Lettre ouverte à toutes les femmes

Partagez ce contenu

La Parisienne 2011

Lutter contre le cancer du sein est un combat historique pour la Ligue. Avec ses 103 Comités départementaux, elle fut à l’origine du dépistage organisé du cancer du sein et participa à l’amélioration des techniques et du déploiement de ce dispositif très efficace pour lequel la participation des femmes ne doit pas faiblir. C’est une lutte de tous les instants. De chaque minute, car le temps perdu est le meilleur allié du cancer! Comme les inégalités sociales le sont aussi, et c’est pourquoi nul territoire, nul quartier, nul escalier, nul hameau ne doit échapper à la promotion du dépistage. C’est le sens de notre engagement et de notre maillage territorial. Et c’est parce que nous ne souhaitons oublier aucune femme que nous faisons en sorte que même celles qui ont le moins accès aux informations, et prioritairement les plus vulnérables La Ligue aime les femmes! Et c’est parce que notre association aime toutes les femmes qu’elle s’engage, en 2011, pour sensibiliser les lectrices de La Parisienne et toutes les femmes au dépistage du cancer du sein. Par Gilbert Lenoir, ancien président de la ligue nationale contre le cancer d’entre elles, puissent participer au dépistage organisé du cancer de sein. C’est très concret et je ne citerai qu’un exemple: avec la collaboration des régies de quartier, la Ligue se déploie dans les cités populaires pour renforcer l’adhésion au dépistage et l’accès aux soins des femmes les plus exposées aux inégalités, et cela grâce à la mobilisation de nos équipes et des habitants de ces quartiers (porte-à-porte, coaching, marchés…). On le voit, toutes les femmes peuvent nous rejoindre pour qu’ensemble, notre combat soit plus fort et plus efficace.

Notre amour des femmes nous pousse aussi à les sensibiliser, à les éduquer dès le plus jeune âge. Comprendre les facteurs de risque de cancer, c’est être armé pour mieux les combattre ou les limiter: les risques liés à l’exposition au soleil, la consommation d’alcool, le cocktail ravageur «pilule contraceptive/tabac» ou une absence d’activité physique et une mauvaise hygiène alimentaire. Une méconnaissance des autres cancers féminins qui peuvent être prévenus ou dépistés (comme celui du col de l’utérus) est en soi, un facteur de risque qui nécessite la mobilisation de tous ceux qui aiment les femmes. Il faut savoir enfin que l’un des tueurs les plus redoutables de femmes est le tabac, contre lequel la Ligue s’engage très fortement.

Savez-vous que les jeunes filles fument de plus en plus et de plus en plus tôt? Que les femmes paieront le plus lourd tribut en matière de maladies cardiovasculaires ou cancer du poumon? À toutes les femmes, je dirais: «Écoutez-nous, ne fumez pas! Ne commencez même jamais!» Or, les femmes sont les prescriptrices, les ambassadrices en matière de santé. Elles peuvent jouer un rôle décisif pour faire reculer les cancers en prenant soin d’elles et de leur entourage. Chacune peut nous rejoindre; tous les talents sont bienvenus pour cette lutte au quotidien sur tous les fronts contre le cancer, tant pour protéger les personnes les plus en danger que pour accompagner les malades.

Prendre soin des femmes touchées par la maladie est une priorité pour la Ligue. Comment? En étant le premier financeur indépendant de la recherche, nous sélectionnons les meilleures équipes de chercheurs et pouvons orienter certains travaux, par exemple vers les cancers féminins. Dans le même temps, nous mettons tout en oeuvre pour que les femmes touchées par le cancer puissent conserver leur féminité, leur emploi ou leur vie de mère. Ainsi nous développons des ateliers de soins socioesthétiques pour que chaque femme malade puisse reprendre confiance en elle; nous pouvons aider financièrement les femmes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un implant capillaire, nous pouvons financer des aides ménagères ou des assistantes maternelles agréées. Avec toutes les chercheuses, les femmes soignantes, les militantes de la Ligue, plus que jamais partenaire de votre féminité, je souhaite dire à toutes les femmes que la Ligue fait tout ce qu’il est possible de faire contre le cancer et que chacune a un rôle à jouer contre cette maladie. C’est parce que la Ligue aime toutes les femmes, comme ces personnalités, dans ce journal, qui déclarent leur amour à des êtres chers, que nous réussirons ensemble !

