Crise sanitaire : la Ligue refuse « l’effet triple peine » pour les personnes malades du cancer

15/09/2020

Partagez ce contenu

 

 

CRISE SANITAIRE

 

La Ligue refuse « l’effet triple peine » pour les personnes malades du cancer

 
 
 
Reports de traitement, retards au diagnostic, souffrance des malades et des aidants, précarisation économique des personnes malades : les conséquences de la crise liée à la Covid sur la lutte contre le cancer sont nombreuses. Face à cette situation exceptionnelle, la mobilisation de la Ligue redouble d’intensité.
 
 
PAR CHLOÉ DUSSÈRE – ILLUSTRATION BAPTISTE STEPHAN
 
 
 
S’il est encore trop tôt pour dresser un bilan définitif des conséquences de la crise de la Covid, la Ligue contre le cancer, qui a maintenu le lien avec les malades et leurs proches pendant toute la durée du confinement, avance déjà les premiers constats. Concernant l’accès aux soins, la concentration des moyens sanitaires sur le coronavirus a pris le dessus sur le traitement et le diagnostic des autres maladies. « Au même titre que les patients atteints d’affections chroniques, cardiovasculaires ou psychiatriques, les personnes malades de cancer ont été les victimes secondaires de cette crise », analyse le professeur Axel Kahn, président national de la Ligue contre le cancer.
 
 
Une sensation d’abandon
 
 
Les personnes malades ont dû faire face à des modifications de leurs protocoles thérapeutiques, des reports de leurs séances de radiothérapie, de leurs cures de chimiothérapie, de leurs opérations chirurgicales et de leurs rendezvous de suivi. « Ces situations n’ont sans doute pas globalement entraîné de réelles pertes de chances pour les personnes car les adaptations des traitements, réalisées en concertation, ne devraient pas en ruiner l’efficacité globale, ajoute Axel Kahn. En revanche, beaucoup ont souffert d’une très mauvaise communication avec les soignants ; de nombreuses personnes malades n’ont reçu aucune explication concernant les modifications de leur prise en charge médicale. Les personnes les plus isolées du système de santé ont eu d’autant plus de mal à obtenir des réponses à leurs questions. » Face à ce silence, l’incompréhension et l’angoisse ont gagné de nombreuses personnes malades, qui ont pu trouver de l’aide du côté de la Ligue, au travers notamment
de son service d’écoute téléphonique assuré par des oncologues bénévoles (lire article pages 18-19).
Un retard de diagnostic alarmant « Entre le 15 mars et le 15 mai, seule une trentaine de milliers de cancers ont été diagnostiqués alors qu’on en attendait le double », alerte le professeur Axel Kahn. L’arrêt des dépistages et les retards de diagnostic ont limité le repérage des cancers. Nombreux sont les témoignages de patients qui, alors qu’ils ressentaient des symptômes évoquant un cancer, n’ont pas consulté leur médecin, de peur d’être contaminés par la Covid. Or, on sait bien l’importance de dépister la maladie au plus tôt pour commencer rapidement les traitements et ainsi augmenter les chances de guérison. La Ligue redouble d’effort pour inviter les
personnes à consulter et à reprogrammer les éventuels examens qui auraient pu être annulés pendant le confinement. Une précarisation accrue Après la crise sanitaire, la crise économique frappe la population et touche en priorité les plus fragiles. Parmi eux, les malades voient leur situation financière toujours plus tendue. « La précarisation souvent entraînée par le cancer s’est aggravée, rendant plus essentielles encore les missions sociales de la Ligue, aides financières et accueil dans les Comités départementaux de l’association pour une offre de différents services sociaux et soins de support », conclut Axel Kahn.
Et malgré les baisses de dons directement liées à la crise, la Ligue est plus que jamais déterminée à aider les personnes malades et à défendre leurs droits. Elle le fera, notamment, lors de la consultation publique réalisée dans le cadre de la stratégie décennale contre le cancer, une échéance initialement programmée le 15 mai, puis différée au 2 septembre.
 
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Les victoires de la Ligue pendant le confinement
 
Pendant toute la durée du confinement, la Ligue contre le cancer a pleinement joué
son rôle de défenseur des personnes malades et de leurs proches. En particulier, en début
de confinement, l’association a obtenu que les aidants en activité professionnelle
puissent bénéficier d’un arrêt maladie pour être aux côtés de leur proche malade sans
risquer de le contaminer. La Ligue s’est également élevée, avec succès, contre le
confinement prolongé des personnes âgées ou fragiles, une option que le président de la
République a finalement écartée, le 17 avril,alors que le confinement était en cours
d’élaboration. Enfin, la Ligue milite encore,aujourd’hui, pour que les personnes malades
atteintes de cancer et leurs proches aidants puissent bénéficier de la gratuité des
masques de protection.
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
15 Septembre 2020
Avez-vous trouvé cet article intéressant ? oui  3

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à 4 numéros, et profitez du meilleur de l’information en bénéficiant d’une qualité et d’un confort de lecture privilégiés.

Votre avis nous intéresse

Un sujet qui vous semble important n'est pas abordé dans Vivre ? Nous tenons compte de vos suggestions et de vos témoignages.

Proposez un sujet