Informations sur la maladie

Les déséquilibres du microbiote intestinal impliqués dans le cancer colorectal

Les résultats d’une collaboration entre l’hôpital HenrI Mondor, l’institut Pasteur et la Mayo clinic (Rochester, Etats-Unis) montrent qu’un déséquilibre du microbiote intestinal favorise la survenue du cancer du côlon. La Ligue a contribué au financement de ces recherches via son action nationale de soutien à la recherche clinique.

Les résultats d’une collaboration entre l’hôpital HenrI Mondor, l’institut Pasteur et la Mayo clinic (Rochester, Etats-Unis) montrent qu’un déséquilibre du microbiote intestinal favorise la survenue du cancer du côlon (1). La Ligue a contribué au financement de ces recherches via son action nationale de soutien à la recherche clinique.

 

Au cours de la dernière décennie, de nombreux travaux de recherche sont venus préciser l’importance du microbiote intestinal* dans la santé humaine. Considéré aujourd’hui comme un organe à part entière, le microbiote intestinal joue un joue un rôle fondamental dans les fonctions digestive, métabolique, immunitaire et neurologique. En conséquence, les déséquilibres du microbiote, ce qu’on appelle la dysbiose*, se trouvent associés à de nombreuses maladies notamment le cancer colorectal.

Les travaux publiés dans les comptes-rendus de l’Académie des sciences américaine (PNAS) précisent ces liens en mettant en évidence une contribution directe de la dysbiose à la cancérogenèse. Les chercheurs ont montré que la transplantation de matière fécale de patients atteints d’un cancer colorectal causait chez l’animal des lésions précancéreuses du côlon et des altérations épigénétiques* caractéristiques du développement cancéreux aux niveau des cellules des tissus intestinaux. L’effet délétère de la dysbiose a été confirmé dans un second temps sur une cohorte de 1000 patients. Ces résultats ont également débouché sur le développement d’un test sanguin permettant le diagnostiquer précocement les tumeurs colorectales chez des patients asymptomatiques.

(1) I. Sobhani, E. Bergsten, S. Couffin et al., PNAS, 2019, Nov 26;116(48):24285-24295, doi : 10.1073/pnas.1912129116

======================

Le microbiote intestinal*, naguère appelé flore intestinale, désigne l’ensemble des microorganismes peuplant le tube digestif. On estime que ces microorganimes (bactéries, champignons, virus, parasites) sont 2 à 10 fois plus nombreux les cellules constitutives du corps humain.

La dysbiose* est un déséquilibre du microbiote elle peut résulter du développement inapproprié d’une ou plusieurs populations de mircrorganimes au dépens d’autres.

On qualifie d’épigénétiques* des mécanismes qui modifient l’expression des gènes sans modifier leur séquence. Ces mécanismes sont sous l’influence de l’environnement au sens large. Ainsi l’exposition à un facteur donné, ici la modification des populations de microorganismes constituant le microbiote, induit une altération du fonctionnement des gènes avec pour conséquence l’induction du développement d’une tumeur.

FacebookTwitterLinkedIn

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.