038_glyphosate-le-president-macron-cinq-bonnes-raisons-de-respecter-ses-engagements« Placer la France en tête du combat contre les perturbateurs endocriniens et les pesticides » était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Trente-quatre organisations lui rappellent aujourd’hui dans une lettre ouverte qu’il dispose de cinq très bons arguments pour interdire le glyphosate sans attendre. Le renouvellement du glyphosate doit être soumis au vote très prochainement au sein de l’Union européenne. Si la France a déjà annoncé qu’elle voterait non à son autorisation pour dix nouvelles années, l’ombre d’une autorisation de cinq ou sept ans pour l’herbicide chimique le plus vendu au monde plane dangereusement au-dessus de millions de citoyens européens qui n’en veulent plus. Pour la société civile, il serait inacceptable que le gouvernement fasse passer les intérêts de l’industrie chimique avant la santé des consommateurs mais aussi celle des agriculteurs. Elle demande donc au Président de ne plus attendre pour porter dans les négociations européennes en cours l’interdiction de l’usage de cette molécule dangereuse et polluante. En savoir plus 2017-10-20 Le nouveau numéro militant et engagé du magazine Vivre N°375https://www.ligue-cancer.net/article/42945_le-nouveau-numero-militant-et-engage-du-magazine-vivre-ndeg375Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a accordé une interview exclusive au magazine Vivre, le seul magazine contre le cancer pour tous, hommes et femmes, jeunes et personnes âgées, tous confrontés directement ou indirectement à la maladie. La ministre des Solidarités et de la Santé revient sur la place du cancer dans la politique de santé publique, le Plan cancer, le parcours de soins, les déserts médicaux, le prix du tabac, les traitements innovants, etc. Dans ce nouveau numéro, des n sujets d’actualité sont également abordés : Octobre rose, le nutri-score, la consommation d’alcool et la santé dans les quartiers. Un numéro disponible dès à présent. Interview exclusive d'Agnès Buzyn Sans détour,  la ministre des Solidarités et de la Santé répond aux questions de la rédaction du magazine Vivre : la place du cancer dans la politique de santé publique, le prix des médicaments, le cancer des enfants, le  3e Plan cancer, mais aussi les parcours de soins, les déserts médicaux, la recherche… «Mes compétences dans la lutte contre le cancer vont me permettre de mieux définir et orienter les problèmes de santé publique». «La prévention : une priorité dans ma stratégie nationale  de santé» En novembre 2018, la Ligue organisera les premiers Etats généraux de la prévention des cancers avec pour ambition de recueillir les propositions de toute la société civile, des professionnels, des institutions pour aboutir à un plan de prévention des cancers. «En tant que ministre, vous pouvez compter sur moi pour continuer à défendre avec ferveur le sujet sensible que sont les cancers pédiatriques. C’est ma bataille et c’est un sujet prioritaire du Plan cancer». A lire également: Octobre rose : le cancer du sein... chez les hommes. Nutri-score : plus de transparence dans les rayons, où en est-on ? Alcool : aider les français à boire moins. Société : la santé n'oublie pas les quartiers. Vécu : Jean-MArie, agriculteur et victime de pesticides. Le magazine Vivre N°375.   2017-10-12 2018 : la Ligue contre le cancer fête ses 100 ans !https://www.ligue-cancer.net/article/42859_2018-la-ligue-contre-le-cancer-fete-ses-100-ansCréée en 1918, la Ligue contre le cancer fêtera en 2018 son Centenaire. Une année anniversaire dont l’ambition est de rendre hommage à 100 ans de lutte contre le cancer, portée par nos quatre missions sociales : recherche, accompagnement des personnes malades et de leurs proches, mobilisation citoyenne et prévention. Mais aussi de créer un grand mouvement de solidarité autour de la lutte contre le cancer et de définir les perspectives de notre action pour les années à venir. Les enjeux sont nombreux : développement de thérapies innovantes, lutte contre les facteurs de risque évitables, lutte contre l’exclusion et la précarisation dont sont encore souvent victimes les personnes malades, accompagnement au quotidien dans les parcours de soins et de vie, droit à l’oubli, mobilisation contre les prix exorbitants des médicaments innovants… Notre fondateur Justin Godart, né en 1871 à Lyon et décoré de la médaille de Juste parmi les nations en 2004 à titre posthume, a initié ce vaste élan de solidarité qui fait encore aujourd’hui notre force. Aujourd’hui, et plus que jamais, la Ligue contre le cancer est l’acteur associatif majeur pour lutter sur tous les fronts de la maladie, première cause de mortalité en France. Notre capacité à innover, à anticiper les combats à mener doit rester une force de la Ligue contre le cancer. Pour cette année exceptionnelle, la Ligue contre le cancer vous donne rendez-vous toute l’année sur nos comptes Facebook et Twitter pour partager avec nous nos moments forts et revenir sur les grandes victoires qui ont fait notre histoire. Rendez-vous également lors de nos événements : le 24 janvier à Lyon pour une conférence sur l’avenir de la recherche en matière de cancer le 14 mars 2018 toute la journée au Centre des