Forum

Premiers mots suite au choc

Evaludo jeu, 21/03/2019 - 21:58 (8) commentaire(s)

Bonjour, aujourd'hui premier rendez vous vous avec l oncologue pour mon conjoint. Il a 38 ans. Hospitalisé depuis 3 semaines ma juste dit un cancer du poumons mais il m'a caché beaucoup de choses sur son état.
J'ai eu un choc quand j'ai appris cette après midi qu il était au stade 4 métastase au fois et reins et sur le corps.
Suite à ça je suis restée complètement bloquée. Il ne m'a pas regardé quand je lai quitté. Et à part lui dire que je l'aime je ne sais pas quoi dire... Je suis perdu quoi lui dire.. Je sais qu Il souffre. Dites moi comment lui parler.. quoi lui dire comment je dois m'y prendre pour ne pas le blesser. 7

atmed ven, 22/03/2019 - 07:47

Bonjour,
Votre ressenti est tout à fait normal, on ne sait pas bien comment se comporter quand une maladie grave frappe le conjoint ou conjointe. Le seul conseil que je puisse vous donner, c'est de lui témoigner votre amour mais sans exagération, comme vous le faisiez avant la maladie, votre conjoint doit ressentir que vous êtes à 100% à ses côtés pour affronter la maladie. Et dites-vous bien que ce qu'il ressent face à la maladie garde et gardera une part de mystère pour vous. Car il affronte forcément des pensées contradictoires : l'envie de se battre contre la maladie et la surmonter, l'abattement face à la gravité de la maladie, l'interrogation (pourquoi cela tombe sur lui ?), etc. Ses comportements seront forcément influencés par ces pensées contradictoires, ne prenez pas ombrage d'attitudes de sa part qui pourraient vous paraître injustes (agressivité, manque d'intérêt pour vous, etc.).
Bien cordialement
Dr A.Marceau

mamie du 15 ven, 22/03/2019 - 14:59

Pour Renée Delpierre,
Quel plaisir prenez vous à toujours avoir le même discours négatif qui ne fait que démolir le moral de la personne à laquelle vous répondez. Je l'ai dit écrit et réécrit la recherche avance lentement je vous l'accorde mais elle avance. Même si c'est trop tard pour moi un jour viendra où la plupart des cancers guériront.

atmed ven, 22/03/2019 - 17:49

Bravo Mamie du 15 de vous être exprimée ainsi, je l'ai fait moi-même à plusieurs reprises mais cela n'empêche guère Renée Delpierre de rabâcher son discours à longueur de temps. Tout ce qu'elle dit n'est pas faux (notamment l'augmentation du nombre de cancers) mais contester les progrès de la recherche est d'une totale absurdité, il faut être aveugle ou d'une totale mauvaise foi pour ne pas voir les progrès remarquables effectués dans nombre de cancers avec des taux de guérison ou de rémission prolongée en constante augmentation.
C'est bien dommage de la lire ainsi sur ce forum où tant d'internautes viennent chercher le réconfort de l'entraide et de l'écoute entre patients ou proches confrontés au cancer.
Bien cordialement
Dr A.Marceau

Léopoldine ven, 22/03/2019 - 22:53

Bonsoir,

Je me permets juste cette remarque puisque je viens de constater (en écrivant à Brigitte pour des douleurs sous Herceptin) que Renée ne voit pas l’immense privilège que nous avons de pouvoir bénéficier de ces traitements révolutionnaires... qui plus est, totalement pris en charge et pourtant hors de prix ! Ils sont le fruit d’une longue et patiente recherche. Désolée d’aborder cet aspect.

Un peu de gratitude ne ferait pas de mal et selon moi, tenir constamment ce discours défaitiste, ça s’appelle cracher dans la soupe !

J’ai une pensée pour tous ceux qui souffrent... souvent, en silence.

Et pour ce qui concerne les enfants, ils nous donnent des leçons de courage. Je les admire beaucoup dans le combat qu’ils mènent en sachant se montrer tellement dignes!

