Forum

Chimio néo adjuvante cancer du côlon

unesarah jeu, 08/11/2018 - 18:45 (6) commentaire(s)

Bonjour à toutes et tous,
Mon père a été diagnostiqué d’un cancer du côlon (sigmoïde) mi-septembre. Une masse tumorale (en partie infectée) de 12cm sur 8cm. Étant donné la taille de la tumeur et son contact avec la vessie, des vaisseaux et nerfs, une opération n’est pas envisageable pour le moment. Il a donc commencé une chimiothérapie néo-adjuvante dans le but de pouvoir faire réduire la tumeur avant d’opérer. Demain il aura sa 4ème chimiothérapie.
Normalement il ne devait en avoir que 4 mais comme la chimio (irinotecan, oxaliplatine et 5-fluorouracile) semble faire effet (la masse est palpable à la main et le chirurgien a confirmé qu’elle avait diminué de taille), l’oncologue songe à ajouter 2 séances supplémentaires. Mon père passe un scanner lundi afin d’évaluer la tumeur, les médecins décideront alors de la date de l’opération.
Son TEP-scan n’a révélé aucunes métastases.
Depuis l’annonce de cette maladie notre monde s’est effondré, nous sommes unis pour nous battre ensemble.
J’aimerais savoir si certains d’entre vous ont également été diagnostiqués d’une tumeur aussi grosse et inopérable et ayant été traités par une chimiothérapie à néo-adjuvante, et quels ont été les résultats ?
Je lis énormément de vos témoignages, qui parfois m’angoissent mais très souvent me redonnent de l’espoir.
Je vous souhaite à toutes et tous beaucoup de courage.
Sarah

atmed ven, 09/11/2018 - 08:28

Bonjour Sarah,
J'espère que vous recevrez sur ce forum les témoignages que vous attendez. Mais je vous confirme qu'une chimio néoadjuvante a bien pour objectif de rendre une tumeur plus facilement opérable et que cette situation est assez courante en oncologie, notamment en oncologie digestive.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

unesarah ven, 09/11/2018 - 11:43

Bonjour docteur,
Merci pour votre réponse. Pour l’instant les signes sont positifs donc nous restons confiants.

Pour résumer l’historique de sa maladie, mon père a commencé à ressentir des symptômes (nausées, maux de ventre) en mars 2018, ses prises de sang montraient une forte inflammation (CRP 250). Après un scanner il a été conclu qu’il souffrait d’une diverticulite. En juin 2018, les symptômes ne s’estompaient pas et il continuait à perdre du poids, il a consulté un gastro-enterologue qui lui prescrivait des antibiotiques sans arrêt, pendant 2-3 mois, sans amélioration notable.
Fin aout 2018, il avait déjà perdu 16 kilos, après une consultation chez son gastro enterologue il lui a détecté une masse au niveau de la ceinture à droite. L’echo a confirmé la présence d’une masse de 10cm de diamètre, écrasant la vessie (il urinait très fréquemment).
Après une multitude d’examens, la biopsie a confirmé 2 semaines plus tard qu’il s’agissait d’une tumeur du sigmoïde.
Ma question est donc la suivante : ai-je raison de penser qu’il n’y a en réalité jamais eu de diverticulite mais qu’il souffrait déjà d’un cancer dès le mois de mars ?
Je me suis renseignée et ai constaté que le diagnostic entre diverticulite et cancer du colon étaient très proches, le seul moyen de confirmer qu’il ne s’agissait pas d’un cancer était de pratiquer une coloscopie, chose qui n’a JAMAIS été faite depuis le mois de mars. Est-il possible qu’il y ait eu là une erreur médicale ?

Par ailleurs, comment peut-on expliquer qu’aucune masse n’ait été détectée aux scanners effectués entre mars et juillet, ni à la palpation, et qu’en l’espace d’un mois se développe une masse tumorale de 12cm ? Comment expliquer un développement aussi rapide ?

Cela fait beaucoup de questions je m’en rends compte... merci beaucoup par avance pour votre aide !

Sarah

atmed ven, 09/11/2018 - 12:01

Re-bonjour Sarah,
Mon premier commentaire, je pense utile pour tous ceux qui fréquentent ce forum, c'est l'importance du dépistage du cancer colorectal, proposé tous les deux ans aux femmes et aux hommes de 50 à 75 ans. Ce dépistage permet de prendre en charge très précocement les lésions précancéreuses ou cancéreuses et d'assurer ainsi la guérison dans l'immense majorité des cas.
Mon deuxième commentaire porte sur le diagnostic différentiel entre poussée de sigmoïdite diverticulaire et cancer colorectal. Ce diagnostic différentiel n'est pas toujours aisé. Le scanner était le bon examen à faire (en crise aiguë de diverticulite, l'endoscopie est généralement déconseillée en raison d'un risque de perforation colique), ce qui est plus surprenant, c'est que le diagnostic posé ait été celui de diverticulite et non de cancer. Mais il n'est pas impossible que les deux pathologies aient coexisté, même si cette option n'est pas très courante.
Troisième commentaire : les premiers scanners ont certainement mis en évidence une masse mais sans doute considérée comme un abcès diverticulaire. Le fait que l'antibiothérapie n'ait pas fait effet rapidement aurait sans doute pu orienter plus rapidement vers un diagnostic différentiel de cancer colorectal.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

unesarah ven, 09/11/2018 - 15:04

Merci pour ce premier commentaire, il est primordial de sensibiliser la population à l’importance du dépistage. Nous en avons réellement pris conscience avec l’annonce de cette maladie. Mon père n’a malheureusement pas fait de coloscopie depuis ses 40 ans, et nous savons maintenant que s’il en avait fait une il y a 3 ans dès ses 50 ans ses polypes auraient pu être retirés et nous aurions évité cela.

Pour ce qui est du reste, merci beaucoup pour vos réponses.
La coloscopie ne peut être pratiquée pendant les crises inflammatoire c’est vrai, pourtant la prise d’antibiotiques permettait pour un temps de faire baisser le taux de CRP et de leucocytes, n’aurait-on pas pu pratiquer de coloscopie à ces moments là?
Je joins à ce message une image avec les compte rendus de scanner, en haut son 1er scanner (23/03/18) et en bas de son 2ème scanner (juin 2018). Sur ce dernier, il est indiqué “à confronter aux donnés endoscopiques” et pourtant aucune coloscopie n’a été prescrite...
Sur ces comptes rendu il n’est jamais fait mention d’un abces diverticulaire, est-il possible que l’on soit passé à côté d’une tumeur, ou bien est-ce possible que la masse tumorale ne en soit développée qu’en un mois, de 0 à 12cm ?

Merci beaucoup...

Sarah

atmed ven, 09/11/2018 - 15:18

Sarah, il ne m'est pas possible d'en dire davantage que dans le post précédent. Pour aller plus, il faudrait accéder à l'ensemble du dossier médical et il appartient donc à un médecin, assurant la prise en charge de votre père, d'apporter ces réponses.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

unesarah ven, 09/11/2018 - 16:12

Bien sûr, nous savons que nous aurons davantage de réponses une fois l’operation passée, nous pourrons nous attarder sur ces questions mais elles trottent continuellement dans nos têtes...
Je vous remercie beaucoup pour votre temps et vos réponses,
Bonne journée

Sarah