Forum

Je cherche de#geurriere#

millie lun, 18/03/2019 - 10:04 (1) commentaire(s)

Bonjour,

Je suis une jeune femme qui connaît le cancer comme sa poche(et ouiii), ça fait partie de ma famille.
Je connais bien le combat, je sais que tout les jours c'est la guerre... et que l'adversaire est redoutable mais si on va à la guerre c'est pour GAGNER!!! je les souhaite à tout le monde.
Depuis de nombreuses années j'essaie d'ouvrer pour améliorer les quotidiens des personnes malades car oui très souvent oubliés....qu'on peut se retrouver d'un coup seul, malade, sans ressources et avec de soucis administratifs etc.Et puis le cancer fit pas rêver la presse...Ça fait peur!!!Personnellement j'en ai marre de cet hypocrisie!J'ai décidé cet année de changer les choses.... de montrer que oui on vit avec le cancer et que oui on peut guérir et de faire comprendre aux gens les difficultés.Je cherche des femmes courageuses, des guerrières,qui n'ont pas peur de raconter et de se montrer.Il y a que comme ça comme peut avancer.mon mail: laav.contact@gmail.com

Léopoldine mer, 20/03/2019 - 06:16

Bonjour,

Le cancer est certes un combat et il existe, pour en témoigner plus officiellement, un statut un peu particulier. En effet, les patients ayant eu un cancer peuvent, sous certaines conditions, devenir « Patient Ressource » témoin ou parcours ou encore « Grand Témoin ». On trouve des renseignements sur ce sujet sur internet. Cette expérimentation vise à mieux faire connaître la maladie à ceux qui la côtoient.

Chacun souffre à sa mesure, d’une situation douloureuse, avec ses propres armes, patient et accompagnant.
Il y autant de façons de vivre un cancer que de malades et dire qu’on connaît cette maladie comme sa poche... les médecins n’ont sans doute pas cette prétention. C’est au malade seul que revient le combat contre la maladie, tout entouré de l’amour des siens et tout armé par le soutien des médecins et leurs traitements. A lui de faire le reste, tout le reste, à lui de vivre l’indicible... Affronter, endurer, espérer,... avancer pas à pas pour ne jamais laisser la maladie prendre le dessus et quand cela arrive, redoubler de courage... Tout cela ne s’imagine qu’à peine.

J’ajouterais que je pense qu’il est important pour les patients de pouvoir se délivrer de leurs souffrances auprès de personnes pouvant prendre de la distance (médecins, psychologues...), et de livrer ainsi à des professionnels plus aguerries, les détails de tout ce que la maladie peut les amener endurer. Les proches étant dans une totale impuissance quant à lutter contre la maladie, le mieux est sans doute de leur épargner certains de ces détails qui ne font qu’alimenter la chronique du « térrifiant ». Leur amour et leur présence sont le meilleur des soutiens. Leur prise en charge de l’intendance au quotidien est une aide précieuse pour le malade qui peut mieux se consacrer à son combat.

Enfin, je ne saisis pas ce que vous entendez par « des femmes... qui n’ont pas peur de se montrer » ?

Et puis la maladie entraîne souvent des situations socialement difficiles. Elle rend fragile et peut ainsi exposer encore plus durement à tous les fléaux de notre époque, divorce, perte de revenus ou chômage, discrimination... C’est une dure réalité, souvent un engrenage et il y a beaucoup à faire dans ce domaine.

Aujourd’hui, le cancer continue à faire peur et à sa seule évocation, l’angoisse gagne les esprits. Pourtant, nous sommes au XXIème siècle et des progrès considérables ont été réalisés. L’espoir est là.

Pour toutes ces raisons, je suis le parcours qui devrait me permettre de devenir « patient ressource ». Pour apporter de l’espoir d’abord et ensuite aider à faire prendre conscience de l’infinie solitude dans laquelle peut être un patient, même lorsqu’il est entouré, parce que la vie continue.

J’admire beaucoup votre dévouement et vous souhaite beaucoup de courage. Les unités de soins proposent souvent aux malades des soins de support et des aides en tout genre existent, assistantes sociales, aide à la personne, aide ménagère... Cela pourrait peut-être alléger un peu votre peine.

Bien à vous