Prévention

HPV : test positif ou négatif, on vous dit tout !

Vous êtes une femme entre 25 et 65 ans ? Vous êtes alors concernée par le dépistage du cancer du col de l’utérus. Régulier, ce dernier doit être réalisé selon les recommandations et amène à deux scénarios dont on vous explique la portée. Suivez le guide !

Image
cancer du col de l'utérus

Se faire dépister, même vaccinée !

De 25 à 65 ans, même vaccinée contre le papillomavirus, le dépistage est recommandé, selon les modalités suivantes :

  • entre 25 et 30 ans : le dépistage par frottis (examen cytologique) est recommandé 3 ans après 2 prélèvements réalisés à 1 an d’intervalle et dont les résultats sont normaux ;
  • entre 30 et 65 ans : le dépistage par test HPV est recommandé tous les 5 ans ;
  • après 65 ans : le dépistage du cancer du col de l’utérus n’est pas recommandé chez les femmes ayant eu un dépistage tous les 3 ans, sans aucun frottis anormal, ou un test HPV négatif tous les 5 ans. Cependant, la poursuite d’un dépistage systématique doit s’apprécier au cas par cas, avec le médecin généraliste, le gynécologue ou la sage-femme.

 

En cas de saignements après la ménopause, consultez votre médecin généraliste ou votre gynécologue rapidement.

.paragraph--type--title-text h2 { text-align: center; }

Le test de dépistage

Où faire son test de dépistage ? 

Vous pouvez prendre rendez-vous auprès de : votre médecin généraliste ; votre gynécologue ; une sage-femme ; un laboratoire si vous avez une ordonnance ; un hôpital, centre de santé, de protection maternelle et infantile (PMI), planning familial (sans avance de frais).

Quand faire son dépistage ? 

Vous pouvez effectuer votre test : en dehors des règles ; en évitant des rapports sexuels 24 à 48 heures avant ; en dehors de tout traitement par voie vaginale (ovules) ; même si vous êtes enceinte.

Comment se déroule le test ?

Image
dépistage col de l'utérus

Comment se déroule le test ?

Le dépistage du cancer du col de l’utérus s’effectue par un prélèvement de cellules du col de l’utérus pour rechercher des cellules anormales infectées par le HPV (examen cytologique - appelé aussi frottis) et/ou détecter la présence du virus (test HPV). Il se fait en position gynécologique et n’est pas douloureux. 

L'examen cytologique permet de repérer le plus tôt possible d’éventuelles lésions précancéreuses au niveau du col de l’utérus, de les surveiller ou de les soigner et ainsi, de prévenir l’apparition d’un cancer. 

Le test HPV recherche la présence de virus, dont la persistance est le facteur de risque de développement de lésions précancéreuses et cancéreuses au niveau du col de l’utérus.

Les résultats

Image
test HPV positif

Les résultats

Après 30 ans, en cas de test positif 

En cas de test HPV positif, votre médecin traitant, gynécologue ou sage-femme vous indiquera les examens complémentaires nécessaires pour préciser le diagnostic et déterminer la prise en charge. 

Si les analyses complémentaires confirment le test positif, cela ne veut pas dire qu'il y a un cancer. Néanmoins, il faut maintenant réaliser une colposcopie, un examen visuel du col de l'utérus et du vagin, à faire lors d'une consultation gynécologique, permettant de confirmer ou d'infirmer l'existence d'une lésion du col. 

Si les analyses complémentaires sont négatives, il faudra refaire un test HPV un an plus tard.

 

Après 30 ans, en cas de test négatif 

Le test doit être refait dans 5 ans*. Cela n’exclut pas une consultation de suivi annuel.

*sauf en présence de signes inquiétants (saignements anormaux, douleurs lors de rapports sexuels, etc.). Il faut alors consulter un gynécologue, un médecin ou une sage-femme.

Mots-clés
FacebookTwitterLinkedInPrint

D'autres actualités qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Je fais un don
Image
Socio esthétique

50€

Une séance de soin socio-esthétique