Forum

Cancer vessie stade 3, perte d'apétit

chouchou jeu, 09/06/2016 - 15:39 (6) commentaire(s)

Bonjour,
Mon papa a un cancer de la vessie, la nouvelle est tombée en novembre dernier. C'était très gros et sortie de la vessie, il a donc subi en premier lieu une chimiothérapie qui a du être interrompue car il ne la supportait pas, et puis il s'est opérer il y a deux mois, ils lui ont enlevé la vessie bien sûr puis d'autres ganglions autour. Le résultat des ganglions n'est pas cancéreux mais il en est au stade trois. (Il me semble qu'il y en a 4 en tout ??) En ce moment il est très fatigué, n'a plus d'appétit et a des nausées. Le médecin pense qu'il est anémié mais j'ai le sentiment qu'il y a autre chose. Je voudrais avoir quelques conseils pour lui redonner de l'appétit et fais appel à vos divers témoignage concernant tout cela (le stade du cancer, son état actuel, etc) Merci d'avance.

atmed jeu, 09/06/2016 - 17:48

Bonjour,
Il existe en effet 4 stades selon le degré d'extension de la tumeur, le stade 4 correspondant à un envahissement de certains organes de voisinage (la prostate par exemple), ce qui ne semble pas être le cas de votre père dont le cancer aurait été pris en charge à un stade 3 (tumeur étendue à la graisse périvésicale).
Un dossier sur le site de l'Institut national du cancer explique bien ces stades :
http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancer-de-la-vess...
Quant aux conseils, il ne m'est pas possible de vous en donner qui répondent parfaitement à l'état de santé de votre père. Seul le médecin qui suit votre père peut donner de tels conseils, en parfaite connaissance de son état de santé.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

chouchou lun, 13/06/2016 - 12:26

Bonjour,
Merci de votre réponse. En fait son état était dû à une grosse infection au rein gauche. Il est repartit à l'hôpital ce vendredi. Il perd du sang mais il n'arrive pas à déterminer d'où, il lui on réinjecter 3 litre de sang hier. Ils devaient lui faire des examens aujourd'hui pour déterminer cela mais il a aussi attraper un gros germe nous ont ils dit, donc ne peuvent pas lui faire. Et la cerise sur le gâteau, il devient agressif avec les infirmières et ne veut plus qu'on lui fasse de prise de sang (ses veines sont dures à trouver, donc piquer à plusieurs reprise, donc ras le bol de sa part). Nous voilà fasse à une impasse, il ne veut plus que le personnel soignant le touche. Cela ne lui ressemble pas et j'ai peur que cette infection ne lui atteigne le cerveau (clairement je pense à une septicémie, mon beau-père en est mort l'année dernière et avait aussi ce comportement, je ne suis peut-être pas objective en pensant cela). Que lui dire pour le raisonner, le rassurer. J'ai peur car je pense vraiment que ses jours sont en danger. Une autre info, les médecins nous ont confier qu'il avait reçu trop de doses de chimio. Cordialement.

atmed lun, 13/06/2016 - 13:19

Cette agressivité peut être due à un certain degré de révolte face à ce que votre père peut percevoir comme une forme d'impuissance du corps médical, sa situation n'allant pas jusqu'à présent dans le sens d'une amélioration.
La seule chose à faire est celle que vous faites déjà et qu'il faut poursuivre : l'entourer, lui témoigner votre affection.
Quant aux commentaires faits à propos de sa chimiothérapie, je ne peux rien en dire, ignorant quels ont été les traitements reçus, à quelles doses, ....
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Emma78 mar, 14/06/2016 - 17:04

