Forum

ENTOURAGE

nathalieb lun, 19/06/2017 - 12:28 (5) commentaire(s)

Bonjour,
Je viens vers vous, afin d'obtenir des renseignements sur les réactions de votre entourage (conjoint où enfants), face au cancer du sein.
Je viens d'être diagnostiquer d'un cancer du sein carcinome canalaire in situ grade 2 (ablation totale et reconstruction immédiate).
J'oscille entre moment de tristesse, de panique et moment d'isolement. Je n'arrive pas à entrer dans une conversation autre que cette maladie.Mes filles et mon conjoint sont très proche de moi, mon conjoint me suis à tous les rendez vous depuis l'annonce, mais il évite le sujet, et ne souhaite pas en parler avec la famille et les amis. J'ai l'impression d'être un poids pour eux. Merci de vos réponses.
Nathalie

atmed lun, 19/06/2017 - 13:29

Bonjour Nathalie,
Bien sûr, votre état de santé est un sujet de préoccupation pour tous ceux qui vous aiment, à commencer par votre conjoint et vos filles. Ils vous accompagnent dans votre maladie comme ils le peuvent, avec leur propre sensibilité. Votre conjoint vous accompagne lors des consultations, c'est une belle attention de sa part, et s'il ne souhaite pas trop en parler avec la famille ou les amis, c'est parce qu'il estime que cela relève de l'intime et que ce n'est pas à lui d'en parler. Cela n'est pas anormal, chacun réagit à sa façon. L'essentiel, c'est qu'il soit à vos côtés et que vous puissiez compter sur lui comme il sait qu'il pourrait compter sur vous si les rôles étaient inversés.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Sixtine lun, 19/06/2017 - 18:38

Ma maman a eu un cancer du sein à 48 ans. Ma soeur et moi étions adultes. Ce fut un choc mais nous en parlions comme d'une maladie chronique. Au fond ce qui est important c'est la lutte conjointe, à mon sens il est important d'en parler autour de soi , qu'aucune gêne s'installe mais en revanche il serait redoutable de ne parler que de cela. Relativisez cette maladie et considérez là comme un ennemi à abattre. Je connais quelqu'un en rémission après un "triple négatif". Ma maman est décédée après 14 ans de lutte mais elle avait refusé l'ablation de son sein. Autre temps autres moeurs, à l'époque je n'avais pas mes connaissance d'aujourd'hui sinon j'aurais insisté. Mon esthéticienne à connu cette épreuve à 36 ans, elle a aujourd'hui 45 ans, est en rémission totale et sa mésaventure passée est insoupçonnable. Gardez courage et battez vous, ne vous forcez pas pour en parler, mais juste aux gens qui peuvent admettre et vous aider.
Cordialement,
CP

nathalieb mar, 20/06/2017 - 13:12

Merci pour vos réponses
Cordialement
Nathalie

Ka mer, 21/06/2017 - 05:09

Bonjour,
On a diagnostiqué un cancer de l'oesophage + estomac à mon mari en septembre 2016 et depuis nous vivons au rythme des soins et de son opération. J'ai toujours voulu être présente pour ses rdv et les urgences... je veux qu'il sente qu'il n'est pas seule face à cette mer.... de maladie. On ne sait pas trop où on va , on vit au jour le jour, nous avons 2 filles et J'essai de vivre normalement pour elles mais c'est vrai que c'est difficile chaque jour est un combat et quand tout va bien c'est une victoire !!!
Surtout que face au corps médical on se sent parfois démuni, il a beaucoup de douleur qui ne sont pas traité ou mal traité. J'en fait parfois un peu trop mais c'est ma façon à moi de me montrer présente.
Si tu as des questions sur ce que peux resentir l'entourage c'est avec plaisir que je te répondrais.
Mais laisse toi dorloter , ce qui t'arrive n'est pas ta faute et je pense que la meilleure façon de lui dire merci et de le laisser t'aider et lui montrer que tu vois ce qu'il fait pour toi !!!
Je vous souhaite bon courage et n'hésite pas si tu veux parler !!!
Karine

Nathi mer, 21/06/2017 - 20:51

Bonjour Nathalie,
Je réponds à votre message car je suis de l’entourage d’une personne ayant eu un cancer. On a diagnostiqué un cancer du sein à ma jeune sœur de 34 ans, elle était maman depuis seulement 1 an... une naissance et une mort qui pointait son nez ?....Heureusement maintenant elle va bien !
L’annonce de son cancer a ébranlé toute la famille, et chacun selon sa sensibilité a réagi différemment : ma mère était terrifiée et pleurait, mon père se renfermait, mes frères paraissaient complètement indifférents, son conjoint trouvait en lui des forces impressionnantes.
Pour la majorité des personnes, parler de la maladie, évoquer la mort sont des sujets tabous et ils pensent que le fait d’en parler peuvent les provoquer.
Ma sœur avait besoin d’en parler sans pour autant qu’on l’enferme dans un « rôle » de malade mais elle a du faire face à toutes les réactions. Tout le monde est mal à l’aise et perd son authenticité.
Ma chère Nathalie, trouvez les personnes qui sont capables de vous écouter et de partager vos peurs.
Votre mari doit certainement être très affecté et il gère à sa façon cette épreuve de la vie.
Une personne malade amène tout son monde avec elle, c’est normal mais enlevez-vous de la tête que vous êtes un poids !
Je vous souhaite du courage et beaucoup d’amour pour traverser ce que vous allez vivre et gardez toujours espoir.

Nathi