Informations sur la maladie

Cancer colorectal : sur la piste de R2TP

La Ligue soutient depuis 2007 l’équipe d’Edouard Bertrand (Institut de génétique de Montpellier, CNRS UMR 5535) : labellisation et financement de doctorants. Grâce à ce soutien, cette équipe a pu mettre en évidence le rôle joué par un couple de protéines (HSP90 et RTP2) dans la prolifération des cellules saines ou tumorales de l’intestin. Ces résultats, publiés dans la grande revue scientifique Nature communications, montrent que la protéine RTP2 pourrait être utilisée pour identifier les patients présentant le moins bon pronostic et, potentiellement, constituer une cible thérapeutique dans le cancer colorectal.

La Ligue soutient depuis 2007 l’équipe d’Edouard Bertrand (Institut de génétique de Montpellier, CNRS UMR 5535) : labellisation et financement de doctorants. Grâce à ce soutien, cette équipe a pu mettre en évidence le rôle joué par un couple de protéines (HSP90 et RTP2) dans la prolifération des cellules saines ou tumorales de l’intestin. Ces résultats, publiés dans la grande revue scientifique Nature communications, montrent que la protéine RTP2 pourrait être utilisée pour identifier les patients présentant le moins bon pronostic et, potentiellement, constituer une cible thérapeutique dans le cancer colorectal (1).

La cellule est un système complexe ; des centaines de protéines jouent un rôle vital pour la faire fonctionner. Les étapes de leur synthèse et de leur maturation sont très importantes. Si elles ne se déroulent pas normalement, des maladies, dont des cancers, adviennent.

L’équipe d’Edouard Bertrand s’intéresse depuis plusieurs années à une protéine appelée RTP2. Cette protéine, associée avec une autre dénommée HSP90, participe à une des étapes clés de l’assemblage des plus grosses protéines de la cellule. Les derniers travaux de l’équipe publiés dans Nature communications lèvent le voile sur le rôle joué par l’association HSP90/R2TP dans la biologie des cellules de l’intestin. Les chercheurs ont pu démontrer que le blocage de l’activité de RTP2 induit la mort des cellules qui assurent le renouvellement du tissu intestinal sain. Ils ont également mis en évidence que le niveau de RTP2 est associé au pronostic de la maladie chez l’homme : les patients qui présentent les niveaux de RTP2 les plus hauts ont une espérance de vie moindre.

L’ensemble des recherches menées montre pour la première fois que l’association HSP90/R2TP est indispensable à la prolifération des cellules assurant le renouvellement du tissu intestinal qu’il soit sain ou cancéreux. Si HSP90 a déjà été décrit comme une cible thérapeutique potentielle dans plusieurs cancers, ces résultats permettent aujourd’hui de proposer R2TP comme une nouvelle piste thérapeutique à explorer dans le cancer colorectal.


(1) C. Maurizy, C. Abeza, B. Lemmers et al., Nature communications, 2021, 12:4810,
doi : 10.1038/s41467-021-24792-4.

FacebookTwitterLinkedIn

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.