 

Amanda Sthers
Amanda Sthers, écrivaine, publie le 13 octobre aux éditions Nathan, Le Carnet secret de Lili Lampion. Un livre adapté en comédie musicale, à l’affiche au théâtre de Paris dès le 22 octobre prochain.

Chère Gladys, par Amanda Sthers

Je venais d’avoir mon permis, tu te souviens? Tu avais mis ton béret. Nous partagions les mêmes yeux et, ce jour-là, ça se voyait bien: ils riaient ensemble lorsque je pris d’assaut la place de l’Étoile dans la vieille voiture de papa.

“Accroche-toi mémé Gladys!”

Tu aimais que je t’appelle mémé, tu trouvais ça rigolo d’être une jeune grand-mère. Pas comme toutes les femmes qui ont peur de ça.
Tu n’avais peur de rien. Tu disais les choses haut et fort avant que les moments passent. Ce jour-là, nous sommes allées chez Carette avec les dames chics du 16e… Nous avons englouti des macarons. Tu n’avais pas peur de grossir non plus, ni de me prendre dans tes bras. Et tout semblait simple lorsque tu me serrais contre ta poitrine opulente. Comment aurais-je pu savoir que s’y logeait la fin? Ce qui n’était encore qu’une boule de combat, de peurs, d’adieu à tes boucles. Ce qui n’était qu’une sale promesse qu’on aurait pu taire, combattre, gribouiller, sortir de toi.

Quand nous l’avons su c’était trop tard. Il a fallu affronter un mal invincible. Tu avais senti que quelque chose poussait en toi et que ça n’allait pas. Mais pour une fois tu t’es tue. Tu étais d’une génération où c’était honteux. Et malgré mon papa, ton fils médecin, tu n’as rien dit. Tu pensais que ça passerait. Comme le chagrin.

Ce jour-là, si j’avais su, nous serions remontées dans le carrosse rouillé, et toi ma grand-mère princesse, je t’aurais emmenée enlever ton soutien-gorge devant un gentil docteur qui aurait fait changer la direction de nos destins. Qui t’aurait fait connaître les hommes de ma vie, deux petits garçons qui trimballent nos yeux rieurs quand je prends d’assaut la place de l’Étoile et que les miens s’embuent parce que je pense à toi…

Aujourd’hui, ma soeur et moi nous savons qu’il faut guetter l’ennemi, même s’il semble loin, même s’il semble invisible. Le cancer peut-être dépisté à temps et nous allons faire en sorte que ton histoire ne se répète pas.»

Nathalie Rykiel est présidente et directrice artistique de la Maison Sonia Rykiel.

À toi, par Nathalie Rykiel

La chance! Regarde-toi: tu es debout, bien campée, deux pieds, deux jambes, deux mains, deux bras, deux seins, deux yeux. Le reste navigue en solo. Et puis, tes cheveux! Et ton sourire et ton allure, le parfum de ta peau, l’humeur de tes jours qui varie parce que chaque matin est différent.
Et tous ceux qui t’aiment et ceux que tu aimes. C’est cela la vie, la beauté de la vie.

Prends soin d’elle et, pour cela, prends soin de toi. Tu exerces ton corps pour être ferme, tu crèmes ta peau d’onguents parfumés pour être douce, tu fardes ton visage pour être belle, tu te caresses pour ton plaisir, alors palpe tes seins pour les préserver.

Tu es femme, protège ce que tu as, ce que tu es. Regarde-toi car personne d’autre ne peut le faire que toi. Aime-toi.

PS : tous les deux ans (ou plus si ton médecin te le demande), à la même date, prends rendez-vous pour ta mammographie, n’oublie pas!»

Tina Arena est chanteuse et fait partie du jury de l’émission «Singoff 100% vocal», présentée par Alexandre Devoise, chaque samedi à 20h35 sur France 2, jusqu’au 15 octobre.

