La chimiothérapie

Partagez ce contenu

La chimiothérapie est un traitement comportant l'administration de médicaments qui agissent sur les cellules cancéreuses, soit en les détruisant, soit en les empêchant de se multiplier.

Les médicaments agissent sur les autres cellules de l'organisme qui se développent rapidement, et cela explique les effets secondaires de la chimiothérapie. Mais nos bonnes cellules sont résistantes et très nombreuses, alors que les cellules cancéreuses sont en nombre beaucoup plus faible et sont plus fragiles. C'est ce qui explique l'efficacité du traitement.

Ces médicaments sont très puissants. Leur dosage, le rythme de leur administration, la façon dont on les associe entre eux dépend de l'état et de la pathologie du malade.

Selon la maladie ou le stade de celle-ci, la chimiothérapie peut être le premier traitement utilisé ou au contraire être complémentaire de la chirurgie ou de la radiothérapie. On parlera alors de chimiothérapie préventive ou "chimiothérapie adjuvante".

Les points essentiels de la chimiothérapie

  • La majorité des médicaments utilisés dans le cadre de la chimiothérapie sont administrés par voie intraveineuse, très souvent par l'intermédiaire d'un cathéter ou d'une chambre implantable afin d'éviter les ponctions répétées dans la veine.
  • La photo chimiothérapie consiste à détruire les cellules cancéreuses par laser (rayonnement lumineux), après les avoir sensibilisées à la lumière par l'injection d'un produit photosensibilisant.
  • Les séances de chimiothérapie peuvent se dérouler selon trois modalités : en hospitalisation classique, en hôpital de jour ou à domicile. La fréquence et la durée de la chimiothérapie dépendront du type du cancer, des buts du traitement, des médicaments utilisés et de la réponse de votre organisme à ces derniers.
  • Il est souvent possible de poursuivre une activité professionnelle pendant le traitement. Dans ce cas, les aménagements d'horaires ou de poste ou encore la formule du mi-temps thérapeutique peuvent être envisagés.
  • Les effets secondaires de la chimiothérapie sont fréquents et d'intensité variable d'une personne à l'autre. Ils sont liés à l'action des médicaments anti-tumoraux sur les cellules qui se multiplient rapidement, c'est-à-dire les cellules cancéreuses mais également celles de la moelle osseuse, des cheveux, de la peau, etc.
  • Les effets secondaires les plus fréquents consistent en des modifications de la formule sanguine (diminution de certains globules blancs, des globules rouges et des plaquettes), des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, constipation), chute des cheveux, fatigue.
  • Dans tous les cas, il est essentiel d'en parler à l'équipe soignante car il existe de nombreux moyens pour rendre ces effets secondaires supportables et vous permettre de mener une vie aussi normale que possible.

Utilisation et administration des médicaments utilisés lors d'une chimiothérapie :

Il existe de nombreux produits et il en arrive sans cesse de nouveaux. Ils agissent par des mécanismes et selon des modalités différentes, d'où l'intérêt de les utiliser en association qui varie selon le type de la tumeur. Si certains médicaments de chimiothérapie peuvent s'administrer par la bouche, par injection intramusculaire ou sous-cutanée, la grande majorité s'administre par voie intraveineuse. La durée de la perfusion peut durer de 30 minutes à plusieurs heures, voire plusieurs jours.Chaque fois que les perfusions peuvent être irritantes pour les veines ou difficiles à réaliser, on vous proposera la pose d'un cathéter intraveineux ou d'une chambre implantable, appelée porth-à-cath, afin d'éviter les ponctions répétées dans une veine. Un petit tuyau très souple est introduit dans une grosse veine (veine jugulaire ou sous-clavière à la base du cou).

