Octobre rose 2016 - La Ligue contre le cancer s’alarme : « Attention au Pinkwashing *»

06/10/2016

Partagez ce contenu

 

 

Recentrons le message d’Octobre rose sur LE DÉPISTAGE

Octobre rose a su s’imposer comme un rendez-vous grand public permettant, de sensibiliser, de mobiliser contre le cancer du sein et de collecter des fonds, c’est une première victoire. Mais, victime de son succès, Octobre rose tend à devenir une manifestation fourre-tout, prétexte aux communications opportunistes et démagogiques. La multitude des acteurs rendent peu à peu l’objet de cette manifestation illisible. Pourtant cette manifestation a bien un sens premier : lutter contre le cancer du sein et un objectif clair : favoriser l’accès et la participation au D.E.P.I.S.T.A.G.E.

Un cancer du sein détecté à un stade précoce peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10 ! Pourtant, aujourd’hui, avec plus de 54 000 nouveaux cas par an et plus de 11 900 décès en 2015, le cancer du sein se place au premier rang des décès par cancer chez la femme. Malgré la notoriété et la mobilisation d’Octobre rose, le taux de dépistage ne croît pas depuis 10 ans. Recentrer le message, permettrait à toutes les femmes, quels que soient leur revenu, leur origine sociale, leur religion, leur lieu d’habitation d’avoir accès à l’information et de se faire dépister ; tel est l’objectif que se fixe la Ligue contre le cancer pour Octobre rose 2016. Comment réussir à recentrer ce mois de sensibilisation sur l’essentiel ? La Ligue se mobilise pour fédérer l’ensemble des acteurs à réfléchir ensemble… et parce que la campagne d’Octobre rose est internationale, la Ligue portera cette question lors du Congrès mondial contre le cancer, organisé par l’Union internationale contre le cancer avec l’aide de la Ligue contre le cancer, à Paris du 31 octobre au 3 novembre 2016.

Octobre rose, victime de son succès ?

Le mouvement initié aux Etats-Unis avait à l’origine pour objectif de sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. En quelques années, de nombreuses entités institutionnelles, privées et associatives se sont emparées du mouvement pour collecter des fonds, informer, changer l’image sociétale du cancer du sein.

En France, la campagne d’Octobre rose ne trouve plus d’écho : malgré cette campagne, le taux de participation des femmes concernées par le dépistage organisé n’augmente pas.

Comment replacer le dépistage au centre d’Octobre rose ?

Généralisé à l’ensemble du territoire français depuis 2004, le programme de dépistage organisé propose gratuitement, aux 9 millions de femmes âgées de 50 à 74 ans une mammographie avec double lecture. Efficace, fiable et indispensable, la seconde lecture a permis de dépister environ 6 à 7% des cas de cancers du sein en 2012.

Mais le constat est sans appel : seulement 51.5% des femmes concernées se font dépister et ce taux reste stable depuis 10 ans. Pour y remédier, la Ligue réaffirme les recommandations qu’elle a portées lors de la « concertation citoyenne » autour du dépistage du cancer du sein organisée par le ministère de la Santé en 2016 :

  • améliorer l’information éclairée des femmes et en faire une préoccupation des professionnels ;
  • intégrer le dépistage individuel dans le programme de dépistage organisé en instaurant une double lecture ;
  • instaurer des mesures facilitant l’accès aux cabinets de radiologie : titre de transport gratuit ou taxi social, prise en charge à 100% des restes à charge (échographie, biopsies) ;
  • permettre une disponibilité égale des plages horaires de rendez-vous pour le dépistage individuel et le dépistage organisé ;
  • favoriser la recherche pour mieux identifier les marqueurs précoces des cancers du sein, de leur caractère invasif et de leur évolutivité clinique ;
  • agir plus particulièrement auprès des femmes les plus vulnérables.

La Ligue expliquera certains enjeux d’Octobre rose a l’échelle internationale lors du congrès mondial contre le cancer – à paris du 31 octobre au 3 novembre

Cette année, le Congrès mondial contre le cancer se déroule à Paris, co-organisé par l’Union internationale contre le cancer et la Ligue contre le cancer. La Ligue évoquera des pistes d’actions concrètes sur cette problématique afin de mobiliser et sensibiliser la communauté internationale.

 

*Pinkwashing : Ce terme utilisé aux Etats-Unis désigne les formes diverses de marketing humanitaire et notamment la promotion de biens de consommation et des services utilisant le ruban rose qui représente l’adhésion à la lutte contre le cancer du sein. 

06 Octobre 2016

Partagez ce contenu