Soutien à la recherche

ZOOM SUR UN PROJET DE RECHERCHE FINANCE PAR LE COMITE

Grâce aux dons du public, le Comité du Rhône a attribué en 2019, 861 370 euros à la Recherche

Dans cette enveloppe, 54 000 euros ont été alloués à Anne-Cécile Michallet pour le projet de recherche ColonIM (2ème année de financement), développé au Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon.

 

En situation normale, certains récepteurs sentinelles de la membrane cellulaire disposent d’une fonction spécifique. Garants d'une biologie saine, ils sont en charge de l’engagement du métabolisme de la cellule dans un suicide organisé (apoptose cellulaire) lorsque la biologie y est trop dégradée et dans l’impossibilité de se normaliser (guérir).

Dans la cellule cancéreuse, ces récepteurs sentinelles sont inopérants : la cellule cancéreuse ne s’engage plus dans un mécanisme d’apoptose et prolifère.

Un projet de recherche a étudié comment ces récepteurs sentinelles deviennent inopérants dans la cellule cancéreuse : Netrin-1 est une protéine qui intervient dans ce processus de neutralisation des récepteurs sentinelles dans la cellule cancéreuse.




Maintenant, le projet veut exploiter les connaissances accumulées durant cette première phase de recherche fondamentale pour définir des applications thérapeutiques à usage de patients en situation de cancer très avancé.

 

Un anticorps anti-Netrin-1 (principe actif NP137) saurait redonner à ces récepteurs sentinelles le pouvoir d’induire le suicide des cellules cancéreuses.

Un principe actif ne devient médicament reconnu qu'après différents essais cliniques qui visent à prouver son efficacité dans un maximum de situations pathologiques, sans toxicité hors quelques effets secondaires acceptables.

Un important essai clinique est en cours pour le traitement de près de 240 patientes atteintes de cancers gynécologiques avancés.  

Les résultats sont prometteurs : le médicament prototype NP137 montre très peu de toxicité et mieux encore, plusieurs patientes ont vu leur cancer se stabiliser ou même régresser.

Bientôt, avec de nouvelles études sur ce traitement expérimental, l'équipe espère valider une nouvelle thérapie contre le cancer de l’utérus et même contre d'autres types de cancers.

 

 

 

FacebookTwitterLinkedIn

D'autres actualités qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.