journée de sensibilisation et dépistage du cancer colorectal mars 2015

modifié le 05/04/2015

Partagez ce contenu

Hier, le centre hospitalier était associé à la journée de sensibilisation et dépistage du cancer colorectal. Une maladie qui fait encore plus de 17 500 victimes chaque année.


Journée prévention hier au centre hospitalier
Le docteur Philippe Bonjean dirige le service d’hépato-gastro-entérologie du centre hospitalier de Dax, qui ouvrait ses portes au public hier, toute la journée.© 

PHOTO ISABELLE LOUVIER / « SUD OUEST »

RECUEILLI PAR

Olivier Bonnefon

«Attention, vous êtes peut-être assis sur un cancer ! » Vous avez sans doute été interpellé ces derniers jours par ce slogan choc, destiné à inciter les Français à surveiller, dès 50 ans, leur côlon et à prendre part régulièrement à des campagnes de dépistage. Hier, le centre hospitalier de Dax s'était associé à la septième Journée nationale de prévention du cancer du colon, deuxième cancer le plus fréquent en France, la deuxième cause de mortalité chez la femme et la troisième chez l'homme. L'occasion pour le docteur Philippe Bonjean de présenter son service et les dernières avancées concernant cette maladie.

« Sud Ouest ». Que représente le cancer du côlon, et pourquoi en parler autant ?

Docteur Bonjean. Chaque année, le cancer du côlon touche près de 42 000 personnes dans notre pays et est responsable de plus de 17 500 décès, soit 50 chaque jour. C'est très important, car l'intérêt du dépistage, surtout s'il est réalisé assez précocement, est de permettre la guérison jusqu'à neuf patients sur dix. Mais le dépistage de ce cancer, généralisé en France depuis 2008, reste assez peu pratiqué, contrairement à d'autres pays. On ne touche que 50 % de la population.

Qui est concerné par cette campagne de dépistage ?

Tout le monde est concerné, mais les tests de dépistage s'adressent plus particulièrement aux personnes entre 50 et 74 ans et au-delà, bien entendu. Le test hémoccult (prélèvement de selles) était jusqu'à présent le plus répandu chez les personnes sans symptômes et sans facteurs de risque. Mais de nouveaux tests plus fiables et plus simples, vont être mis en place à partir du mois d'avril. Il s'agit du test dit immunologique qui apporte une révolution.

En quoi consiste ce nouveau test ?

Ce nouveau test, disponible normalement dès le 14 avril, sera réalisé à domicile et vise à déceler la présence microscopique de sang dans les selles. Il consiste à prélever sur trois selles consécutives un petit fragment de la taille d'une lentille ou d'un grain de riz, qu'il faut déposer sur une plaquette et envoyer à un centre d'analyse. Ce nouveau test devrait permettre de dépister huit cancers sur dix à un stade plus facile en général à curer, au lieu de quatre cancers pour l'ancien test. Il signale aussi quatre fois plus de lésions précancéreuses. Si la population se mobilise, on devrait améliorer la prévention de cette maladie, de manière spectaculaire.

Certaines personnes semblent plus exposées que d'autres, pourquoi ?

Effectivement, des personnes ont des antécédents familiaux et génétiques. Pour ces dernières, la prévention passe directement par une coloscopie. Le coût n'est pas le même que pour le test, naturellement. Il faut en effet réaliser cet examen sous anesthésie générale, avec une endoscopie. C'est une journée d'hospitalisation en ambulatoire. Néanmoins, ça reste la stratégie la plus efficace pour les populations que l'on dit à risques. On inclut dans ces dernières les personnes qui souffrent de maladie de Crohn ou de maladies génétiques, comme le syndrome de Lynch. Certains pays comme les USA et l'Allemagne, ont systématisé les coloscopies de dépistage régulières. Cela a réduit de manière spectaculaire la mortalité. En France, on a calculé qu'au final, l'économie serait de 700 millions pour le budget de la santé. Car le cancer, en plus du drame humain qu'il représente, a aussi un coût, avec des traitements chers.

Comment fonctionne le service au centre hospitalier de Dax ?

Nous avons un service d'hépato-gastro-entérologie qui comprend 27 lits et travaille étroitement avec le service d'oncologie (ou cancérologie). On ne s'occupe pas seulement du côlon mais aussi de toutes les pathologies liées au système digestif, en particulier les pathologies liées à l'éthylisme.

4 000 examens cliniques sont réalisés chaque année par l'unité d'endoscopie du centre hospitalier de Dax, qui travaille en liaison avec le service d'hépato-gastro-entérologie et le service d'oncologie.

 

Partagez ce contenu

Agenda
d l m m j v s
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
Contact
  • Adresse postale 51 avenue Victor Hugo Résidence "Le Paseo" 40100 Dax
    permanence « heures d’ouverture de l’Espace Ligue de DAX (tel : 05 58 90 98 85) : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h, et sur rendez-vous de 14h à 17h le mardi et le jeudi » « heures d’ouverture de l’Espace Ligue de Mont de Marsan (tel : 05 58 90 98 86) : du lundi au vendredi de 14h à 17h, sauf le mercredi »
    map comite