Soutien à la recherche

Coup double contre les douleurs liées aux cancers

Cette fin d’année 2023 marque une première : le programme « Douleurs et cancers » de la Ligue est lancé dans son entièreté. Inscrit dans la droite ligne de ce qu’a toujours fait la Ligue pour soutenir la recherche et l’innovation, « Douleurs et cancers » a également l’originalité d’associer le Prix Axel Kahn et l’appel à projets « Lutte contre les douleurs liées aux cancers ».

 

La vidéo de l'événement

La vidéo de l'événement

Le mercredi 13 novembre 2023, trois chercheurs émérites ont reçu le Prix Axel Kahn (programme "Douleurs et cancers") au Collège de France (Paris). 

Retrouvez, au détour d'une vidéo rétrospective, les quelques moments forts de cette remise de prix ainsi que les réactions de nos trois lauréats : Laure Copel, Denis Dupoiron et Luis Garcia-Larrea.

Les lauréats 2023

Très différents mais riches de réalisations remarquables, les parcours des trois lauréats du Prix Axel Kahn 2023, Luis Garcia-LarreaDenis Dupoiron et Laure Copel, illustrent la richesse des expertises nécessaires pour appréhender, comprendre et traiter efficacement les douleurs liées aux cancers.

L’appel à projets « Lutte contre les douleurs liées aux cancers » ouvert en janvier dernier a suscité dépôt de 28 dossiers de candidature. Huit projets de recherche fondamentale ou clinique ont été retenus et sont financés par la Ligue sur des durées de 2 à 4 ans pour un montant total de 2,64 M€. Des résumés simplifiés des projets soutenus sont consultables sur cette page.

 

Luis Garcia-Larrea - Prix Axel Kahn 2023, Neurophysiologie, diagnostic et traitement de la douleur

• Médecin neurophysiologiste, Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) de l’hôpital neurologique Pierre Wertheimer à Lyon

• Directeur de recherche de première classe à l’Inserm, Directeur de l’Equipe de recherche “Intégration centrale de la douleur" (NeuroPain), au sein du Centre de Recherches en Neurosciences de Lyon (Inserm U1028 & Université Claude Bernard Lyon 1)

Luis Garcia-Larrea est médecin spécialisé en neurophysiologie clinique diplômé en 1980 de la Faculté de médecine de Barcelone et titulaire d’une thèse de sciences dédiée à la détection des signaux de conscience en situation de coma (Enregistrement automatisé de potentiels évoqués au cours du coma).

C’est le vif intérêt qu’il nourrit dès son internat pour la somesthésie et les mécanismes de perception et de transformation sensorielle qui le conduit à se consacrer à l’étude de la douleur. Recruté en 1988 par l’Inserm, il est aujourd’hui directeur de recherche de première classe et co-dirige l’équipe NeuroPain du Centre de Recherche Neuroscience de Lyon (CRNL). Associant chercheurs et cliniciens, le groupe qu’il dirige développe une activité de recherche translationnelle selon trois axes combinés. Le premier concerne la physiologie corticale de la douleur, en particulier les processus cérébraux qui assurent la transformation du message nociceptif en perception douloureuse consciente. Le deuxième axe vise le développement de nouvelles approches de diagnostic précoce et de prévention de la douleur neuropathique. L’équipe NeuroPain a notamment joué un rôle pionnier en France dans le développement des Potentiels Evoqués Laser (PEL), une technique électrophysiologique non invasive qui apporte une solution au diagnostic des neuropathies liées à l’altération des fibres fines. La thérapie, principalement le traitement non pharmacologique des douleurs neuropathiques par stimulation corticale, constitue son troisième axe d’activités. Dans ce cadre, l’équipe de Luis Garcia-Larrea a, par exemple, récemment développé un programme permettant aux patients d’utiliser à domicile, via une application sécurisée, un système de stimulation corticale transcrânienne par courant continu (H-tDCS).

