Cancer de la prostate en milieu agricole, des pratiques à risque

03/03/2017

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu

La cohorte AGRICAN, constituée par Pierre Lebailly (U1086, Caen) et financée par la ligue dans le cadre de son soutien à la recherche en épidémiologie, commence à livrer des résultats sur les liens potentiels entre les activités agricoles et le risque de cancer. Certains de ces résultats récemment publiés (1) mettent en évidence une association entre des activités d’élevage et de culture spécifiques - dont certaines reposent sur l’utilisation ou l’exposition aux pesticides - et un surrisque de cancer de la prostate.

Différentes études ont déjà montré que le cancer de la prostate frappe plus fréquemment les agriculteurs, comparativement à la population générale. Les causes exactes de ce surrisque restent toutefois mal connues. Les résultats obtenus grâce à la cohorte AGRICAN permettent de mieux cerner comment certaines activités agricoles spécifiques affectent le risque de cancer de la prostate. Des activités liées à l’élevage bovin et porcin, comme le traitement des animaux avec des insecticides, sont significativement associées à un risque accru de cancer de la prostate qui augmente avec la taille du cheptel. De façon similaire, des activités culturales (culture fruitière, culture de la pomme de terre, culture du tabac) impliquant l’utilisation de pesticides et/ou l’exposition à ces produits sont associées à un surrisque de cancer prostatique. L’utilisation de pesticides sur culture fruitière et la cueillette des fruits sont, par exemple, associées à un doublement du risque pour les surfaces d’exploitation les plus importantes.

(1)   C. Lemarchand, S. Tual, M. Boulanger, et al., Scand. J. Work Environ. Health, 2016, 42(2), 144-152.

Date à afficher sur le site: 
Vendredi, Mars 3, 2017

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu