Forum

Un peu plus de compassion de nuirait pas

Souricette jeu, 25/08/2022 - 10:54 (15) commentaire(s)

Bonjour les ami(e)s, je viens juste ce matin partager mon expérience. Ma petite voisine de 25 ans, Croate, pensait avoir quelque chose de grave. Après différents examens en France et en Croatie lors de ses vacances, elle est rentrée en France pour ses études avec un diagnostic de suspicion d'un cancer de l'utérus... Je l'ai aidée à décrocher un rdv dans le plus grand centre spécialisé de Paris, parce qu'elle ne maîtrise pas encore bien notre langue et qu'il fallait envoyer les examens scannés, remplir un questionnaire, etc... et... attendre ! Elle m'a demandé de l'accompagner pour son premier rdv avec l'onco-gynéco. C'était il y a 3 semaines. Et là, on est tombé sur une femme très désagréable, assez brusque dans son comportement, semblant pressée, parlant comme une mitraillette, me demandant qui j'étais et si je parlais Croate. Je lui ai expliqué que j'accompagnais la jeune fille à sa demande (et pas par curiosité malsaine comme elle avait l'air de le croire), parce qu'il faut parler lentement pour qu'elle comprenne bien. Elle m'a demandé de sortir pendant l'examen (ce que j'aurais fait de toute façon) et m'a fait revenir ensuite, nous délivrant un bref résumé, à la vitesse du son, disant qu'elle aurait les résultats de la biopsie qu'elle venait de faire d'ici 15 jours et qu'elle avait déjà fixé un nouveau rdv. Parfait pour le timing, mais bon Dieu, à aucun moment elle n'a été plaisante, agréable, rassurante, à aucun moment ni l'une ni l'autre n'avons pu poser de question ! la seule chose qu'elle ait dite en conclusion : c'est "bon là, vous avez bien compris ?" et avant qu'on ait quitté le cabinet, elle répondait à un appel sur son portable, nous a ouvert la porte et fais signe de la tête qu'on pouvait disposer ! Le deuxième rdv a eu lieu hier. Je n'y suis pas allée. La petite était accompagné cette fois-ci de son copain. Il a été prié de rester dehors lui aussi, elle était donc seule face à cette femme médecin et à la secrétaire qui tape le compte-rendu en temps réel, et a donc reçu la nouvelle de plein fouet, sans personne à ses côtés pour lui tenir la main ou la réconforter : 25 ans, cancer de l'utérus infiltrant ! Elle n'a pas pleuré, a souri et quand elle est rentrée a juste dit : je n'ai pas tout compris, mais on va m'opérer.
Est-ce normal de se conduire comme ça ? Est-ce pareil dans tous ces grands centres ? Nous avons la chance mon Mari et moi-même d'être soignés à Saint Antoine où l'on bénéficie d'un suivi très personnalisé et très attentif. Je suis sidérée et en colère. Je pense qu'elle va changer de centre. Ce matin on travaille à trouver un nouveau rdv, pas pour un second avis, car malheureusement il n'y a pas d'espoir d'erreurs ou autre chose, mais juste pour essayer de trouver un médecin à l'écoute.
Désolée pour ce long post, ce n'est pas trop dans mes habitudes, mais là je suis vraiment heurtée par un tel comportement. N'y a t'il donc pas de formation pour apprendre ce genre de nouvelles ? sont-ils à ce point blasés que certains médecins fassent ça à la chaîne sans se poser la question du contexte dans lequel vit le malade ? A t'elle seulement compris que cette jeune fille vit à des milliers de kms de sa famille et qu'il va lui falloir affronter seule (ou avec son copain) cette terrible épreuve ? Cela ne méritait-il pas qu'on s'y attarde un peu ?
Les ami(e)s, passez une bonne journée. Chaude je crois. De mon côté je vais continuer à épauler cette jeune fille qui s'exprime peu en paroles, mais dont le regard hier soir était insondable.

Vanessa77 jeu, 25/08/2022 - 12:08

Hello Claire

Ce médecin est tout bonnement égoïste pitoyable sans aucune déontologie., sans aucune empathie votre voisine fait bien de changer de médecin.

Bonne journée

Vanessa

Stephane14 jeu, 25/08/2022 - 12:59

Bonjour Claire
Je comprends ta colère face à cette situation.
Une seule fois j'ai rencontré un médecin qui s'était comporté de la sorte.
Je m'étais levé et parti alors qu'il me parlait. Il m'a rattrapé et m'a demandé pourquoi je partais.
Je lui ai expliqué, j'ai vite compris qu'il ne se rendait même pas compte de son insolence et de son mépris à mon égard.

