21ème colloque de la Recherche de la Ligue contre le cancer

04/03/2019

Partagez ce contenu

Facteurs sociaux, oncopédiatrie, immunothérapie & prévention : Avancées et perspectives 2019

Depuis plus de 20 ans, la Ligue contre le cancer organise son colloque de la recherche chaque année, un événement qui permet de faire le point sur les dernières avancées en la matière et de présenter les résultats des projets soutenus par la Ligue contre le cancer, 1er financeur privé de la recherche en cancérologie en France. Pour sa 21ème édition, le colloque de la recherche a eu lieu les 31 janvier et 1er février 2019 à Besançon.

Les projets de recherche soutenus par la Ligue visent donc à la fois à comprendre pourquoi et comment se développe la maladie cancéreuse, mieux connaître les facteurs de risque et à améliorer la prise en charge du cancer, les traitements et leurs conséquences sur l’avenir des personnes malades. Cette année, le colloque a apporté un éclairage particulier sur des axes prioritaires :

  • La recherche en appui aux missions sociales de la Ligue pour mieux agir en prévention, documenter les inégalités pour les réduire, limiter les conséquences de la maladie après la guérison.
  • La recherche en oncopédiatrie : en pointe sur le soutien à la recherche en oncopédiatrie, la Ligue est le premier organisme privé à s’être dotée d’un programme annuel dédié aux cancers des enfants et adolescents, et y a consacré en 2018 plus de 2,5 millions d’euros, finançant ainsi une trentaine de projets.
  • L’immunothérapie : alors que ces traitements sont aujourd’hui accessibles pour certains types de cancers, la recherche doit permettre de mieux comprendre leur efficacité, mais aussi à les rendre accessibles aux patients atteints de cancers rares.
  • La recherche en région Bourgogne-Franche-Comté, région hôte du colloque.

Le colloque fut l’occasion de faire le point sur les perspectives 2019 et l’engagement de la Ligue à inciter et à financer de nouveaux projets dédiés à la prévention des cancers. En effet, à l’occasion des 1er Etats Généraux de la prévention organisés par la Ligue en novembre 2018, l’association a ré-affirmé l’importance de la prévention.  La Ligue souhaite augmenter le budget dédié aux projets de recherche sur la prévention, parent pauvre de la recherche sur le cancer en France, notamment pour développer la connaissance des facteurs de risques environnementaux, professionnels, etc.

Focus sur quelques projets présentés à l’occasion du 21ème colloque

Les projets en appui aux missions de la Ligue

  • Usage de tabac et de e-cigarette chez les adolescents français de 17 ans
    D’après les premiers résultats de l’étude présentée par Sandra Chyderiotis (Inserm Paris) on observe une baisse ininterrompue de l’expérimentation du tabac à 17 ans ; cependant les disparités sont très fortes en fonction des filières scolaires. Un adolescent sur six utilise quotidiennement la e-cigarette ; son usage semble en baisse depuis 2014 et reste très masculin (contrairement au tabagisme). L’étude montre par ailleurs que l’usage de la e-cigarette se cumule avec d’autres comportements à risque (tabac, alcool, chicha, cannabis).
  • L’environnement social influence-t-il le risque de cancer, la prise en charge de la maladie et son évolution ?
    Cyrille Delpierre, à la tête d’une équipe labellisée (Inserm, Toulouse), a montré comment se construisent les inégalités sociales en santé vis-à-vis du cancer. Des inégalités d’incidence se construiraient dès le plus jeune âge (impliquant des processus physiologiques, psychologiques et comportementaux) et seraient associées à des inégalités de prise en charge liées au système de soin, une fois le cancer diagnostiqué.
  • Cancer et fonctions cognitives
    L’objectif des travaux de Florence Joly et de la plateforme « Cancer et Cognition » (Caen) est de comprendre comment les traitements du cancer impactent la vie après la maladie, en particulier les capacités à se concentrer, à mémoriser et globalement à travailler. Elle a rappelé combien le soutien de la Ligue était important pour le développement de ce type de recherches interdisciplinaires.

