Forum

Transfert

Polynice dim, 05/08/2018 - 23:18 (2) commentaire(s)

Bonjour à tous et à toutes.
Je viens d'obtenir mon BAC et je repars Samedi sur paris et je vais y entammer des études universitaires.
Le problème est que ma mère (qui a fait retirer son sein gauche ) possède encore des cellules cancereuses qui ont récemment étés détéctées ce qui n'est pas normal.. Mais bon ici nous sommes en Martinique et ils ne sont pas aussi sérieux que dans la france hexagonale.. Le problème est que ma famille et moi ne souhaitons pas laisser ma mère toute seule en martinique sachante qu'en plus du cancer elle a rendez vous le 13 août pour fixer une date d'opération des poumons! En restant ici elle serait seule et moins bien soigné sans vouloir paraître dur. Avec ma famille qui se trouve à paris nous avons décidés de la faire partir cependant son médecin traitant est pour le moment injoignable mais j'ai vraiment besoin que l'on me dise à quoi je dois m'attendre.. Le docteur doit il lui faire un transfert au plus vite.. En restant ici elle n'aura aucun soutien psychologique et elle sera seule à la maison... Moi sœur et moi nous ne seront pas tranquille. Le docteur doit il la transférer au plus vite sachant qu'elle est en état de prendre l'avion???? Répondez moi vite SVP.. J'ai vraiment peur qu'elle reste ici seule et sans famille...
Merci

atmed lun, 06/08/2018 - 07:32

Bonjour,
Je ne peux évidemment pas me prononcer sur l'état de santé de votre Maman, c'est à dire ni sur sa maladie cancéreuse ni sur sa capacité à supporter un vol transatlantique. A défaut de voir son médecin traitant, je conseille de consulter un autre médecin ou de voir avec l'équipe qui la suit pour son cancer, notamment pour savoir si elle peut faire ce voyage vers la métropole.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

samar sam, 18/08/2018 - 22:52

Bonjour,

Personnellement, en tant qu'ancienne malade, je peux vous dire que le soutien psychologique de mes proches m'a été d'un grand secours, ne serait-ce qu'en me donnant le courage de continuer la chimio qui a été pour moi l' étape de mon traitement la plus difficile à supporter (en fait, sans eux, je n'aurais pas eu le courage de continuer...). Le soutien des proches, leur proximité, ont été pour moi salvateurs. Par conséquent, vos ressentis, de mon point de vue, sont parfaitement fondés et à votre place je m'y fierai.
Bien à vous,
Anne-Marie