Forum

cancer du poumon adénocarcinome CBNPC

isabelle Rytlewski mar, 23/04/2019 - 22:46 (1) commentaire(s)

Bonjour,
On a découvert à mon conjoint un cancer du poumon metasté. Lo-latérale scanner thoracique montre une volumineuse masse parabilaire droite avec lympha,gite, atteinte surrénalienne bilatérale et nodule pulmonaire contro latéral hypermétabolisme intensed une infiltration parahilaire droite avec atteinte lymphangitique médiastinale et sus claviculaire notamment surrénalienne bilatérale et osseuse.
Après 5 chimios, le cancer a légérement diminué niveau poumon mais a augmenté aux glandes surrénalienne stabilité aux niveaux lymphatiques et apparition de 3 nodules sur le foi.
L'oncologue a passé mon conjoint à l'immunothérapie à titre expérimental atezolizumab.
Malheureusement après cette première injection et 3 culos de sang, il est devenu très fatigué et faisait de la fièvre. Il est rentré aux urgences où on nous a dit qu'il faisait une infection pulmonaire.
J'ai discuté avec l'oncologue qui m'a dit que l'infection était du à son cancer et non a une bactérie que son état était inquiétant et qu'il était pessimiste et qu'il fallait préparer la famille. Et en tant que médecin il fallait garder de l'espoir. Et qu'il misait sur la 2e immunothérapie qu'il a eu récemment.
Mon conjoint n'est pas au courant. Est-ce normal ? D'être prévenu avant lui...
Il m'a dit qu'il le ferait dans les jours à venir... et qu'il n'avait pas pu car il était en chambre individuelle. Ils l'ont mis peu de temps après. Je suppose que l'oncologue lui parlera après son retour de vacances. J'ai envie d'avertir mon conjoint qu'on sait que son cas est inquiétant et qu'il ne supporterait peut être une 3e immunothérapie.
Je ne sais plus quoi penser... Je suis perdue. Est-ce vraiment le signe que tout est malgré tout perdu .
Merci de vos soutien

atmed mer, 24/04/2019 - 07:59

Bonjour Isabelle,
Dans une situation comme celle que vous décrivez, il est bien difficile de savoir ce que sait précisément la personne malade ou ce qu'elle est prête à entendre. Votre conjoint est certainement conscient de la gravité de son état compte tenu du diagnostic, des traitements administrés et des complications. Mais tant que l'oncologue estime qu'il y a encore une option thérapeutique à essayer, il est logique d'entretenir un minimum d'espoir.
Bien cordialement
Dr A.Marceau