Et si nous replacions les femmes au coeur d'Octobre rose

Partagez ce contenu

Paris, le 1er octobre 2012 – Avec plus de 53 000 nouveaux cas par an et plus de 11 500 décès estimés en 2011, le cancer du sein reste au premier rang des décès par cancer chez la femme. Un cancer du sein détecté à un stade précoce peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10. Le dépistage restant la meilleure arme contre le cancer ; la Ligue contre le cancer appelle, à l'occasion d'Octobre rose, toutes les femmes concernées à participer au dépistage du cancer du sein. La Ligue profite de ce mois de sensibilisation pour replacer les femmes au cœur du parcours de dépistage. Aujourd'hui, le système du dépistage est basé sur une information descendante. Pour améliorer le taux de participation au dépistage, les femmes doivent se sentir concernées et obtenir une information éclairée, une analyse personnalisée, une écoute dédiée par un professionnel de proximité capable de les accompagner dans le parcours de dépistage, comme peut le faire le médecin traitant pour garantir des conseils exhaustifs et une liberté de choix.

« Octobre rose doit, plus que jamais, être un moment d'échanges et de mobilisation autour du cancer du sein et du dépistage. En tant que premier financeur privé de la recherche, et acteur majeur aux côtés des malades et de leurs proches, c'est pour la Ligue l'occasion de proposer de nouvelles actions concrètes. Cette année, nous travaillerons sur deux points : l'accélération d'études indépendantes, avec des financements pérennes, en France pour une évaluation complète et sans tabou du dépistage. Et également promouvoir le rôle du médecin traitant dans toute démarche de dépistage » explique Jacqueline Godet, présidente de la Ligue contre le cancer.

Promouvoir et renforcer le rôle du médecin traitant :
la femme redevient la priorité du parcours de dépistage

Depuis de nombreuses années, Octobre rose a permis de briser les tabous autour du cancer du sein et de promouvoir le dépistage. Mais aujourd'hui, avec la profusion des messages, des pratiques, des émetteurs nous assistons à un essoufflement, une confusion voire une absence de résultats.

Pour mieux accompagner les femmes…
Pour leur apporter une information éclairée et exhaustive…
Pour créer un parcours de dépistage performant avec un suivi personnalisé…

La Ligue demande pour les femmes concernées la mise en place d'une « consultation de dépistage » avec leur médecin traitant au début du parcours de dépistage, véritable temps d'échanges et de dialogue. Ceci garantit une réduction des inégalités, une bonne information de la femme qui peut alors avoir un choix éclairé, élément clé partagé par et avec l'ensemble des acteurs de la lutte contre le cancer.

1 femme sur 3 n'a pas recours au dépistage du cancer du sein

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes en France. Mais détecté à un stade précoce, la survie relative à 5 ans est supérieure à 90%. Il est donc nécessaire d'augmenter le taux de participation au dépistage en stagnation autour de 70% depuis quelques années.

La participation au dépistage des femmes âgées de 50 à 74 ans reste encore très inégale selon les régions, les origines et les classes sociales. De nombreux facteurs expliquent cette situation : accès à l'information disparate, perceptions culturelles différentes, freins liés à la précarité, inégalités d'accès aux dispositifs en termes de proximité géographique, etc.

Alors que 40% des cancers du sein sont diagnostiqués à un stade tardif, il est aujourd'hui nécessaire de trouver des solutions efficaces et réalisables pour lever les freins au dépistage et agir pour une participation massive.

Aux côtés des femmes, la Ligue intensifie ses actions en direction des populations vulnérables, notamment en collaboration avec le Comité national de liaison des Régies de quartier. Ensemble, ces deux entités sensibilisent et forment des personnes relais, organisent des rencontres avec le public (porte à porte, bas d'immeuble, marché, associations de quartier, etc.) et élaborent des outils de communication ou supports d'information adaptés.

Et parce qu'il est indispensable de financer dans la pérennité la recherche qu'elle soit clinique, épidémiologique, translationnelle ou fondamentale, la Ligue contre le cancer, en partenariat avec l'INCa et l'ARC, lancera en 2013 un programme d'actions intégrées de recherche dédié aux formes précoces de cancers du sein.

Les Comités de la Ligue sur le terrain, tout au long d'Octobre rose, près de chez vous !

Les Comités départementaux de la Ligue contre le cancer se mobilisent tout le mois d'Octobre via diverses actions. Quelques exemples d'actions :

  • Comité de Paris de la Ligue contre le cancer
    Afin de convaincre les femmes de participer au dépistage organisé, des actions se dérouleront pour la 3ème année dans le quartier de Flandre, dans le 19ème arrondissement de Paris : exposition itinérante de photos de femmes, diffusion d'un clip multilingue, ateliers de sensibilisation dans les associations locales, stands d'information, représentation de théâtre, marche rose… L'an passé, l'évaluation a montré une augmentation de 20 % du taux de participation dans le quartier de Flandre.
  • Comité des Vosges de la Ligue contre le cancer
    Organisation d'une marche rose à Deyvillers, dimanche 14 octobre à partir de 9h.
  • Comité de la Marne de la Ligue contre le cancer
    Organisation d'une conférence sur le thème « Devenez ambassadeur du dépistage organisé du cancer du sein » le 9 octobre à Epernay.

télécharger Télécharger le communiqué de presse "Et si nous replacions les femmes au cœur d'Octobre rose" Fichier pdf

télécharger Lire l'article "Le Pic du midi en rose, en signe de solidarité et d'espoir"  

Partagez ce contenu

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer
Pour tout renseignement, appelez le