Forum

Très peur...

Maluya mar, 23/04/2019 - 10:29 (5) commentaire(s)

Bonjour les Fées... Je crois que c'est comme ça que l'on vous appelle et j'ai bien peur d'en devenir une....
Mon histoire à moi elle commence au mois d'août 2018. Je suis au bord de la piscine et en me remettant le maillot, je sens une toute petite boule au dessus du mamelon au sein droit. J'appelle immédiatement mon gynéco qui me reçoit le lendemain et me prescrit évidemment une mammo à faire. Le problème c'est que je pars en camping avec mes deux filles de 9 et 13 ans le lendemain, donc rdv pris pour mammo 10 jours après !!!! Autant vous dire que j'ai le temps de me faire des milliards de films. Je suis habituellement quelqu'un de très positive, mais là... Mon cerveau ne répond plus et je pars dans des délires assez morbides jusqu'à penser aux diverses lettres que je devrais écrire à mes enfants avant de "Partir " ! Si bien que je décide de prendre rdv dans la ville où je suis en vacances pour tenter de faire la mammo plus tôt. Rdv pris pour le lendemain et résultat réconfortant puisque la mammo ne révèle qu'un kyste donc rien d'alarmant. Ouffff ! Je respire enfin et termine mes vacances plus que sereine avec mes filles et une amie qui m'accompagnait.
A mon retour j'appelle mon gynéco pour le prévenir et, rassuré, il me dit De lui amener les résultats à l'occasion.
"A l'occasion" à duré 8 mois ! Harcelée par mon mari qui me demandait tous les jours si j'avais amené mes résultats à mon gynéco, j'ai fini par y Aller le 10 avril. Le kyste ayant grossi il me prescrit une échographie de contrôle. L'écho me donne de moins bonnes nouvelles puisqu'il y a une masse derrière le kyste. Mammo 2 jours après et au vu des résultats, il me garde pour faire la biopsie dans la foulée ! Vous le savez toutes, les 10 jours qui ont suivis ont été très très long.
Je viens de raccrocher avec mon gynéco, qui ne m'a rien dit de plus que de passer à 15h. A ma question : dois je m'inquiéter ? Il m'a répondu : il y aura des suites à donner !!
Et voilà ma petite histoire les Fées !
J'ai très peur et me sens vide. Je suis au travail et je regarde le temps assez lentement !!!

Ns mar, 23/04/2019 - 10:43

Bonjour

Je ne suis pas atteinte de cette maladie jute ma mère a une opération de l'estomac car cancer.

Juste pour vous dire on ma convoqué a 14h tellement je ne pouvais pas vivre ce que vous vivez la avec cette attente jusque 15h j'ai débarqué a l’hôpital et vue le DR a 11h00 est ma annoncé que ma mère avec des cellules cancéreuse dans sont ulcére.

A mon propre avis quand on est convoquer ce n'est pas forcément une bonne nouvelle aprés peu être quil faut juste retiré le Kyste ou traitement.

Moi même ayant que 29 ans j'ai un kyste a un seins depuis 1 an rien d'arlames la mamo on ma dit la forme n'est pas suspect voila et il faut je retourne faire un controle.

Si vous avez besoin de parle je suis la.

Mais ne vous faites pas de film meme si c'est facile a dire qu'a faire.

Léopoldine mar, 23/04/2019 - 21:42

Bonsoir,

Je ne pense pas être une fée, juste assez bienveillante et réellement en mesure de vous dire que, quand bien même il s’agirait de ce que vous redoutez, nous sommes au XXI ème siècle.

Les images trop souvent choquantes, jetées au regard de tout un chacun, ne devraient plus nous faire redouter la mammo, le dépistage et l’idée éventuelle « d’entrer en traitement ».

Tentez de passer une bonne nuit et de vivre chaque instant parce que personne à cette heure ne vous a affirmé que vous étiez malade. L’instant présent est précieux. Vous êtes bien vivante. Pourquoi gâcher ces moments à conjecturer ?

En mai 2017, lorsque je me suis retrouvée en soins palliatifs pour un cancer du sein très agressif, mourante, je me suis préparée au pire pour finalement vivre le meilleur depuis janvier : Je suis en rémission complète.
Jamais je n'ai accepté de douter parce que je pressentais et voulais qu’en moi existe cette force qui m’était pourtant encore inconnue. Je voulais avoir cet espoir qu’on m’interdisait. Je n’ai comparé mon cas à aucun autre. J’étais comme tout le monde, unique, C’était moi, ma maladie, ma vie et mon combat que je mènerais seule. Je me devais de vivre pour mes trois fils dont deux avaient déjà quitté la maison pour la fac.

C’est passé très vite parce que j’ai été très occupée... Contre toute attente je vis, en pleine forme, comme si rien n’était arrivé. Mes compagnes de soins sont nombreuses à avoir vécu la maladie dans cet état où l’on se sent animées d’une indicible force et gagnées par un incroyable espoir. A juste titre !

Chaque chose en son temps. A chaque jour suffit sa peine. Ce soir vous ne savez pas. Acceptez ce temps suspendu qui vous appartient et que rien ne doit gâcher. Demain sera un autre jour, quel qu’il soit et vous ne seriez pas seule, quoi qu’il advienne. C’est surtout ce qu’on entend et qu’on voit qui fait peur. Je me bats pour qu’aujourd’hui aucune femme n’ait à subir cette peur.

Profitez de cette soirée que je vous souhaite paisible. Je suis là aussi, comme la personne qui vous a répondu précédemment.

Je vous souhaite le meilleur. Donnez-nous de vos nouvelles et surtout soyez bien certaine que chacun et chacune de nous a cette force en soi. Pour ma part, c’est ce que la maladie m’a appris et qui me donne une infinie sérénité à présent. J’aimerais transmettre cet apaisement, cet espoir, que vous puissiez en être convaincue dès à présent quel que soit votre résultat. La vie continue. La vie est bien là.

Léopoldine

Maluya mer, 24/04/2019 - 17:58

Merci beaucoup les filles pour vos messages. J'ai eu les résultats : Cancer in situ non invasif mais Haut grade.
Ça m'a l'air un peu contradictoire mais bon... J'en saurait plus demain. Rdv à Marseille pour en savoir plus sur le protocole de soin. D'après mon gynéco, pas de chimio. Mais chirurgie et radiotherapie...
Merci encore

Madé ven, 26/04/2019 - 16:36

Je voulais écrire à Maluya, mais en lisant le message de Léopoldine je ne vois pas ce que je pourrais ajouter. C'est vraiment ce dont nous avons besoin toutes. Alors…. la vie continue.

Léopoldine ven, 26/04/2019 - 23:52

Bonsoir à toutes,

Merci Madé.

Cet après-midi j’ai rejoint un groupe de bnévoles de la Ligue et quelques patientes pour leur faire découvrir l’aquarelle que j’ai moi-même eu le bonheur de commencer à pratiquer il y a seize ans, pour ma plus grande joie. Nous oublions un temps ce qui nous réunit pour repartir de plus belle.

Ce sont ces moments partagés qui me permettent aussi de me sentir en vie...

Prenez bien soin de vous.

Bien chaleureusement à vous.

Léopoldine