Congrès de la Villette à Paris pour un événement festif et solidaire (programme et inscriptions à venir) le 9 juin à 12h partout en France métropolitaine et dans le DOM-TOM, avec le Comité de la Ligue de votre département, faites du bruit contre le cancer 2017-10-09 Interview exclusive d’Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santéhttps://www.ligue-cancer.net/article/42795_interview-exclusive-dagnes-buzyn-ministre-des-solidarites-et-de-la-santeAgnès Buzyn La ministre des Solidarités et de la Santé a accordé une interview exclusive au magazine Vivre : « Mes compétences dans la lutte contre le cancer vont me permettre de mieux définir et orienter les problèmes de santé publique.» Accéder à l'interview 2017-10-05 Cancer du sein : comment prendre soin de ses seins ?https://www.ligue-cancer.net/article/42735_cancer-du-sein-comment-prendre-soin-de-ses-seins        Cancer du sein : comment prendre soin de ses seins ? En France, une femme sur huit développe un cancer du sein au cours de sa vie. En 2015, plus de 54 000 nouveaux cas de cancer du sein ont été diagnostiqués en France et plus de 11 000 décès ont été recensés(1). Pourtant, s’il est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10. Alors, comment prendre soin de ses seins, et ce tout au long de sa vie ?   Les facteurs de risque de développer un cancer du sein L’âge : le cancer du sein se développe principalement chez les femmes de plus de 50 ans. Les antécédents personnels : les femmes qui ont déjà été atteintes d'un cancer du sein sont plus à risque d’avoir encore un cancer du sein. Les antécédents familiaux : près de 20 à 30% des cancers du sein se manifestent chez des femmes ayant des antécédents familiaux de cancers dont des cancers du sein. Les prédispositions génétiques au cancer du sein : certaines mutations génétiques peuvent favoriser la survenue de cancers du sein, notamment la mutation des gènes appelés BRCA1 (pour BReast Cancer 1 : gène 1 du cancer du sein) et le BRCA2 (pour BReast Cancer 2 : gène 2 du cancer du sein). Néanmoins, la mutation d’un de ces gènes n’entraîne pas systématiquement la venue d’un cancer. Les modes de vie : certains comportements individuels comme la consommation d’alcool et de tabac, un surpoids ou encore le manque d’activité physique peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein.   Un suivi adapté à chaque femme Si vous n’avez pas de facteur de risque personnel ou familial, il est extrêmement important d’avoir une consultation de suivi TOUS LES ANS auprès de votre gynécologue ou auprès de votre médecin généraliste. Vous avez entre 25 et 49 ans : réalisez un examen clinique des seins tous les ans (palpation) en consultant votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme. Vous avez entre 50 et 74 ans : une mammographie de dépistage est recommandée tous les 2 ans. Cet examen, pris en charge à 100% par l’assurance maladie, bénéficie d’une double lecture des clichés radiologiques. Vous devez également réaliser un examen clinique tous les ans (palpation) auprès de votre médecin généraliste ou de votre gynécologue. Vous avez plus de 74 ans : réalisez un examen clinique des seins tous les ans (palpation) en consultant votre médecin généraliste ou votre gynécologue. Pour les femmes ayant des antécédents familiaux ou personnels, un suivi adapté doit être défini avec votre médecin traitant.   Pourquoi se faire dépister entre 50 et 74 ans ? Le programme de dépistage organisé du cancer du sein permet à chaque femme de 50 à 74 ans de bénéficier gratuitement d'une mammographie, tous les deux ans. À partir de 50 ans et même si vous ne présentez ni symptôme apparent, ni facteur de risque particulier de cancer du sein, vous recevrez, tous les 2 ans, une invitation pour une mammographie gratuite, avec la liste des radiologues de votre département participant au dépistage organisé du cancer du sein. La mammographie (radiographie des seins) détecte les anomalies de petites tailles, dont certaines seulement se révèleront être un cancer. Cet examen mammographique comprend deux clichés radiologiques par sein, associé à un examen clinique avec questionnaire médical qui permet au radiologue de connaître les antécédents familiaux et personnels. En cas d'anomalie, des examens complémentaires (mammographie complémentaire, échographie, ponction et éventuellement biopsie) seront prescrits pour préciser le diagnostic. N’oubliez pas de consulter au moins 1 fois par an votre médecin traitant ou votre gynécologue pour un examen clinique de vos seins, entre deux mammographies de dépistage. Un diagnostic précoce constitue le meilleur moyen d’agir contre le cancer du sein. En effet, s’il est détecté assez tôt, ce cancer peut non seulement être guéri dans plus de 9 cas sur 10 mais aussi être soigné avec des traitements moins agressifs et moins mutilants. Ainsi dans les deux tiers des cas, le sein peut être conservé plutôt qu’enlevé.   N'hésitez pas à consulter si vous constatez : une boule ou une grosseur dans un sein ou une aisselle ; une rougeur ou un aspect irrégulier "peau d'orange" de la peau de vos seins ; une rétraction au niveau du mamelon ; ou un écoulement anormal.   1 : Les cancers en France, Institut national du cancer, édition 2016   2017-10-09