Nos professionnels en soins de support face à la Covid-19 Ghislain

modifié le 20/01/2021

Partagez ce contenu

Ghislain Riffard - Professeur d'Activité Physique Adaptée (APA)

Comment avez-vous adapté vos interventions dans les établissements de santé depuis la Covid-19 ?

Depuis mon retour au sein des établissements de santé, l'intervention n'a pas vraiment changé. J'y ai intégré les mesures d'hygiène, à savoir le port du masque, le lavage de mains au gel hydro-alcoolique avant d'entrer dans les chambres et avant d'en sortir, et la combinaison (cf photo) pour la Clinique Générale.

Seuls les discours sont diffèrents. En temps normal, je communique sur les activités de la Ligue, j'oriente les personnes vers les groupes qui peuvent les aider et je leurs propose des exercices adaptés.

Actuellement, les groupes étant suspendus à l'Espace Ligue de Valence, j'encourage les patients à continuer leurs activités physiques. Je les conseille et répond à leurs questions :

Comment se motiver quand on est seul ? Quelle activité physique puis-je faire chez moi ?

L’idée pour limiter la fonte musculaire et éviter que la fatigue s’installe, c’est de rester en mouvement !

Pour se motiver, le meilleur moyen est de trouver une activité physique dans laquelle on se sent bien et que l’on pratique avec plaisir. Commencer doucement et constater que les premiers bénéfices apparaissent (satisfaction, bien-être, meilleur sommeil, …). Le plaisir permet d’entretenir les effets positifs en reconduisant régulièrement l’activité. C’est un cercle vertueux.

Quel est votre ressenti de l’impact de la crise sanitaire sur les personnes malades que vous rencontrez ?

Parmi les personnes que j'ai rencontré, j'ai remarqué une nette diminution de leur activité physique globale. D'où l'adaptation de mes interventions au contexte de crise sanitaire.

On sait que l'activité physique provoque une augmentation de la qualité de vie et de l'état psychologique, une meilleure observance aux traitements, une diminution de l'anxiété et de la fatigue.

C'est dommage de s'en passer...on peut mettre des choses en place individuellement tout en respectant les précautions sanitaires ; ça n'est pas incompatible !

Lorsque c'est possible, l’objectif est l’adoption d’un mode de vie actif équivalant aux recommandations pour la population générale :

- au moins 30 minutes d'activité physique cardio-respiratoire, d’intensité modérée à élevée, 5 fois par semaine,

- des exercices de renforcement musculaire, et d’assouplissement, 2 à 3 fois par semaine.

Par exemple :

- 30 minutes de vélo d’appartement, d’intensités modérées avec des piques d’intensité élevée.

Intensité modérée : respiration et fréquence cardiaque légèrement accélérées, conversation possible, correspond à 50-70% de la fréquence cardiaque max. Intensité élevée : respiration et fréquence cardiaque élevées, il est difficile de parler, 70-90% de la fréquence cardiaque max.

- 10 minutes de renforcement musculaire : 5 séries de 4 exercices, 30 secondes pour chaque exercice : Montée de genoux, talon-fesse, pointe des pieds, relevé de chaise.

Au cours des traitements, il peut être compliqué de respecter les recommandations générales. La priorité est l’adoption d’un mode de vie actif et d’éviter au maximum l’augmentation de la sédentarité.

Les recommandations seront adaptées et doivent prendre en compte la situation clinique et les contre-indications, le niveau d’activité physique habituel, les motivations et les freins à la pratique du patient.

Partagez ce contenu

Agenda
d l m m j v s
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
Contact