Forum

Après mon père, ma mère...

Milou83 jeu, 11/07/2019 - 02:50 (2) commentaire(s)

Bonjour,
Mon père est décédé en moins d'un an des suites d'un cancer du poumon il y a 25 ans... j'avais 10 ans. J'ai donc vécue seule avec ma mère en région parisienne (famille peu nombreuse et éloignée). Le jour où ma mère se décide enfin à réaliser son rêve de partir dans le sud, elle se fait mal au dos en soulevant un carton... Et là, c'est le drame ! Cancer du poumon stade 4, tumeur principale de 7 cm et 4 métastases au cerceau, c'était en septembre 2017. Tentative de chimio expérimentale médicamenteuse, plutôt réussie sur la tumeur principale, jusqu'en août 2018. Et là les métastases ont commencé à parler et la tumeur à attaqué une vertèbre. Alors c'est radiothérapie ciblée au cerveau, mais la douleur est toujours là, lancinante, insoutenable depuis le début. Alors, on est parti pour une radiothérapie de la tumeur principale pour limiter les douleurs. C'était en décembre 2018. Depuis, ma mère a fait un oedème cérébral au mois de mai. Cortizone et c'est reparti. Puis le 15 juin, ma mère est tombée. Elle vit seule chez elle. Heureusement, une amie devait passer la voir. N'ayant pas de réponse elle récupère les clés chez la voisine... ma mère est allongée par terre depuis plus de 5h dans son salon. Elle n'a plus la force de se révéler, de marcher,... le lendemain, rdv pour une ponction, impossible car ma mère a de la fièvre. Ils l'hospitalisent et la mette à la porte le soir même. Le lendemain, son état se dégrade encore... allô le samu ! Même réponse ! Et l'état de ma mère se détériorait à vue d'oeil ! Son amie devait littéralement la porter... bref aucun hôpital n'avait de place... et ma mère mangeait maintenant avec une paille ( en 5 jours elle est passée de je me déplace seule mais difficilement chez moi à je ne suis plus consciente de rien) j'ai dû aller chercher ma mère avec ma petite voiture et faire plus de 250km pour qu'elle soit admise en soin palliatifs. Puis une fois à l'hôpital, traitement cortisone et la revoilà debout, presque fringante ! Le médecin m'a clairement indiqué que c'est uniquement la cortisone qui la maintient, elle décèdera de ses métastases et pas de sa tumeur principale. je sais qu'à force, la cortisone n'agit plus, que c'est de la poudre aux yeux, mais c'est tellement bluffant que s'en est cruel... particulièrement si comme ma mère vous êtes dans le déni. Actuellement elle est sous cortisone non stop depuis le 22 juin et ils ne comptent pas la baisser... depuis 3 jours elle a de la fièvre, un début d'escarre au talon, et elle recommence à avoir du mal à parler. Pour autant, depuis 5 jours, elle gambade avec son deambulateur à roulettes ! C'est très perturbant de la voir si en vie, alors qu'à son arrivée à l'hôpital 1 semaine avant, elle n'était pas loin d'y passer. Et pourtant on me dit qu'il faut me préparer... mais 2 jours, 2 semaines, 2 mois ? Personne ne se mouille... tout peut arriver... oui ok mais bon quand même... en règle générale, une personne dans cette situation, avec 60 je sais pas quoi de cortisone en permanence plus les classiques morphine, paracétamol et la ptite dernière pour faire dodo... combien de temps vous pensez que ça peut durer ?

atmed jeu, 11/07/2019 - 08:49

Bonjour,
J'aimerais pouvoir vous répondre mais c'est impossible. Seul un médecin au contact de la patiente peut estimer la durée probable de la survie, d'abord en semaines puis en jours, en fonction de l'évolution non seulement des lésions (dans le cas de votre mère, c'est sans doute l'œdème cérébral et les métastases cérébrales qui vont conditionner l'évolution à court terme) mais aussi des fonctions vitales (cœur, poumons, reins, foie).
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Milou83 jeu, 11/07/2019 - 15:34

Merci pour votre réponse, même si cela ne m'aide pas beaucoup...
En effet les métastases cérébrales sont nos ennemies du moment, car pour l'instant le reste tient. Mais jusqu'à quand ? Ça c'est LA question. Il semble que la chute se fera brutalement quand la cortisone ne fera plus effet. C'est très dur d'affronter ça, que ce soit pour ma mère ou moi. De son côté elle parle de sa fin... mais dans longtemps ! Elle n'a pas intégré le fait que cela risque fort de ne pas durer longtemps... dur dur.