Forum

TRAITEMENT CHIMIO ORALE STIVARGA

zoubinette mar, 03/12/2019 - 13:24 (4) commentaire(s)

Bonjour Docteur Marceau,
Après avoir posté un témoignage sur STIVARGA fin septembre 2019, j ai eu 2 retours négatifs. Aujourd hui, mon conjoint (après arrêt définitif des chimios, les 2 dernières phases en août et sept avec STIVARGA) est en soins palliatifs. Je me permets vous demander avec la plus sincérité si STIVARGA a fait pire que bien, devant la toxicité dévastatrice vécue et la progression rapide de la maladie. (cancer du colon et métastase sur le foie, poumon et enveloppe pancréatique).
Dans l attente de votre commentaire docteur Marceau,
Merci,
Zoubinette.

atmed mar, 03/12/2019 - 18:33

Bonjour,
Si ce médicament est autorisé, c'est qu'il présente plus d'avantages que d'inconvénients, même si ces derniers, toujours très différents d'un patient à un autre, ne peuvent et ne doivent jamais être négligés. Maintenant, si ce médicament a été prescrit à votre conjoint, c'est que le médecin prescripteur a pensé que votre conjoint en tirerait avantage. Cela n'a pas été le cas semble-t-il. Mais il est impossible de dire ce qui ce serait passé en l'absence de cette prescription.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

zoubinette mar, 03/12/2019 - 23:59

Merci pour ce retour Docteur Marceau,
Cordialement.

NOEM21 mer, 04/12/2019 - 18:27

Bonsoir. J'ai Lu vos discussions avec une autre personne. Ma mère est dans ce cas. Cancer rectum 2016 metastasee aux os. C'est sa 3 chimio pour les métastases osseuses qui sont apparues en 2017. Je trouve que les effets sont bien nefastes. Elle souffre toujours. Elle est hospitalisée depuis lundi. C'est sa 2eme phase de stivarga.
J'ai perdu ma soeur fin mai d'une tumeur cérébrale glioblastome. Ma mère est à présent très diminuée. Je ne sais pas s'il faut croire en cette thérapie. J'ai appris à bcp douter avec l'évolution fatale de la maladie de ma soeur. Je sais que les chances de s'en sortir pour ma mère sont minces et la voir diminuée par le stivarga m'interroge . Elle souffre toujours de ses métastases osseuses..... Et elle en à dans le crâne. Demain soir, elle passe un scanner pour s'assurer que ça ne soit pas passer dans le cerveau. Je ne pense pas mais je doute.
Perdre ma soeur, puis voir ma mère comme ça, c'est dur. Ma soeur avait 43 ans et moi 40. J'ai peur.

Claude 60 ven, 06/12/2019 - 08:17

Bonjour, oui le Styvarga a reçu l'amm, le Médiator aussi avait reçu l'amm et a été retiré de la vente comme tant d'autres après de "bons et loyaux services".
On a prescrit le Styvarga à mon épouse pour cancer colon, foie, poumons décelés en décembre 2015, après 3 lignes de chimio par le port à cath, soit 47 séances, 3 phases de chimio orale en 4eme ligne , vient le Styvarga en 5eme ligne, une phase de Styvarga, c'est 4 comprimés/jour pendant 3 semaines et une semaine de repos, au bout de 12 jours, ça commence ulcérations dans la gorge et la bouche, hypertension, hypersensibilité des extrémités, donc difficultés voir impossibilité à s'alimenter, difficultés pour marcher, elle en pleurait tellement ça devenait impossible, perte de 2 kg en une semaine. En 46 mois de maladie, je ne l'avais jamais vu dans un tel état, vu que ça ne s'améliorait pas, on en a discuté et la décision a été prise d'arrêter le Styvarga.
On a prévenu l'oncologue, il en a pris note et depuis, elle mange normalement, retrouvée ses 2 kg. Aujourd’hui, on attaque la 5 eme année de maladie, je ne dis pas que tout est rose, loin de là, on sait que la maladie est encore sur le foie et les poumons, mais il est un moment où il y a des décisions à prendre et c'est au malade de les prendre, le corps médical ne vous avouera jamais son impuissance devant la maladie.
Quand j'ai dit à notre médecin, que mon épouse arrêtait le Styvarga, il m'a seulement dis "tu as raison". le Docteur Marceau dit en parlant de la prescription Styvarga " il est impossible de dire ce qui ce serait passé en l'absence de cette prescription", nous, nous savons ce qui s'est passé avec cette prescription et on pense qu'il y a un moment où cela devient de l'acharnement et que quelqu'un doit prendre une décision.
La maladie est là et malheureusement, on est arrivé à un stade où il n'y a plus de solutions, il faut juste faire en sorte que le malade n'en souffre pas et qu'il soit bien accompagné, c'est le rôle des soins palliatifs, ça fait peur, c'est dur à encaisser mais c'est, à mon sens, la pure vérité.
Mon épouse a pris ses dispositions, notre dernière résidence est prête depuis un an, elle a écrit ses dernières volontés, pas facile, mais au moins ça évitera la précipitation.
Cordialement
Claude