Partagez ce contenu

Je suis infirmière , mon père est décédé de retour d'un voyage en Russie terrassé par un virus; quelques mois plus tard cest à ma mère que nous décroutons une grosse tumeur à la vessie ; jai géré comme j'ai pu le transfert de mon père et le suivi jour par jour de son état de sante qui déclinait : diète fièvres puis tables neurologique puis les tables ronde avec les réanimateurs qui ne trouvaient pas contre quoi se battre: puis sont décès intubé ventillé... une horreur et moi tjrs en première ligne étant infirmière ; jai fait de même qq mois plus tard avec ma mère a l'annonce du diagnostic ; ayant des contacts, la prise en charge fut rapide mais briker( poche à vie) et après l'intervention des ganglions décelés cancéreux ... je n'ai jamais été très proche de ma mère ( bipolaire ) et plutôt fusionnel avec mon père ; d'ailleurs un mois après le décès de papa vivant dans un studio lui appartenant , ma mère m'augmentait le loyer de 100€ ) peur de manquer); je venais de me fracturer le bassin et le poignet dans la maison familiale ; maman fut assez horrible ; c'était " il y a tout ce qui faut dans le frigidaire si tu as faim alors que je marchais à peine avec deux cannes et incapable de tenir un verre; assez odieuse pour tout ne se rendant absolument pas compte de mon handicape.. une fois que j'ai signé les papiers acceptant cette soudaine aussi de loyer si brutale elle se calma mais j'ai réussi à lui demander de me ramener sur Paris avec mon chiot oû je savait que mes amis m'aideraient au quotidien ..bien que je sois incapable de monter dans mon lit grâce à trop marches ... ma mobilité due aux fractures étaient très réduite ..enfin j'étais chez moi...
Puis le cancer de ma mère en début d'année ; tjrs grâce à mes connections étant du milieu je la fait hospitaliser et l'accompagne à tous ces Rdv jusqu'à l'intervention : cest ma mère ;
Je prends mes congés auprès d'elle pour l'aider à prendre en charge sa poche ; des vacances durant lesquelles je subissais néanmoins ses réflexions régulières sur tout ce qui me concerne, mes amis qu'elle n'aime pas et tant de petites vacheries ; ensuite rentrée à nouveau à Paris j'ai décidé de la lâcher un peu sinon c'est moi qui m'enfoncais ; ces sms virulents , m'humiliant , méchants ; je ne l'ai pas accompagné chez son oncologue pour cette visite post opératoire ; je travaille aussi et jai 3 frères et soeur; j'avais psychologiquement besoin qu'on prenne le relais ; elle ne me le pardonne pas , étant sans enfant et Non mariée pour elle je me devais de la suivre ..ses SMS insultants alors que je l'avait complètement prise en charge et je vous passe de nombreux détails (son hospitalisation en post op en province à deux jours du Mariage de mon petit frère pour une anémie : biensur tjrs aussi odieuse car elle a ce cancer et même à l'hôpital on se doit de s'occuper d'elle de suite ; à peine en chemise de nuit elle voulait frapper à la porte du médecin afin de recevoir ces culots dans l'heure .. j'essayais d'arrondir les anges ..
Mes frères et sœurs conscients de sa méchanceté à mon égard font profil bas ; nous avons perdu papa il y a un an donc ne veillent pas se mouiller pour moi ..
J'ai fini récemment par bloquer son numéro car je n'en peux plus de son venin à mon égard , ces sms , ces messages : dernièrement elle voulait venir chez moi a la minute afin que je lui fasse ses soins de poche mais j'étais du soir dans mon hôpital donc impossible , il fallait que je me prépare et que j'aille travailler ; quand je le lui ai dit elle m'a raccroché au nez ... voilà ; je sais que ma mère vit une situation difficile ; je suis infirmière depuis 25 ans mais subir tout ça : sa méchanceté , ses humiliations je n'en peux plus ... je suis à bout je trouve tout cela tellement injuste ; jai tellement fait et je ne reçois pas un mot gentil pas une once de reconnaissance ...
Je suis malheureuse , triste, en colère ...
Anéantir même mais pour survivre je dois couper les ponts ...
Quelqu'un peux til me conseiller ...
Merci à l'avance

Agathe