Nous avions discuté un peu ensuite et il m'avait avoué être sous pression en permanence et devoir enchainer les rdvs, les visites malades......à toute vitesse.
Je pense que c'est une forme de protection par rapport à ce qu'il supporte au quotidien
C'est peut-être ce qui s'est passé avec l'onco. Je pense en effet qu'une partie de nos médecins ne se rendent pas compte du traumatisme généré par leur annonce. Ils vivent dedans en permanence. Alors c'est vrai que parfois, un peu d'empathie, un sourire, un regard attentionné changerait complètement le rapport médecin/patient
Alors effectivement il faut peut-être changer de médecin car la confiance est primordiale dans le combat que nous menons.

Félicitations d'avoir pris sous ton aile cette jeune femme qui doit être désemparée et se sentir bien seule loin de son pays
Stéphane

Huma jeu, 25/08/2022 - 13:35

Bonjour Claire, c’est super gentil à vous d’épauler cette jeune femme . La pauvre si jeune ... J’espère que tout ira bien pour elle .
Concernant ce médecin je n’ai pas de mots ça me dégoûte ! Meme si, comme la dit le médecin qu’à vu Stéphane, ils sont sous pression, un peu d’humanité est possible quand même . Malheureusement de plus en plus on se retrouve en face d’un médecin sans humanité ni empathie. Mon fils est suivi par une neurologue depuis ses un an. Pendant les premières années tout allait bien . Elle était souriante , aimable, à l’écoute. Mais plus les années ont passées et plus ça s’est dégradé. Elle fait la même chose : des rdv à la vitesse de l’éclair . On voit bien qu’elle est sous pression , de terminer ses consultations dans les temps. Alors elle fait son job, il a un suivi régulier etc mais pas de sourire , presque méprisante des fois . Je voulais changer de médecin mais comme mon fils est ado il va bientôt changer d’hôpital sinon franchement j’aurai changé mais je me disais aussi je ne sais pas sur qui je vais tomber ! Heureusement moi même j’ai aur la chance d’être tomber sur des oncologues supers tous les deux , bienveillants à l’écoute etc . Alors cette jeune femme fait bien de changer de centre. J’espère qu’elle aura plus de chance et tombera sur un oncologue bienveillant.
Je lui souhaite bon courage et lui envoie mon soutien dans cette épreuve difficile.
Huma

bloody94 jeu, 25/08/2022 - 13:57

Bonjour,

c'est incroyable en effet, mais l'hopital se dégrade chaque jour un peu plus et l'excuse du surbooking des personnels n'est en aucun cas une excuse puisque d"autres médecins savent faire, écouter, entendre, répondre.
Quel est ce centre dont vous parler ? Est ce l'IGR ?
Si c'est le cas, sachez qu'il suffit de demander à changer d'oncologue. Je suis suivie là bas, et mon oncologue est quelqu'un de formidable. J'ai testé l'APHP et ce centre n'a rien à voir;
Tout le personnel est à l'écoute, incroyablement humain, j'ai été hospitalisée 6 jours là bas, la semaine dernière et je n'ai pas cessé de leur dire à quel point, ils étaient au top.
Contrairement aux 2 hopitaux que jai fréquenté avant, où il fallait sans arrêt que JE vérifie qu'ils ne fassent pas de bourdes, à l'IGR, je suis en totale confiance, du coup j'ai plus confiance dans le traitement, j'ai la tête libre et c'est reposant. Courage

rob jeu, 25/08/2022 - 15:02

Chère souricette,

Pas grand chose a rajouter de plus que ce qui a été dit,ya les bons,les moins bons,et les gros nuls en communication pour le cancer.
Moi perso j'ai rien a redire chui dorloté,mais j'ai un malheureux exemple quand même a raconter.
Une onco spécialisée en cancer féminin a la triste réputation de faire pleurer ses patientes,il ne faut surtout pas lui demandée si tu vas mourir ou si tu va guérir,parce que la réponse est cash et violente,tu en a pour tes ronds et tu ressors du buro en pleurs avec une indifférence totale de celle ci.

Il y a deux ans j'ai vu un dermato pour la première fois de ma vie,on m'avait prévenu qu'il était professionnel mais un gros bourrin et je ne pèse pas mes mots,le jour de l'examen il ma dit 4 mots ( en slip ) et en fin de consultation (habillez vous ),moi par chance c'était une kératose,mais je vous laisse imaginer une personne qui va consulter pour une suspicion de mélanome.

En conclusion Claire je vais dire que c'est comme çà la vie et que tout le monde n'est pas parfait,mais c'est vrai qu'un matière de cancer j'ai juste envi de dire que çà devrait être du 99,99 % de nickel,parce que franchement on déguste assez et que si l'on trouve pas un réconfort médical chez l'onco,ou va t'on allez le cherché ? .

Très bonne journée a tous.

