Forum

Projet photographique contre le cancer du sein : "tant qu'on respire encore"

szczcharlotte mer, 11/07/2018 - 19:36 (1) commentaire(s)

Bonjour à toutes et à tous,
Tout d'abord je me présente, je m'appelle Charlotte et j'ai 19 ans. Je suis photographe professionnelle dans la région lilloise et parisienne.
Il s'avère que le cancer du sein est, malheureusement, un sujet que je connais particulièrement bien car ma mère et ma grand-mère en sont atteintes.

Je me retrouve donc ici car je suis en pleine réalisation d'un projet photographique contre le cancer du sein, intitulé "tant qu'on respire encore": il est, pour moi, porteur d'espoir. Il s'agit plus précisément de photographie thérapeutique: elle permet d'aborder la maladie et ce qui en découle en images afin de soigner les maux et reprendre confiance en soi.

A travers ce dernier, je souhaite mettre en avant des femmes de tout âge, chacune portant un message différent : la peur de ne plus être aimé, la perte d'un être cher, les changements physiques engendrés par les opérations et les traitements lourds, l'atteinte à la féminité ou encore le danger des pilules contraceptives... Mon but étant de sensibiliser les gens à cette cause, mais surtout de rendre fières et belles ces femmes malgré les traces physiques et psychiques laissées par la maladie.

Ainsi, je suis à la recherche, dans le secteur de Lille, d'une femme guérie et d'une femme malade, toutes deux capables de poser seins nus et à visage découvert et ouvertes à l'éventualité d’être exposées dans un lieu public ou publiées dans un magazine photo pour octobre rose. Pour les remercier, j'offrirai une séance photo en ma compagnie, à réaliser quand elles le souhaitent !

Si vous souhaitez en connaitre d'avantage sur ce projet, n'hésitez pas à m'écrire afin que je vous envoie mon dossier explicatif et que je puisse répondre à vos questions.
Je me tiens à votre disposition.

Bien à vous.

Léopoldine mer, 13/03/2019 - 22:58

Bonjour Charlotte,

Comme je respire encore...

Je me demande quel espoir votre projet est censé véhiculer ?

Je dirais tout d'abord que les patientes atteintes de cancer du sein - dont je fais partie - ne sont pas des animaux de foire qu’on exhibe.

Si des photos suffisaient à rendre à chacune de nous ce qu’elle a perdu...

L’étalage des affres de la maladie me semble tellement indécent. Lors de rencontres dans la cadre de la Ligue j’ai pu constater que seules des malades se sont insurgées contre le projet que notre délégation avait d’exposer des photos de malades ne se focalisant que sur un des moments les plus difficile de leur parcours.

Ce n’est pas seulement l’intimité de la personne qui consentira à poser devant votre objectif et ayant subi des changements physiques que vous exposerez au yeux de tous, mais la souffrance de toutes celles qui sont passées par là.

En cela, je trouve que c’est du voyeurisme qui ne servira ni la cause du cancer (qui terrifie toujours) ni celle du dépistage.

Je respecte infiniment toutes mes compagnes de soins dont je partage régulièrement le ressenti dans le box durant le traitement. Pour moi, se reconstruire psychologiquement pour accepter ses changements ne passe assurément pas par ce type de campagne. C’est déjà se rassurer grâce au regard aimant de ceux qui nous sont chers. C’est bien souvent aller faire la paix avec soi-même grâce à l'aide d’un psychologue. L’épreuve du cancer ne se résume pas juste à une apparence qui change. C’est un véritable bouleversement bien plus profond où la peur de ne plus plaire, la peur de perdre la vie, de perdre tous ses repères et ses capacités, la peur de tout perdre... peut être dévastatrice.

L’apparence est la face émergée de l’iceberg. En plus d’être indécente, la manière d’aborder le sujet du cancer du sein sous cet angle m’apparaît incroyablement réductrice.

Je comprends combien ce thème vous touche et combien apporter votre aide vous tient particulièrement à coeur. Quant à bien connaître le sujet du cancer.du sein... Je dirais que je ne le connais personnellement qu’un peu (j’étais en soins palliatifs il y a deux ans pour un type cancer du sein très agressif et qu’aujourd’hui, contre toute attente, je suis en rémission complète). Il y a autant de façons de le vivre que de malades et je respecte votre vécu d’accompagnante qui ne vous laisse cependant qu’à peine imaginer l’ampleur du tsunami intérieur durant une telle épreuve et l’infinie diversité du ressenti de chacune des personnes atteintes.

En outre, aujourd’hui le visage et l’apparence d’une femme frappée par le cancer du sein croisée dans la rue ne permet plus de l’identifier comme une malade, dans la majeure partie des cas. C’est à mon avis là qu’est l’espoir pour toutes et un constat qui pourrait « réhabiliter » l’image du cancer. Sauver la face est déjà tellement important. Aller au delà de cette apparence me semble intrusif, l’aspect intime étant de toute façon bien différent d’une patiente à l’autre au sortir de la maladie.

Les progrès de la médecine et l’engagement de tous les soignants contribue à cela. Traitements performants, soins de support qui améliorent le quotidien des malades, aides psychologiques... autant de raisons de donner de l’espoir à tout un chacun...

Prenez bien soin de vous et si votre objectif peut utilement servir la cause que vous voulez défendre, n’appuyez peut-être pas trop vite sur le bouton.

Léopoldine