N'hésitez pas à faire intervenir des personnes qui pourront vous aider : les associations sont très bien staffées pour celà ! Votre papa a sûrement besoin d'un soutien psychologique, il se révolte contre tout ça et c'est bien légitime quand on subit autant, le corps et l'esprit baissent parfois les bras. Il faut essayer de le remotiver, par la douceur et un accompagnement quotidien, et parfois une personne totalement étrangère peut faire mieux qu'un proche. Comme nous, les malades ont besoin de parler. Ils n'osent parfois pas exprimer leurs craintes à leurs proches, pour les protéger. S'en ressort alors une agressivité...
Faîtes lui comprendre qu'il doit se soigner : pour lui déjà bien sûr, mais aussi pour tous ceux qui l'aiment. Que ces épreuves finiront par aboutir sur du positif, qu'il ne peut pas baisser les bras maintenant alors que les médecins ont pris en charge sa pathologie.
Peut-on envisager dans son cas une hospitalisation à domicile ? Il se sentirait peut-être mieux, avec des infirmières qui passeraient chez lui ? Si cela est possible, ça peut l'aider à retrouver le moral...je ne connais pas le degré de prise en charge médicale de votre papa, excusez moi si c'est une mauvaise suggestion.

Pour les doses de chimio il faut que les médecins vous expliquent. S'ils ne sont pas capables de le faire, n'hésitez pas à demander le dossier médical de votre papa pour un deuxième avis. Beaucoup de démarches, beaucoup de combat en plus alors qu'on lutte déjà contre le cancer...mais malheureusement c'est parfois nécessaire pour avancer mieux...

Courage à vous !!

chouchou mer, 15/06/2016 - 20:48

Merci beaucoup pour votre message. Il a l'air d'avoir changer de façon d'être, en fait c'était juste 2 jours de ras le bol et comme vous le dite on peut le comprendre. En fait pour l'hospitalisation à domicile c'était déjà en cours : après son opération du mois d'avril c'est 4 mois de convalescence à la maison avec soins journaliers. Il était repartit en urgence car grosse fatigue, fièvre, grelotait, suait (il a refait un choc septique mais moins violent que le dernier, il n'a pas perdu connaissance cette fois). Ils sont en train de lui soigner un germe par antibiotique, qu'ils ont changer aujourd'hui. Et mardi il repasse un pep scan (désolé pour l'orthographe si celle ci est mauvaise). Dans tous les cas il a repris du moral et de l'appétit pour l'instant. Pourvu que ça dure... le plus longtemps possible. C'est sur qu'il a été très affaibli, et j'avoue que le voir comme ça alors ça a toujours été quelqu'un de fort (autant physiquement que mentalement). Il n'a jamais eu peur de rien, mais il m'avoue parfois dans ses coups de blues qu'il a très peur de mourir et de ne plus voir ses petits enfants grandir. Il cogite parfois en pensant que son père est mort à son âge. Je luis répond que celui ci ne s'était pas soigné et c'était il y a plus de 30 ans, la médecine avance. Alors il réalise que j'ai certainement raison. Dans tous les cas cela me rassure qu'après les "bas", il y quand des "hauts" comme on dit.
En revanche, en ce qui concerne le soutient psy que vous me conseillez, je suis tout à fais d'accord avec l'idée, mais lui..... c'est pas gagné. Je ne vais plus l'embêter avec ça, je crois qu'il l'a mal pris...
Merci pour votre message en tout cas, cela fait du bien de s'exprimer, même par écrit.

Emma78 ven, 17/06/2016 - 11:35

Comme ce message me fait plaisir ! Je suis ravie d'apprendre que votre Papa a retrouvé des forces et du moral pour continuer le combat !
Pour le soutien psy, c'est effectivement à lui que ça doit parler, si ça ne l'intéresse pas vous avez raison de ne pas le brusquer. Je lis dans votre message qu'il vous parle, qu'il vous a avoué ses peurs...je pense que c'est là le plus important. S'il arrive à se livrer à vous alors il n'a peut-être pas besoin de ce soutien psychologique.
Pour mon papa le soutien psy a été important, mais il ne s'est jamais livré à nous, ses enfants, sur ses craintes. Et pourtant, il devait bien en avoir. Donc je trouve ça vraiment très positif qu'il n'y ait pas de tabou entre vous et que vous puissiez en parler librement. Même si j'imagine que c'est dur d'entendre son père avoir peur...mais à un moment donné dans la vie les rôles s'inversent et les enfants doivent alors veiller sur leurs parents. Ce que vous faîtes à priori très bien :-)
Je vous souhaite plein de courage, et n'hésitez pas si besoin, le forum est là pour ça !
Comme vous le dîtes, ça fait du bien de se livrer et de déposer ici un peu du poids qui pèse sur les épaules chaque jour !