Cancer du sein : comment prendre soin de ses seins ?

02/10/2017

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu

 

 

 

 

Cancer du sein : comment prendre soin de ses seins ?

En France, une femme sur huit développe un cancer du sein au cours de sa vie. En 2015, plus de 54 000 nouveaux cas de cancer du sein ont été diagnostiqués en France et plus de 11 000 décès ont été recensés(1). Pourtant, s’il est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10. Alors, comment prendre soin de ses seins, et ce tout au long de sa vie ?

 

Les facteurs de risque de développer un cancer du sein

  1. L’âge : le cancer du sein se développe principalement chez les femmes de plus de 50 ans.
  2. Les antécédents personnels : les femmes qui ont déjà été atteintes d'un cancer du sein sont plus à risque d’avoir encore un cancer du sein.
  3. Les antécédents familiaux : près de 20 à 30% des cancers du sein se manifestent chez des femmes ayant des antécédents familiaux de cancers dont des cancers du sein.
  4. Les prédispositions génétiques au cancer du sein : certaines mutations génétiques peuvent favoriser la survenue de cancers du sein, notamment la mutation des gènes appelés BRCA1 (pour BReast Cancer 1 : gène 1 du cancer du sein) et le BRCA2 (pour BReast Cancer 2 : gène 2 du cancer du sein). Néanmoins, la mutation d’un de ces gènes n’entraîne pas systématiquement la venue d’un cancer.
  5. Les modes de vie : certains comportements individuels comme la consommation d’alcool et de tabac, un surpoids ou encore le manque d’activité physique peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein.

 

Un suivi adapté à chaque femme

Si vous n’avez pas de facteur de risque personnel ou familial, il est extrêmement important d’avoir une consultation de suivi TOUS LES ANS auprès de votre gynécologue ou auprès de votre médecin généraliste.

  • Vous avez entre 25 et 49 ans : réalisez un examen clinique des seins tous les ans (palpation) en consultant votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme.
  • Vous avez entre 50 et 74 ans : une mammographie de dépistage est recommandée tous les 2 ans. Cet examen, pris en charge à 100% par l’assurance maladie, bénéficie d’une double lecture des clichés radiologiques. Vous devez également réaliser un examen clinique tous les ans (palpation) auprès de votre médecin généraliste ou de votre gynécologue.
  • Vous avez plus de 74 ans : réalisez un examen clinique des seins tous les ans (palpation) en consultant votre médecin généraliste ou votre gynécologue.

Pour les femmes ayant des antécédents familiaux ou personnels, un suivi adapté doit être défini avec votre médecin traitant.

 

Pourquoi se faire dépister entre 50 et 74 ans ?

Le programme de dépistage organisé du cancer du sein permet à chaque femme de 50 à 74 ans de bénéficier gratuitement d'une mammographie, tous les deux ans.

À partir de 50 ans et même si vous ne présentez ni symptôme apparent, ni facteur de risque particulier de cancer du sein, vous recevrez, tous les 2 ans, une invitation pour une mammographie gratuite, avec la liste des radiologues de votre département participant au dépistage organisé du cancer du sein.

La mammographie (radiographie des seins) détecte les anomalies de petites tailles, dont certaines seulement se révèleront être un cancer. Cet examen mammographique comprend deux clichés radiologiques par sein, associé à un examen clinique avec questionnaire médical qui permet au radiologue de connaître les antécédents familiaux et personnels. En cas d'anomalie, des examens complémentaires (mammographie complémentaire, échographie, ponction et éventuellement biopsie) seront prescrits pour préciser le diagnostic.

N’oubliez pas de consulter au moins 1 fois par an votre médecin traitant ou votre gynécologue pour un examen clinique de vos seins, entre deux mammographies de dépistage.

Un diagnostic précoce constitue le meilleur moyen d’agir contre le cancer du sein. En effet, s’il est détecté assez tôt, ce cancer peut non seulement être guéri dans plus de 9 cas sur 10 mais aussi être soigné avec des traitements moins agressifs et moins mutilants. Ainsi dans les deux tiers des cas, le sein peut être conservé plutôt qu’enlevé.

 

N'hésitez pas à consulter si vous constatez :

  • une boule ou une grosseur dans un sein ou une aisselle ;
  • une rougeur ou un aspect irrégulier "peau d'orange" de la peau de vos seins ;
  • une rétraction au niveau du mamelon ;
  • ou un écoulement anormal.

 

1 : Les cancers en France, Institut national du cancer, édition 2016

 

Date à afficher sur le site: 
Lundi, Octobre 2, 2017

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu