Service d'écoute dédié : la Ligue au bout du fil pendant le confinement

15/09/2020

Partagez ce contenu

 
 

SERVICE D’ÉCOUTE DÉDIÉ

 

La Ligue au bout du fil pendant le confinement

 
 
 
Pendant toute la durée du confinement, la Ligue contre le cancer a renforcé son service d’écoute dédié (0 800 940 939). Un soutien précieux pour accompagner les personnes malades et leurs proches dans une période particulièrement anxiogène.
 
 
PAR CHLOÉ DUSSÈRE – ILLUSTRATION PIERRE BOTHEREL
 
 
 
Fidèle à sa mission d’aide aux personnes malades, la Ligue s’est mobilisée, dès la mi-mars, en proposant une ligne d’écoute dédiée. En complément de ses autres services téléphoniques – écoute psychologique, aide et conseil à l’emprunt (Aidéa), accompagnement social et accompagnement juridique, forum sur le site Internet de la Ligue –, cette initiative a permis de répondre aux questions des personnes malades et de leurs proches et de les rassurer dans une période faite d’inconnues et de fake news. « Au tout début, les malades nous questionnaient principalement sur les risques qu’ils encouraient par rapport au virus car ils avaient, à l’époque, très peu d’informations sur le sujet, explique le docteur Hervé Gautier, président de la Ligue contre le cancer de l’Essonne. À cette période, nous avons donc principalement conseillé aux malades d’observer des mesures de distanciation sociale et de rester prudents. Certains proches de malades s’interrogeaient aussi sur les bons comportements à adopter. »
 
 
Recréer le lien avec le monde médical
 
 
Comme tous les moyens médicaux étaient entièrement mobilisés pour lutter contre le coronavirus, le cancer n’était plus la priorité des soignants. Ainsi, de nombreuses personnes malades ont vu leurs examens annulés, leurs traitements modifiés ou décalés, et certaines ne parvenaient même plus à joindre leur oncologue.
Par téléphone, la Ligue, elle, répondait présente. « En restant fidèles à nos principes éthiques et sans jamais nous substituer aux médecins, nous avons donné des explications complémentaires et apporté des solutions concrètes à ces personnes qui se sentaient complètement abandonnées, poursuit Hervé Gautier. Selon les situations, nous pouvions les inciter à renouer avec leur oncologue ou à demander à leurs généralistes d’établir le contact avec leur centre anticancer, ou même à contacter l’Ordre des médecins pour un conseil, quand certains malades n’avaient plus de lien possible avec leur généraliste ou ne pouvaient obtenir une prescription indispensable comme – cas extrême – un bon de transport pour aller en chimiothérapie, leurs référents – très occupés – se renvoyant la responsabilité de le faire. »
 
 
Rompre la solitude et apaiser les angoisses
 
 
Empêchant les proches de jouer pleinement leur rôle en étant physiquement aux côtés de leur malade, le confinement a accentué le sentiment de solitude qu’éprouvent déjà de nombreux patients en temps normal. « Certains, ajoute Hervé Gautier, ont demandé comment obtenir un rapprochement familial, quand l’isolement devenait trop pesant. » « En parallèle de la ligne d’écoute médicale, nous avons maintenu notre service d’écoute psychologique par téléphone pour offrir un espace neutre d’expression, anonyme et confidentiel, à toutes ces personnes malades qui se sentaient seules, qui ne souhaitaient pas déranger leurs proches ou qui ne savaient plus vers qui se tourner, précise l’une des psychologues, membre de l’équipe d’écoutants de cette cellule. Pendant le confinement, nous avons recueilli leur parole, un mélange d’anxiété, de tristesse et de colère. Les proches, quant à eux, exprimaient aussi de l’inquiétude, de la tristesse et beaucoup de culpabilité. Il s’agissait d’abord de
donner la possibilité à chacun d’exprimer ses pensées, ses émotions, ses questionnements, puis de l’amener à remobiliser quelque chose qui l’aurait aidé, peut-être par le passé, à aller mieux. Dans une période de grande incertitude, il est aussi important de miser sur ce que l’on peut maîtriser et qui procure du plaisir au quotidien, puis de s’organiser pour le mettre en oeuvre dans la mesure du possible ou solliciter de l’aide. » Depuis la fin du confinement, les Comités départementaux de la Ligue contre le cancer rouvrent désormais et les commissions sociales, qui aident les personnes malades à surmonter leurs difficultés matérielles, continuent plus que jamais à fonctionner pour accompagner les personnes dans « le monde d’après ».
 
 
 
 
« Nous avons apporté des solutions concrètes à ces
personnes qui se sentaient complètement abandonnées. »
 
DR HERVÉ GAUTIER,
président de la Ligue contre le cancer de l’Essonne
 
 
 
 
chiffres clés
 
Plus de 440 appels
ont bénéficié d’un traitement appuyé par la ligne d’écoute dédiée de la Ligue entre le 10 mars et le 3 avril.
 
Ils provenaient majoritairement de
femmes (82 %)
en traitement ou en rémission d’un cancer du sein (48 %).
 
Au total,
19 %des appels
ont été émis par des proches de personnes malades.
 
 
 
 
En savoir +
Des professionnels sont à votre écoute du lundi au vendredi de 9 h à 19 h au
0 800 940 939 (service et appel gratuits à partir d’un fixe ou d’un mobile en France) :
• écoute et soutien psychologique ;
• Aidéa : accompagnement à l’assurance emprunteur ;
• permanence juridique (9 h à 17 h pour ce service).
Forum de la Ligue : www.ligue-cancer.net/forum
 
15 Septembre 2020
Avez-vous trouvé cet article intéressant ? oui 

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à 4 numéros, et profitez du meilleur de l’information en bénéficiant d’une qualité et d’un confort de lecture privilégiés.

Votre avis nous intéresse

Un sujet qui vous semble important n'est pas abordé dans Vivre ? Nous tenons compte de vos suggestions et de vos témoignages.

Proposez un sujet