Tarente jeu, 25/08/2022 - 18:53

Coucou souricette, et bien moi je n'ai plus rien a ajouter, tout a été dit.. Moi j'ai eu beaucoup de chance de tomber sur un chirurgien oncologue formidable et tellement humain, et il n'était pas ai début de sa carrière, pas du tout, et il m'a dit en rigolant après l'annonce du
traitement , que nous avions de la chance d'être pas tout jeune tous les deux , moi pour mes cellules k, un avantage d'après lui.. Donc juste pour dire que des malades il en avait des quantités et c'était le chef du service k,et bien il a prit tout son temps pour m'expliquer.. Ça fait toute la différence d'avec mon docteur qui me l'avait annoncé avant par téléphone.. J'espère que ta petite voisine tombera sur un oncologue comme le mien... Bises..

Chantal.

scarabée ven, 26/08/2022 - 07:27

Bonjour Souricette
Sur ce réseau beaucoup sont suivis avec bienveillance (et tant mieux !) mais ce n'est malheureusement pas la majorité : les autres vous lisent mais se taisent.
J'ai rencontré de tels médecins (et infirmières = hospitalisations), et dans mon cas (et bien d'autres) il est difficile de changé d'hôpital puisque nous ne sommes pas à Paris, alors 1 seul "gros" hôpital couvre parfois tout un département (par exemple, il y a des cliniques privées ou de plus petits hôpitaux, mais elles/ils ne font pas de chimio).
Dans mon cas, on ne peut accuser le manque de personnel ou la covid, car c'était bien avant (il y a 7 ans).
J'ai découvert à cette occasion (ça a peut être changer) que l'empathie n'était pas innée mais qu'il y avait un cours de seulement quelques heures en 6eme année de médecine...
Par contre j'ai toute ma tête et du répondant contrairement à cette jeune fille qui heureusement est épaulée par quelqu'un d'empathique, toi !

Souricette ven, 26/08/2022 - 15:02

Merci à tous pour vos gentils messages. Alors, derniers développements : Macha a rdv à Villejuif mardi. Histoire de dédramatiser la situation , hier après-midi, j'ai organisé un petit goûter sur ma terrasse J'avais préparé un moelleux au chocolat, qui ressemblait d'ailleurs un peu plus à un brownie, mais c'était très bon et super light, sans sucre ajouté et à base de compote de pommes. Je vous donnerai la recette si vous le souhaitez ! Belle journée à vous tous.

Isakoustik ven, 26/08/2022 - 17:39

Bonjour Souricette,
Tout à été dit dans les précédents commentaires.
Vous avez bien fait de changer de centre puisque c’était possible.
Comment avoir le moral, si le médecin n’a ni empathie ni bienveillance.
Un médecin qui fait pleurer à mauvais escient n’est pas un bon médecin.
Çà m’est arrivé une fois avec un chirurgien et je comprends fort bien l’anéantissement, alors qu’un discours bienveillant même difficile à entendre est supportable.
Bravo pour ce que vous faites!
Son regard insondable doit exprimer sa détresse! 25 ans, elle doit se poser 10 000 questions, sa fertilité ? Son copain va t’il la soutenir sur la durée ? Va t’elle avoir la force de poursuivre ses études?
Je lui souhaite le meilleur et l’embrasse.
Je v eux bien la recette du gâteau.

Bonne journée

Souricette ven, 26/08/2022 - 19:52

Hello Isabelle, effectivement, plein de questions en suspens : pourra t'elle être maman un jour, quel traitement après l'opération et opération de quoi exactement, une partie, la totalité ? Et bien sûr, si elle ne peut pas être maman, est-ce que le copain renoncera à être papa ? il est jeune aussi... Mouais, c'est compliqué c'est pour ça qu'on y va mollo.
Comme je lui dis : on va pas se mettre la pression à l'avance. On va pas sur internet -promis/juré ?-, et en attendant on n'arrête pas de vivre, au contraire, on vient manger le gâteau au chocolat de Souricette :):):)

Bon alors la recette, hyper simple, surtout pour moi qui ne suis pas un cordon bleu :

130 g de compote de pomme nature (maison ou sans sucre ajouté)
200 g de chocolat noir
80 g de farine (de blé ou autre si allergie)
4 oeufs

Au bain marie , mettre le chocolat à fondre et ajouter la compote en même temps
Pendant ce temps, mélanger la farine avec les 4 oeufs
Quand le chocolat est fondu, ajouter le mélange chocolat/compote à la préparation farine/oeufs
Verser la préparation dans un moule beurré et fariné. (le mien fait 21 cm x 16 cm).
Enfourner à 180° pendant 25 mn

Personnellement je pense que 15 mn sont suffisantes pour avoir l'effet moelleux parce que le gâteau continue de cuire dans le moule quand il sort du four, sinon, on aura plutôt la consistance d'un brownie.
On peut saupoudrer d'un peu de sucre glace ou de noix de coco râpée, mais c'est pas obligé.

Pour la présentation je l'ai coupé en petits carrés. J'en ai fait 12.

Bon ben voilà, merci encore à vous pour vos coms et je reviendrai donner des nouvelles de Macha.

Pages