La recherche sur les cancers des enfants

  • L’agressivité des cellules initiatrices des gliomes (tumeur rare du cerveau) dépend-t-elle du métabolisme ?
    L’équipe labellisée d’Hervé Chneiweiss (CNRS UMR 8246, Inserm U1130, Paris) cherche à comprendre ce qui donne aux cellules souches de gliomes (CSG), les cellules à l’origine même de la maladie, leur agressivité caractéristique. Ces travaux ont montré comment le métabolisme d’un neurotransmetteur pouvait s’opposer à l’agressivité des CSG. De nouvelles approches thérapeutiques pourraient découler de ces recherches.
  • Disparités socioéconomiques et territoriales, quels impacts sur les cancers pédiatriques ?
    Les résultats présentés par Brigitte Lacour (Inserm UMRS1018, Nancy) et son équipe ne semblent pas montrer de différences majeures de la survie des enfants après un cancer en fonction de disparités socio-éonomiques et territoriales.
  • Etablir la généalogie des cellules tumorales pour comprendre l’oncogenèse du neuroblastome
    Gudrun Schleiermarcher (Inserm U830, Paris) a présenté comment les outils de biologie moléculaire récents comme les techniques de séquençage de nouvelle génération (NGS) permettent de caractériser précisément l’hétérogénéité des neuroblastomes. De tels outils permettent litéralement de suivre l’évolution des tumeurs ; les informations qu’ils fournissent permettent d’envisager le développement des stratégies thérapeutiques individualisées les plus appropriées.

L’immunothérapie

  • Evolution des mécanismes d'échappements immunitaires depuis les lésions précancéreuses jusqu’aux métastases
    Les recherches de Jérôme Galon (INSERM UMRS 1138, Paris) et de son équipe nouvellement labellisée visent à comprendre le rôle du système immunitaire dans la modification des cellules du côlon et du col de l’utérus, à partir des lésions pré-cancéreuses (pouvant être identifiées par le dépistage organisé) jusqu’au stade métastatique. Ces travaux doivent fournir de nouvelles cibles thérapeutiques aux stades pré-cancéreux et métastatiques.
  • Prédiction de la réponse à l’immunothérapie dans le traitement des sarcomes
    L’objectif de ce projet mené par Antoine ITALIANO, INSERM U1218, Bordeaux et Florent PETITPREZ, CIT, Paris, est d’étudier la réponse aux immunothérapies des différentes catégories de sarcomes mous classés par sous-types moléculaires. 

Soutien à la recherche en Bourgogne-Franche-Comté

  • Nouvelles approches thérapeutiques dans les cancers épidermoïdes liés au papillomavirus humain
    Les travaux de Christophe Borg (UMR 1098 INSERM/EFS/UFC, Besançon) montrent que l’on pourrait améliorer la survie des patients atteints de cancers du canal anal liés à l’infection par le papillomavirus humain et réfractaires aux chimothérapies, grâce à une vaccination anti-tumorale et un traitement d’immunothérapie.
  • Peut-on évaluer l’impact d’un programme d’activité physique adaptée sur la cardiotoxicité chez les femmes atteintes de cancer du sein traitées par Herceptin ?
    Quentin JACQUINOT, EA 3920, Université de Franche-Comté, Besançon, a mis en place une étude pour mesurer cet impact. Les résultats obtenus doivent permettre d’orienter la pratique d’une activité physique individuelle pendant et après le traitement pour atténuer la fatigue, les douleurs et, plus globalement, améliorer la qualité de vie des patientes.

Documents colloque recherche 2019 en téléchargement

Témoignages vidéos colloque recherche 2019

Jean-François BOSSETPrésident du Comité Départemental du Doubs-Besançon (CD25B) de la Ligue national contre le cancer.
A propos de la recherche sur le cancer soutenue par le CD25B.

 

Jacqueline GODETPrésidente de la Ligue nationale contre le cancer.
A propos des programmes de soutien à la recherche de la ligue nationale contre le cancer.

Témoignages de quelques intervenants à propos de leur projet de recherche et du soutien de la Ligue.

 
Pr Fiorence JOLY
, Inserm U1066, Caen

 Cyrille DELPIERRE, Inserm U1027, Toulouse

 Sandra CHYDERIOTIS , CESP, Inserm U1178, Paris

 Brigitte LACOUR , RNCE, CRESS Inserm UMR 1153, Nancy

 Hervé CHNEIWEISS, CNRS UMR 8246, Inserm U1130, Paris

 Gaëlle LEGUBE, CNRS UMR 5088, Toulouse

 Christophe BORG, UMR 1098 Inserm/EFS/UFC, Besançon

 

 

Partagez ce contenu

Nos brochures

Le programme Cartes d'Identité des Tumeurs

Le forum

Partagez vos expériences sur le forum de la Ligue contre le cancer
Pour tout renseignement, appelez le