  • Dans le cas d'un cathéter intraveineux, l'extrémité libre du tuyau simple passe en partie sous la peau et se termine par un bouchon. Il est recouvert d'un pansement qui sera refait stérilement chaque semaine par une infirmière. Ce pansement permet de prendre une douche mais pas de bain (le pansement doit rester sec).
    Les soins de cathéter nécessitent d'injecter régulièrement un anticoagulant (héparine) afin d'éviter qu'il se bouche.
  • Dans le cas d'une chambre implantable, l'extrémité libre est reliée à un petit boîtier que l'on implante sous la peau, généralement dans la région du thorax. Ce boîtier comporte une membrane élastique ; ainsi l'infirmière pourra vous piquer aisément : l'aiguille traverse la peau puis la membrane pour injecter le produit dans la boîte. Ce geste n'est pas douloureux et votre liberté de mouvements est préservée. Entre les périodes de perfusion, aucun pansement n'est nécessaire, mais l'infirmière fera un rinçage toutes les 4 à 5 semaines environ. Les perfusions peuvent être de courte durée ou continues sur plusieurs jours. Dans ce dernier cas, afin d'éviter de revenir trop souvent à l'hôpital, une pompe portable est branchée sur la chambre implantable. Elle est placée dans une pochette qui peut se porter sous les vêtements, en bandoulière ou encore à la ceinture.

Pendant le traitement de la chimiothérapie, le malade peut :

  • prendre des douches et des bains,
  • sortir et mener une vie normale.

Où et quand se passent les séances de chimiothérapie ?

La chimiothérapie peut se pratiquer :

  • en hospitalisation classique : elle peut être nécessaire lors des premières séances pour surveiller et ajuster le traitement, ou lorsqu'il s'agit d'une chimiothérapie intensive.
  • en hôpital de jour  : il s'agit alors d'un traitement ambulatoire dont l'intérêt est de pouvoir rentrer chez soi et de retrouver sa famille.
  • à domicile : c'est alors une hospitalisation à domicile (HAD), nécessitant le passage d'une infirmière spécialisée, d'un kinésithérapeute ou d'une diététicienne selon les cas. Cela dépend du traitement, mais aussi de la situation géographique et des préférences du malade.

Avec quelle fréquence et pendant combien de temps utilise-t-on la chimiothérapie ?

La chimiothérapie s'administre par cures ou cycles de traitement. Ces cycles durent un ou plusieurs jours suivis d'une période de repos. Chaque perfusion peut durer de quelques minutes à plusieurs heures, cela dépend des médicaments employés. Afin d'obtenir une efficacité maximale de votre traitement, il faut respecter ces durées et fréquences.

La fréquence et la durée de votre chimiothérapie dépendront du type du cancer, des buts du traitement, des médicaments utilisés et de la réponse de votre organisme à ces derniers.

Est-ce que l'on peut continuer à travailler pendant la chimiothérapie ?

C'est évidemment variable en fonction du type de chimiothérapie, ainsi que de l'emploi occupé. Dans certains cas, il est cependant possible de continuer à travailler pendant le traitement, si vous n'êtes pas trop fatigué. Il peut suffire pour cela de s'organiser avec son employeur et le centre de traitement. On peut, par exemple, effectuer les perfusions le vendredi, ce qui laisse le week-end pour se reposer et permettre de retravailler le lundi.

Certains employeurs acceptent des aménagements d'horaires, ou des postes moins pénibles (sans station debout par exemple).Les formules de mi-temps thérapeutique peuvent également être très utiles dans ce cas. Il est conseillé de s'adresser à une assistante sociale, car les dispositions dépendent de nombreux facteurs (situation particulière, employeur, Caisse de Sécurité sociale).

La photo chimiothérapie

La photo chimothérapie est une technique qui consiste à détruire les cellules cancéreuses par laser (rayonnement lumineux) après les avoir sensibilisées à la lumière par l'injection d'un produit photosensibilisant.
Cette méthode a des indications précises et limitées :

  • Elle ne s'applique qu'à des tissus qui laissent passer la lumière du laser (ce qui n'est pas le cas des mélanomes malins par exemple).
  • Elle s'adresse à des petites tumeurs qui sont en général des récidives sur des zones déjà irrradiées et situées dans des conduits à l'intérieur desquels on peut introduire une sonde pour vaporiser le laser (bouche, œsophage, intestin).
  • Elle a également des indications dans certaines tumeurs cérébrales non accessibles à la chirurgie.
    La photo chimiothérapie est moins agressive pour le patient, surtout lorsqu'il est âgé.

Plus d'informations sur la chimiothérapie

Partagez ce contenu

Nos brochures

Préparer ses consultations pendant et après un cancer

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer
Pour tout renseignement, appelez le

Ce contenu vous a été utile ?

Soutenez la ligue pour qu'elle continue à vous offrir de l'information indépendante !

Faites un don