Faire avancer la recherche

Pourquoi soutenir la recherche ?

On estime qu’un peu plus de 60 % des malades du cancer sont encore en vie 5 ans après leur diagnostic. Toutefois, cette statistique cache de grandes disparités, trop de cancers restent mortels. Les recherches qui sont conduites aujourd’hui sont à l’origine des progrès qui contribueront demain à gommer ces disparités en aboutissant à des traitements plus efficaces pour un plus grand nombre de malades.

Image
recherche

En savoir plus

Trois décennies d’innovations
Des standards qui évoluent
De nouveaux horizons
Trois décennies d’innovations

Trois décennies d’innovations

Au début des années 2000, les progrès de la recherche et l’essor des biotechnologies ont profondément changé notre conception de ce qu’est le cancer et la façon de concevoir de nouveaux traitements.  

Les connaissances acquises sur la biologie du cancer ont permis la mise au point de thérapies dites « ciblées » car agissant sur les protéines « dévoyées » impliquées dans la prolifération des cellules cancéreuses. Ces traitements plus spécifiques, étaient annonciateur de la médecine de précision du cancer, c’est-à-dire de la plus juste adaptation du traitement aux caractéristiques des tumeurs, une stratégie de traitement aujourd’hui en plein développement. 

Dès les années 2010, une nouvelle révolution a suivi avec l’arrivée des immunothérapies. Des traitements qui n’agissent pas directement sur le cancer mais qui rétablissent la capacité du système immunitaire des malades à attaquer et détruire les cellules cancéreuses.  

Ces immunothérapies ont déjà modifié, parfois de façon spectaculaire, le traitement de certains cancers : les mélanomes métastatiques, des cancers du poumon, certains lymphomes,... Par ailleurs, les évolutions de leurs différentes déclinaisons, inhibiteurs de points de contrôle immunitaires (anti-CTL4, anti-PD1, anti-PD-L1), cellules CAR-T, anticorps bispécifiques, suscitent encore plus d’espoirs et laissent à penser que nous n’en sommes encore qu’au début du développement de l’immunothérapie.

Encore plus près de nous, quelques mois après le démarrage de la pandémie de COVID, une autre avancée, celle des médicaments exploitant les technologies de l’ARN, a débouché sur le développement de plusieurs centaines de candidats médicaments aujourd’hui évaluées dans plus de 200 essais précliniques et cliniques 

Tous ces traitements apparus progressivement à partir des années 2000 sont le fruit de décennies de recherche qui trouvent leur origine au 20e siècle, ils montrent que l’innovation est un processus accumulatif au long cours. Un processus que les technologies actuelles, en premier lieu les capacités de traitement de l’information, le Big Data, permettent d’accélérer.  

Des standards qui évoluent

Des standards qui évoluent

Si les innovations thérapeutiques sont aujourd’hui de plus en plus nombreuses, les traitements « historiques » du cancer - la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie - restent les plus utilisés et ont eux aussi bénéficié des progrès de la recherche.

La chirurgie est désormais plus précise et moins invasive, elle lèse moins le corps des patients grâce à des techniques comme la cœlioscopie qui ne nécessite que de petites incisions. Les techniques de radiothérapie ont également beaucoup progressé. La capacité à moduler l’intensité des faisceaux utilisés, la possibilité d’irradier des cibles mobiles, l’apport des techniques d’imageries, le développement de la protonthérapie, etc. ont considérablement accru l’efficacité et la précision de la radiothérapie tout en en limitant la toxicité. Encore plus récemment l’apparition de la radiothérapie flash qui permet de délivrer de très haute intensité de rayonnement en moins d’une seconde pourrait permettre de réduire encore les effets secondaires et d’améliorer de façon importante la qualité de vie des patients traités. Quant à la chimiothérapie, l’étude des mécanismes d’actions des chimiothérapies a par exemple permis d’en rationaliser l’utilisation, de comprendre qu’elles pouvaient parfois stimuler une réponse immunitaire spécifique.

De nouveaux horizons

De nouveaux horizons

Si les avancées sont déjà très importantes, de grandes disparités caractérisent encore notre capacité à prendre en charge les cancers. Les guérisons sont plus nombreuses mais le pronostic reste très en dessous des espérances de nos concitoyens touchés par la maladie. En dépit de nos progrès, notre compréhension de la maladie cancéreuse reste aujourd’hui trop limitée, trop fragmentaire. 

Dépasser cette limite pour espérer guérir plus et mieux ou faire que le cancer devienne une maladie chronique contrôlable sur de très longues périodes nécessite que la recherche aille plus loin.  

Le développement d’une compréhension intégrative de la maladie des échelles moléculaires et cellulaires à celles du patient et des populations dans leur environnement s’impose pour essayer d’appréhender toute la complexité du cancer.  

Le décloisonnement des disciplines scientifiques et la capacité à donner du sens aux énormes quantités de données produites par les outils d’analyse dont nous disposons aujourd’hui sont ici essentielles et incontournables.  

La recherche sur le cancer est rentrée dans une nouvelle ère au-début des années 2000, les connaissances accumulées et de nombreux progrès technologiques font que des innovations thérapeutiques apparaissent aujourd’hui à un rythme impressionnant. Aller plus loin nécessite que la recherche ait les moyens de produire les nouvelles connaissances, les nouveaux modèles, les résultats à partir desquelles seront développés les thérapies des années à venir.  

Pour cette raison la Ligue continue à faire du soutien à la recherche son premier investissement. 

Actualités sur la recherche

Articles sur la recherche

Je soutiens la Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.