Bien à vous

Léopoldine

samar mar, 02/04/2019 - 23:36

Bonjour Eva,

A l'annonce de mon cancer, en septembre 2013, mon compagnon et moi sommes sortis silencieux du cabinet du chirurgien.
Dans l'ascenseur, il m'a simplement dit : "Tu vas faire tout ce que tu peux de ton côté, je vais faire tout ce que je peux du mien". Il avait décidé que ce combat, nous allions le mener ensemble, chacun avec ses propres armes.

Ce que j'ai fait: je me suis laissée soigner, j'ai fait confiance aux médecins alors que j'avais une peur panique de la chimio, j'ai accepté et encaissé tous les traitements sans broncher.

Ce qu'il a fait: le ménage, la vaisselle, la lessive, les courses, il cuisinait ce que j'avais envie de manger, s'occupait du jardin, de nos trois chats, d'aller chercher mes médicaments, de me les donner dans l'ordre et en temps voulu, m'obligeait à m'hydrater, à me nourrir un minimum, à marcher tous les jours dès que je remontais la pente entre deux chimios, se renseignait sur internet pour savoir quels aliments me feraient le plus de bien, il m'a accompagnée à tous mes RDV sans exception, à toutes mes séances de chimio, était présent à mon réveil quand je revenais d'une opération... Dans son petit carnet, il notait les questions qui lui venaient à l'esprit pour les poser à mon oncologue. Il ne m'a pas dit une seule fois qu'il avait peur de me perdre, je n'ai jamais vu l'ombre d'une larme dans ses yeux. Il n'a rien dit: il a fait.

Ce faisant, avec patience, sans jamais se décourager, avec une détermination sans faille, il m'a permis de me reposer, physiquement et mentalement, donc de recharger mes batteries pour mieux surmonter les effets des traitements. Je me suis sentie constamment en paix et en sécurité.

C'est notre victoire à tous les deux.

De tout coeur avec vous,

Anne-Marie

Léopoldine mer, 03/04/2019 - 16:28

Bonjour,

Quel beau témoignage pour Eva et pour tous. Patience, Amour, paix et sécurité sont en effet des baumes pendant la maladie.

Le duo que vous formez avec votre compagnon est admirable Anne-Marie.

Je souhaite le meilleur à Eva et son mari ainsi qu’à tous ceux qui sont frappés par la maladie.

Bien à vous

Léopoldine

Rene Delpierre sam, 20/04/2019 - 15:57

Il y a eu des progrès incontestables dans le traitement des cancers depuis une ou deux décennies .Je vous l'accorde pour certains cancers Mais il convient aussi de préciser que les effets secondaires sont toujours présents et on n'arrive toujours pas à éviter la chute des cheveux qui reste un problème majeur pour les femmes.Que dire aussi de l'altération à court ou à longs termes sur certains organes comme la neuropathie avec la toxicité des produits amenant à prendre d'autres médicaments nocifs eux aussi.
En tout cas si on a fait des progrès ces dernières années qu'à t on fait et que retenir de la recherche pendant les 40 ou 50 ans qui ont précédé ces avancées.?

atmed sam, 20/04/2019 - 18:40

Et René Delpierre repart dans ses sottises. C'est vraiment insensé de pouvoir dire de telles énormités ! Mais cette fois, elle ne met pas à mal la bienveillance que l'on doit sur ce forum aux personnes qui sont confrontées à la maladie, je ne vais donc pas supprimer son post.
René Delpierre reconnaît enfin les progrès thérapeutiques accomplis ces 20 dernières années. Mais parce qu'elle est juste incapable de rester sur une bonne nouvelle, elle remet en cause la recherche des 40 ou 50 années précédentes. Heureusement que je suis assis en lisant de telles sottises, comme si pour réaliser les progrès de ces 10 à 20 dernières années, il n'avait pas fallu accomplir d'autres progrès, sans doute plus lents, au cours des 40 à 50 années qui les ont précédé.
La marche du progrès accélère sans cesse, pour preuve l'immunothérapie, les thérapies ciblées, les CAR T cells, et bien d'autres innovations qui feront que dans quelques années, on se dira qu'au cours des 10 ou 20 années que Renée Delpierre salue aujourd'hui (enfin, comme quoi il ne faut jamais renoncer !), le progrès n'avançait pas bien vite !
Dr A.Marceau