Informations sur la maladie

Expression des gènes et leucémies

L’équipe de Salvatore Spicuglia (Inserm U1090, Marseille) a démarré sa première labellisation en 2018. Ses recherches portent sur les mécanismes de régulation des gènes impliqués dans les leucémies aiguës lymphoblastiques.

L’équipe de Salvatore Spicuglia (Inserm U1090, Marseille) a démarré sa première labellisation en 2018. Ses recherches portent sur les mécanismes de régulation des gènes impliqués dans les leucémies aiguës lymphoblastiques.

Les leucémies aiguës lymphoblastiques de type T (LAL-T) forment un groupe hétérogène de leucémies résultant d’une prolifération anormale, de cellules T du système immunitaire.  Depuis une dizaine d’années, des progrès considérables ont été réalisés dans l’identification des anomalies moléculaires associées aux LAL-T. Il a notamment été montrée que des dérégulations épigénétiques* de l’expression des gènes sont impliquées dans le développement leucémique. Salvatore Spicuglia conduit un projet de recherche visant à identifier et comprendre l’ensemble des dérégulations épigénétiques retrouvées dans les LAL-T.

Un résultat récent de l’équipe de Salvatore Spicuglia

Une des altérations épigénétiques classiquement observée dans les cellules cancéreuses consiste en un changement massif de leur profil de méthylation. La méthylation de l’ADN est une modification chimique qui laisse les gènes intacts mais qui modifie la façon dont ils sont lus. De façon simplifiée, on peut voir la méthylation comme un processus qui place des interrupteurs tout au long de l’ADN, ces interrupteurs pouvant « allumer » ou « éteindre » l’expression des gènes. Une dérégulation épigénétique peut donc prendre la forme d’une distribution inadéquate d’interrupteurs avec pour conséquence une expression des gènes inappropriée pouvant contribuer à la transformation cancéreuse de la cellule. En étudiant le profil de méthylation de cellules de LAL-T, Salvatore Spicuglia et son équipe ont mis en évidence un lien entre une méthylation réduite de certaines parties du génome et un mauvais pronostic de la maladie. Ce résultat pourrait déboucher sur le développement d’un test utilisable en routine et permettant de personnaliser le traitement des patients.

(1) Touzart A, Boissel N, Belhocine M, et al. Haematologica. 2019 Sep 19, doi : 10.3324/haematol.2019.223677

==========

On qualifie d’épigénétiques* des mécanismes qui modifient l’expression des gènes sans altérer leur séquence. Ces mécanismes sont sous l’influence de l’environnement au sens large. On sait aujourd’hui que les dysfonctionnements cellulaires associés au cancer peuvent avoir une origine épigénétique.

 

 
FacebookTwitterLinkedIn

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.