Les résultats des travaux de Luis Garcia-Larrea ont fait l’objet de plus de 270 articles parus dans des revues à comité de lecture ; il a également contribué à plus de 70 publications à visée didactique et chapitres d’ouvrages. Il a dirigé l’édition de trois ouvrages multi-auteurs dont notamment « Pain and the Conscious Brain », publié en 2016. Son expertise est régulièrement sollicitée par différents organismes nationaux et internationaux. Il préside depuis cette année, et jusqu’en 2026, la Fédération Européenne de la Douleur (EFIC) et assure la co-rédaction en chef de sa revue, European journal of Pain. Il est membre du Conseil d’Administration de la Société Française de la Douleur (SFETD) ainsi que du Conseil Scientifique International de l’Institut Analgesia.

Dernières distinctions

  • Prix « Erik Stälberg » de la Fédération Internationale de Neurophysiologie Clinique 2023
  • Prix de la Fondation Unité-Guerra-Paul-Beaudoin-Lambrecht-Maïano de l’Institut de France 2015
  • Prix de Recherche Clinique Translationnelle de la Société Française de la Douleur 2014
  • Prix « Ronald Melzack » de l’Association Internationale  d’Etudes sur la Douleur (IASP) 2012

Découvrir l'interview de Luis Garcia-Larrea

Denis Dupoiron - Prix Axel Kahn 2023, Prise en charge thérapeutiques des douleurs réfractaires du cancer

• Médecin anesthésiste-réanimateur, Chef du Département Douleur de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest, Angers 

Denis Dupoiron est médecin anesthésiste-réanimateur diplômé en 1981 de la Faculté de Médecine d’Angers. Il a exercé dans les secteurs hospitaliers public et privé durant une vingtaine d’années avant de rejoindre en 2003 l’Institut de Cancérologie de l’Ouest – Angers (ICO) dont il dirige actuellement le Département douleur.

Dès le début de son expérience à l’ICO, la confrontation avec la souffrance des malades le conduit à dédier entièrement son activité à la prise en charge des douleurs associées aux cancers et à chercher des solutions contre les douleurs chroniques irréductibles. À partir de l’année 2005, il développe de façon pionnière en France l’utilisation de l’analgésie intrathécale dans le cadre de l’activité de recherche de l’ICO avec le soutien de la caisse primaire d’assurance maladie du Maine-et-Loire, de l’Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire et de la Ligue contre le cancer. Il est aujourd’hui reconnu comme le meilleur spécialiste de cette technique en France. L’analgésie intrathécale est recommandée en cancérologie par la Société française d’étude et de traitement de la douleur depuis 2013 et par la Haute Autorité de Santé depuis 2020, son haut niveau d’efficacité permet une réduction très forte des doses d’antalgiques mais sa technicité requiert une formation spécifique des personnels médicaux et paramédicaux. 

Pour développer l’usage de l’analgésie intrathécale, Denis Dupoiron a mis sur pied et structuré depuis 2009 une organisation performante centrée sur l’ICO. Ce réseau coordonné qui rend accessible cette technique au plus grand nombre de patients du quart Nord-Ouest de la France est aujourd’hui considéré comme un modèle de référence en France et en Europe. Pour encore faciliter l’usage de la technique, Denis Dupoiron a également jeté les bases du tout premier logiciel d’aide à la prescription intrathécale, l’aide financière de la Ligue et l’implication d’une société spécialisée ont permis de parfaire le développement de cet outil dédié. Le projet de télémédecine « DO-IT » qu’il porte depuis 2019 a été primé par l’ARS des Pays de la Loire et devrait, à terme, encore faciliter l’usage de l’analgésie intrathécale puisqu’il vise à permettre le remplissage des pompes délivrant les antalgiques au domicile des patients par des personnels infirmiers supervisés à distance par un médecin.

