Forum

Probléme de communication avec mon entourage

tara38 jeu, 23/07/2015 - 03:37 (2) commentaire(s)

Bonjour,
Depuis mon cancer du poumon en 2013 (et après mon opération de la colonne vertébrale en 2005), je n'arrive plus a supporter mon entourage sur leurs questions stupides ou sur une certaine forme de morale (moi je ferais ci, pourquoi tu ne fais pas ca oui bien tu as beaucoup grossi, etc., etc.)...
Les personnes qui nous côtoient ne ce rendent pas compte que la (les) douleurs physiques que l'on supporte jours après jour peuvent nous rendre dans certains cas très désagréable et qu’il n'est pas nécessaire d'en rajouter bêtement.
En ce qui me concerne, j'ai coupé tous les ponts avec une grande partie de ce genre d'individus qu'ils fassent parti ou pas de la famille.
Si certains d'entre vous ont rencontrez les mêmes désagréments , d’avance merci pour vos réponses.

Lucile mar, 28/07/2015 - 01:50

Bonsoir,

Sachez tout d'abord que je me situe de "l'autre côté de la barrière", je vis depuis plus de 5 ans avec ma mère atteinte d'un cancer du sein métastasé qui est aujourd'hui en "phase terminale".

Votre entourage ne peut d'aucune manière s'imaginer ce que vous traversez. Le mot "cancer" effraie énormément.
Les exemples que vous citez ci-dessus "(moi je ferais ci, pourquoi tu ne fais pas ca oui bien tu as beaucoup grossi, etc., etc.) sont des formes de mal-êtres des personnes qui vous côtoient. Ils ne savent tout simplement pas quoi vous dire mais essaient tout de même de parler de votre maladie afin que cela ne soit pas un sujet 'tabou". Effectivement ce sont des phrases très maladroites pour vous, qui sont difficilement supportables. Mais n'oubliez pas que si ses personnes vous parlent de votre maladie (même maladroitement) c'est qu'ils s'intéressent et tiennent à vous.

Malheureusement les personnes qui vous entourent quotidiennement vivent aussi le cancer. Elles le vivent sous un autre angle, extérieurement (ce ne sont pas elles qui sont malades) mais en étant impliquées intérieurement (elles vous voient vous battre, changer, évoluer, avoir des hauts mais aussi des bas) et se sentent certainement impuissantes. Chaque individu est différent, selon l'âge, le sexe, la personnalité de chacun. (Ma soeur et moi vivons la même maladie, avec la même personne depuis des années, sauf que nous n'avons pas le même age ni le même caractère ce qui engendre deux comportements diamétralement opposés).
Le fait de vous dire "moi je ferai ceci" par exemple est un moyen pour la personne de ne pas vous laissez tomber, d'être présente même si encore une fois, c'est maladroit et désagréable pour vous d'entendre ça.

Le cancer permet également de faire du tri parmi ses amis et la famille, je pense que tout le monde passe par cette étape.

L'aide d'un psychologue peut également vous aidez à surmonter tous ses désagréments. Je sais que cela a été d'une grande aide pour ma mère ; même si bien entendu vous serez toujours au fond incommodé par ce genre de phrases maladroites que vous citez mais cela vous permettra peut être de les tolérer.

J'espère vous avoir aider, au moins un petit peu :) et vous souhaite beaucoup de courage pour votre combat.

graziella.m ven, 04/09/2015 - 21:59

Oulala,

La famille ou les amis peuvent être bénéfiques comme destructeurs dans ces moments là.
J'ai ma maman qui a été atteinte d'un cancer du sein, une tumeur qui s'est développée à une vitesse folle. Il était trop tard l'ablation du sein était inévitable, elle a reçu le packaging de la pauvre cancéreuse avec les traitements, le regards des autres, les dits et les non dits de l'entourage.
"oh la pauvre" "pourquoi tu ne t'es pas fait dépister plus tôt?" "Est ce que ta mère va mieux? tu peux lui demander elle est à coté!"
Autant de petites phrases qui peuvent irriter, agacer, attrister...
On ne sait pas tant qu'on n'y est pas!

Dix ans plus tard, elle récidive, elle perdra la vie 6 mois plus tard. Les reproches ou phrases type de ce genre étaient toujours d'actualité, avant et après sa mort. C'est dans le genre humain de donner des conseils et de s'inquiéter maladroitement.
Ça touche au cœur, mais c'est à nous, malade et proche de répliquer de manière diplomate et réfléchi pour impliquer notre entourage dans la maladie.
La soeur de ma mère insistait sur sa négligence, car en dix ans elle a eu deux cancers, j'ai répondu pour ma mère n'aillant plus la force: "totalement, maman prends des tickets de tombola pour tenter de gagner un cancer et 1 an de chimiothérapie gratuite. Fun non?"
L'ironie et l'humour fonctionne plutôt bien car l'interlocuteur se sentira gêner, s'excusera et ne recommencera pas.

J'espère que mon témoignage vous aidera dans votre quotidien pour affronter un ennemi aussi redoutable que le cancer; les mots.

Cordialement