Chère Lizzy, par Tina Arena

Je suis tellement heureuse que tu m’aies enfin écrit. Moi qui ai passé deux ans à me demander où tu pouvais bien être. Ce n’est pas ton genre de disparaître ainsi. Quelque chose m’aurait-il échappé ? Aurais-je pu t’offenser sans m’en apercevoir? Je ne comprenais pas pourquoi ces nombreux appels restaient sans réponse; je commençais à me résigner à ton silence.

Et puis, il y a eu ce courrier. Soudainement tu es réapparue, comme venue de nulle part, pour discuter par mail comme on discute assis sur un banc. Pourquoi pas, asseyons-nous donc ici.

Pendant quelques secondes, à la lecture des raisons de ton absence, mon corps en a été tétanisé.

Bien sûr, j’avais envisagé la maladie. En lire le récit m’a fait couler des larmes que je n’ai pas cherché à retenir. La colère, la tristesse et l’impuissance aussi se sont mélangées dans mon esprit pour finalement en arriver à me dire “c’est tellement elle de n’avoir rien dit”. Me voilà soulagée, tout du moins de la confiance que tu me portes.

J’ai reçu ton explication comme un cri libérateur d’un mélange de fierté, de honte et de peurs.

Le choix de ne pas te soigner alors qu’un dépistage avait permis de diagnostiquer une tumeur à ton sein a été difficile à admettre pour moi. À défaut de pouvoir le comprendre, c’est un choix que je respecte. Et peut-être qu’il mériterait d’être pris en considération si tu décidais de te mettre à la recherche de l’origine possible de cette tumeur… peut-être.

Les questions affluent. Te pensais-tu si forte pour imaginer que le cancer disparaîtrait comme il était venu? Ne t’aimais-tu pas suffisamment pour choisir de le laisser décider de ton destin à ta place? Croyais-tu mériter sa présence? Être punie de quelque chose? S’agissait-il d’une simple résignation? “Que sera, sera”, comme on dit en Sicile. Ne savais-tu pas que l’amour que te portent tes amis n’a rien à faire d’une ablation physique?

Alors te voilà, deux ans plus tard, un sein en moins. La belle affaire; ce n’est pas comme si ta poitrine était un élément de ta personnalité! Tu sembles en avoir convenu pour finalement accepter de te soigner.

Nous partageons la conviction qu’il est essentiel de savoir parfois prendre des risques dans l’existence.
Certains valent la peine mais pas ceux qui mettent l’existence en danger. Tu aurais sans doute pu t’éviter beaucoup de désagréments en réagissant plus vite.

À présent que tu as fait le choix de t’occuper de toi “localement”, prends aussi soin de toi entièrement.
Garde un oeil sur tout ça en surveillant ton corps régulièrement. Et puis, la prochaine fois que tu verras le docteur pour un contrôle, je souhaite que tu puisses lui adresser un grand sourire, et si possible l’une de tes légendaires pointes d’humour. Je suis tellement heureuse que tu m’aies enfin écrit, et tellement heureuse que tu sois là. Mais, Lizzy, je veux surtout te savoir heureuse d’être ici.»

Axelle Laffont est actuellement au théâtre des Mathurins avec Vincent Desagnat, dans Fume cette cigarette.

À ma mère, par Axelle Lafont

Je te connais depuis plusieurs années maintenant, et je ne cesse de me dire à quel point j’ai de la chance de t’avoir dans ma vie. Tu m’énerves et m’énerveras toujours, quoi que tu dises et quoi que tu fasses, mais tu n’es pas responsable, tu le sais, ça dépasse le raisonnable…
Tu es une femme extraordinaire que j’aime et que j’admire pour sa force, sa sensibilité, sa générosité, son dévouement aux autres et surtout à sa famille.

Pas besoin d’être “une star” pour légitimer ton talent, et ta bonté. Féminine, douce, belle, fine, sensible, et d’une classe naturelle, toujours à l’écoute, et aussi dotée d’une forte personnalité, tu es une Femme, la Femme dans toute sa splendeur…