Denis Dupoiron conduit également des essais cliniques sur l’analgésie intrathécale et la Capsaïcine au sein du centre de recherche clinique de l’ICO ; ses travaux de recherche ont fait l’objet d’une cinquantaine de publications dans des revues à comité de lecture. Il donne plusieurs enseignements théoriques et pratiques sur l’analgésie intrathécale dans le cadre de cours nationaux et internationaux. Il est vice-président de la Société Française de Neuromodulation depuis 2023 et membre de plusieurs sociétés savantes (Association Internationale pour l’Etude de la Douleur, Consortium de recherche sur la douleur Cancéreuse, Société internationale de Neuromodulation, etc.), il a également présidé le Réseau douleur de l’Ouest de 2014 à 2016.

Découvrir l'interview de Denis Dupoiron

Laure Copel - Prix Axel Kahn 2023, Médecine palliative et accompagnement de la personne malade en cancérologie

• Médecin oncologue, Cheffe du Pôle de soins palliatifs du Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon, Paris

Laure Copel dirige depuis l’année 2014 le pôle de soins palliatifs du Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon. Médecin oncologue depuis 1994, elle perçoit dès sa formation que le soin et l’accompagnement des malades incurables doivent absolument être développés en France.

La relation qui nait du souci des personnes qui ne guériront pas l’intéresse par sa profondeur, sa temporalité longue mais également par le champ des réalisations qu’elle ouvre. Soigner ces patients s’impose à elle comme un domaine nécessitant tout à la fois rigueur, adaptabilité et créativité afin de les soulager et de répondre le plus justement possible aux besoins que leur projet de vie implique. Pour se doter des compétences requises, elle se forme à la prise en charge thérapeutique de la douleur et à la psycho-oncologie aux Etats-Unis. De retour en France, elle intègre l’Institut Curie en 1996 où elle crée l’équipe de soins palliatifs. Depuis, elle s’attache à établir un pont entre les mondes de la cancérologie et des soins palliatifs. Ainsi, les projets innovants qu’elle développe à l’Institut Curie jusqu’en 2013, puis, ensuite à l’hôpital des Diaconesses visent à ce que s’établisse un équilibre entre le soin (cure) et le prendre soin (care) : mise en place d’équipes mobiles d’accompagnement, hôpitaux de jour de soins palliatifs, département de soins de support, appartement de coordination thérapeutique pour personnes précaires. Elle met également sur pied et préside les projets éthiques de ces deux institutions. Elle s’engage au début des années 2000 pour la mise en place de réseaux de soins palliatifs à domicile avec la co-fondation de « Ensemble Soigner et Accompagner à Paris », dont elle assure la présidence entre 2005 et 2017, et de « Quiétude ». 

Anciennement engagée auprès de MSF, Laure Copel est également attentive au développement des soins palliatifs dans les pays où le poids des maladies chroniques se fait désormais de plus en plus sentir, elle est membre du bureau de l’Alliance Mondiale Contre le Cancer et responsable du programme douleur et soins palliatifs de cette association depuis 2005, elle a réalisé dans ce cadre plusieurs missions en Afrique francophone. Laure Copel est l’auteure de plus d’une cinquantaine de publications dans des revues scientifiques et médicales internationales et nationales. Elle est co-responsable du comité pédagogique du DU de Soins palliatifs de Sorbonne Université depuis 2018 et dispense également différents enseignements universitaires et post-universitaires sur les soins de support et les soins palliatifs. Plusieurs agences et associations bénéficient de son expertise ; pour l’Agence Nationale pour la Sécurité du Médicament, elle est membre du comité permanent psychotropes et membre du comité temporaire pour l’utilisation du cannabis thérapeutique. Elle est depuis 2019 présidente du fonds pour les soins palliatifs Helebor.

Distinction

Chevalier de la légion d’honneur

Découvrir l'interview de Laure Copel

FacebookTwitterLinkedIn

D'autres actualités qui pourraient vous intéresser

Je soutiens La Ligue contre le cancer

Dons ponctuels
Dons mensuels
Montant libre
Mon don de 50€ revient à 17€ après déduction fiscale.
Faire un don
Image
activité physique don

50€

1h d'activité physique adaptée pour les personnes malades

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez l’actualité de la Ligue.