Prévenir et promouvoir la santé

Activité physique et cancers

L’activité physique est l'ensemble des mouvements du corps produits par les muscles, entraînant une dépense d’énergie supérieure à celle qui est dépensée au repos. Elle inclut donc en plus des activités sportives les activités physiques et exercices quotidiens.

L’activité physique englobe donc tous les mouvements que nous faisons dans notre vie quotidienne : marcher pour aller au travail ou rentrer chez soi, monter des escaliers, faire le ménage ou du jardinage, etc. Elle ne se limite donc pas à la pratique du sport. Bouger pendant 30 minutes tous les jours permet de réduire le risque de développer des cancers et notamment les cancers du sein et du côlon.

En effet, le manque d’activité physique est responsable de :

  • 18 % des cancers du côlon chez l’homme et 20% chez la femme ;
  • 21 % des cancers du sein ;
  • 26 % des cancers de l’endomètre[1].

 


[1] Fondation pour la recherche contre le cancer

En savoir plus sur ce facteur de risque

L’activité physique vecteur de santé
L’activité physique et la sédentarité
L’activité physique adaptée, un allier pour améliorer son bien-être
L’activité physique vecteur de santé

L’activité physique vecteur de santé

La pratique d’une activité physique régulière a de nombreux bénéfices pour la santé, tant mentale que physique et quel que soit l’âge ou le sexe. Elle permet de réduire le risque de survenue des principales maladies chroniques (cancer, maladies cardiovasculaires, diabète, etc.). Elle contribue aussi à améliorer la santé mentale (diminution de l’anxiété). 

Or, l’insuffisance d’activité physique, caractérisée par une pratique inférieure à 30 minutes par jour, et la sédentarité seraient responsables de l’apparition de 3000 nouveaux cas de cancer par an en France[1].

Pratiquer une activité physique régulière est donc fortement recommandé pour prévenir les cancers, surtout à une époque où une majeure partie de la population française est sédentaire et où les écrans ont pris une place prépondérante dans notre quotidien.

Alors chaque geste compte ! Marcher quotidiennement, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, descendre une station de bus ou de métro avant celle habituelle, jardiner, et bien sûr faire du sport. Ce sont les moyens les plus efficaces de lutter contre les maladies chroniques liées à la sédentarité. 

Si vous souhaitez pratiquer une activité sportive, vous pouvez prendre contact avec des associations, des clubs sportifs ou des maisons sport santé. Ces dernières permettent d’être pris en charge et d’être accompagné par des professionnels de santé et du sport pour adopter une routine sportive au quotidien. 

Pour en savoir plus sur les maisons sport santé et en trouver une proche de chez vous, rendez-vous sur le lien suivant : sports.gouv.fr/decouvrez-les-maisons-sport-sante-les-plus-proches-de-chez-vous-389


[1] Institut National du Cancer

L’activité physique et la sédentarité

L’activité physique et la sédentarité

Il faut commencer par distinguer deux choses : l'inactivité physique et la sédentarité. Quand on se retrouve avec un cancer, on se dit que les journées sont longues, difficiles, fatigantes, etc., et donc qu’il vaut mieux se reposer. Mais c’est tout l’inverse qu’il faut faire car la sédentarité (c’est-à-dire le fait de rester longtemps assis ou allongé, soit plus de 6 heures par jour) est un facteur de risque en soi, autant avant, que pendant, et après le cancer. 

On a d’ailleurs des études qui sont clairement établies sur ce sujet, et en particulier sur le traitement du cancer du côlon et de l’endomètre. C’est donc nos modes de vie qu’il faut revoir, car on passe de plus en plus de temps assis au bureau, assis dans les transports en commun, assis devant les écrans, on fait de moins en moins de loisirs en extérieur, etc. Pour casser cette dynamique de relâchement musculaire qu'il y a avec la posture assise ou allongée, on conseille notamment d’essayer de rester le plus possible debout dans les activités quotidiennes et de bouger au moins toutes les heures. Et c’est important car l’activité physique modérée, celle conseillée, ne rattrape pas complètement les méfaits de la sédentarité.

L’activité physique adaptée, un allier pour améliorer son bien-être

L’activité physique adaptée, un allier pour améliorer son bien-être

La pratique d’activité physique est recommandée pour améliorer la qualité de vie et l’état psychologique quand on est atteint d’un cancer, que ce soit pendant ou après le traitement.

L’activité physique adaptée (APA) permet de pratiquer avec un encadrement de professionnels de santé et de professionnels spécifiquement formés à l’activité physique adaptée. L’APA est prescrite par le médecin traitant et peut s’exercer dans les établissements de soins, les associations, clubs sportifs ou les maisons sport santé. 

Elle peut être prescrite pendant et après le traitement. Selon la situation, le médecin va prescrire un programme d’APA basé sur l’endurance et le renforcement musculaire. Un professionnel formé à l’APA encadre les séances et évalue les besoins et les capacités du patient lors d’un bilan. L’activité physique adaptée tient compte des évolutions de l’état de santé du patient et n’aggrave en aucun cas les symptômes de la maladie ou la qualité de vie. A la fin du programme, la pratique d’activité physique ou sportive est recommandée au patient sur du long terme.

Le soin de support

Pour plus d’informations sur les activités physiques adaptées comme soin de support, rendez-vous sur le lien ci-dessous !

Je soutiens la Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Je fais un don
Image
Socio esthétique

50€

Une séance de soin socio-esthétique

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.