Alors même si tu raccroches trop souvent au nez et que tu claques les portes avec une facilité déconcertante comme dans les comédies italiennes qui te renvoient à tes origines, même si tu es trop souvent possessive et que tu ne sais pas beaucoup garder les secrets, même si tu te vexes régulièrement et fais la gueule pendant des jours en te drapant dans ta fierté, même si tu n’es pas sûre de toi et n’oses toujours pas, à ton âge, traverser la tête haute une salle de restaurant, même si tu égratignes tous les noms de famille, même si tu as peur qu’on découvre que tu es marseillaise lorsque tu t’appliques avant de prononcer les “o”, même si tu as trop souvent tendance à parler sèchement quand tu es énervée, même si tu t’angoisses beaucoup trop pour tout, même si tu es trop régulièrement en attente des autres, même si tu dis souvent “j’aurais adoré faire ça” au lieu de le faire, même si dans cette famille on a toujours un peu trop tendance à ne pas être content de soi… Et même si j’ai hérité de presque toutes ces tares, tes tares, crois-moi, je suis comblée de t’avoir comme maman, Maman !

Oui, j’ai souvent été décrite comme la petite-fille de, ou la fille de, ou la belle-fille de, mais je suis aussi plus que tout la fille de ma mère, ta fille, et je suis fière de te ressembler… Comme je suis fière que ma fille ait la chance d’avoir une grandmère comme toi.

Alors pour toi, pour nous qui t’aimons, et pour cette partie de ton corps qui a déjà souffert, continue à te faire surveiller par les médecins. J’ai comme toi de petits seins et il faut en prendre soin.»

Irène Jacob est comédienne et chanteuse. Elle vient de sortir un album, Je sais nager, composé avec son frère Francis Jacob, guitariste de jazz.

À mes amies, par Irène Jacob

“Je vous écris cette lettre sans vous avoir prévenues. Elle est venue comme cela, un matin de septembre, chez moi. Une envie de vous dire des choses et de parler des seins. Les nôtres, les vôtres, car finalement nous n’en parlons presque jamais ensemble. Alors je voulais l’écrire pour que vous puissiez lire ces mots et entendre un peu ma voix. D’abord, je pense à la chanson de Souchon et à ses paroles qui disent presque tout : « La vie ne vaut rien, rien… Mais moi, quand je tiens, tiens, Là dans mes deux mains éblouies, Les deux petits seins de mon amie, Alors je dis : rien rien rien ne vaut la vie »… Les seins, oui les seins. Les sentir à l’adolescence, sentir comme ça tire sur la poitrine, presser ses mains à plat sur le tee-shirt et découvrir cette force qui pousse, qui pointe : petits seins, gros seins, petites oranges, petites poires, décolleté, soutien-gorge, maillot de bain, garçon, gène, découverte, plaisir. Le rayon lingerie fine. Couleurs, dentelles. Je me souviens de tout ça, dans l’ordre et dans le désordre, mais l’essentiel c’est de s’en souvenir. Et puis il y a plus tard, lorsque les seins changent.

Sentir, lors d’une grossesse, ces mêmes seins devenir lourds. Puis l’allaitement, les conseils, les brochures, le stress de quand :oui et quand: non.

La montée de lait qui sonne à l’intérieur comme un téléphone qui dit : tu as faim. Les cris qu’on peut entendre même quand on est loin, qu’il reste encore cinq stations de métro de séparation, mais le sein qui le dit, qui le sait: il faut rentrer. Répondre. Se dépêcher, vite se soulager du lait qui auréole déjà sous le tee-shirt. Et la tétée, le mamelon dur, puis doux, et la bouche qui le prend. Un quart d’heure de chaque côté… Comme un grand tableau de tous les temps. Et le sevrage, couper ce cordon-là. L’oubli, on n’y croit même plus: est-ce vraiment possible? Y a-t-il eu du lait ici? Les seins qui changent, qui suivent le cycle mensuel, qui accompagnent, qui sont lourds ou légers. Durs ou doux. Nous l’avons toutes vécu comme cela, ou parfois différemment, mais nous sommes toutes des femmes avec des seins. Et puis, les premières questions, chez la gynécologue: «Avez-vous dans votre entourage familial quelqu’un qui…» Pendant des années, certaines disent non. Et puis, au fil du temps, chacune commence à dire : maintenant, oui. Et puis encore oui et oui. Alors à toutes mes amies, juste un message à lire et relire.
Le dépistage c’est possible. Rien, rien, rien… rien ne vaut la vie.

 

Partagez ce contenu

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer
Pour tout renseignement, appelez le